Israel_mitraille_dans_tous_les_sens_Ruben_L__Oppenheimer

Quel successeur du Hamas à Gaza ?

29/12/2008
K. A. Toameh

Qu'arrivera-t-il si Israël parvient à renverser le régime Hamas dans la bande de Gaza ? De nombreux Palestiniens se posent cette question à la suite de l'opération de Tsahal contre le groupe terroriste à Gaza qui a démarré samedi.

Pour l'heure, une chose est certaine : le Hamas a subi un coup sévère avec la démolition de la plupart de ses infrastructures civiles et de sécurité ainsi que la perte de centaines de membres et de policiers.

De plus, le Hamas quelque peu perdu en crédibilité à cause du fait qu'il n'ait pas été préparé à cette attaque israélienne massive. La réponse relativement modérée du groupe terroriste (150 de roquettes lancées dans le sud d'Israël entre le 27 et 28 décembre) a également entamé sa réputation.

Les leaders du Hamas dans la bande de Gaza, dont Ismaïl Haniyeh, se sont tous réfugiés sous terre par peur d'être éliminés par Israël. Trois jours avant pourtant, ce sont les mêmes qui se vantaient ne pas craindre la mort et être "honorés" de rejoindre la marche des "martyrs" palestiniens.

Actuellement à Gaza règne une impression générale selon laquelle le compte à rebours de l'effondrement du régime du mouvement islamique a commencé.

Une question se profile donc à l'horizon : quel parti palestinien pourra combler le vide laissé par le gouvernement du Hamas ?

Le président de l'Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, et le Fatah souhaitent grandement revenir à Gaza après en avoir été expulsés par le groupe terroriste en juin 2007. Mais d'après les réactions des masses palestiniennes et arabes, il est peu probable qu'ils puissent en reprendre le contrôle.

Le secrétaire général du Djihad islamique a déjà prévenu que "quiconque osait retourner dans la bande de Gaza à bord d'un char israélien serait considéré comme un traître."

De son côté, un représentant du Hamas a ajouté que "la majorité des Palestiniens de Gaza se révolteraient contre tout officiel palestinien qui reviendrait avec l'aide d'Israël."

En effet, il semble que le mouvement terroriste jouisse d'une popularité plus forte que jamais auprès des Palestiniens, en particulier auprès de ceux qui vivent dans la bande de Gaza.

Aussi l'opération de Tsahal a-t-elle pour effet de provoquer à Ramallah et dans de nombreuses capitales arabes un sentiment de sympathie envers le Hamas.

Aux yeux d'une multitude de musulmans, ce dernier est la cible d'une "conspiration" destinée à changer le régime à Gaza. Ils sont convaincus que des partis "modérés" comme ceux d'Abbas ou du président égyptien Hosni Moubarak coopèrent avec Israël et les Etats-Unis dans l'accomplissement de cette tâche.

Dans ces conditions, comment Abbas ou un autre parti palestinien peuvent-ils offrir une alternative au régime du Hamas ? Le président de l'AP a perdu sa crédibilité auprès de son peuple dans son échec à réformer le Fatah et pour avoir été mis en échec par le Hamas aux élections parlementaires de janvier 2006.

De plus, même si le Hamas est anéanti, rien ne laisse croire que ses successeurs seront moins radicaux. Aujourd'hui, seules les voix des extrémistes se font entendre dans le monde arabe et islamique. Comme l'a affirmé un universitaire affilié au parti terroriste, "si vous détruisez le Hamas, vous ne recevrez en retour que le Djihad islamique ou al-Qaïda. Et Israël aura perdu (…)."

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1230456511326&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull