FREE PALESTINE

18 mai 2021

!!ALERTE!! La guerre coloniale israélienne après 7 jours de bombardements

Source: Externe

!!ALERTE!! Après le massacre de Gaza, des centaines de missiles tirés sur des terres occupées par Israël

 

La résistance a lancé des barrages de représailles de missiles en réponse au bombardement brutal israélien sur des cibles civiles dans toute la bande de Gaza.

Les médias israéliens ont rapporté que les missiles tirés sur la colonie de Netivot ont provoqué des incendies et de graves dégâts. Les mêmes médias ont déclaré que la résistance avait inondé les colonies près de Gaza de barrages de missiles.

Al Qassam a annoncé avoir tiré des dizaines de missiles sur Tel-Aviv, Ashdod, Bir Sabe(Beer-Sheva) et les colonies proches de Gaza en réponse au crime israélien.

Les brigades Saraya Al Quds [Jihad islamique] ont également pointé des cibles israéliennes dans le cadre de la réplique de la résistance au massacre, qui a tué 42 civils, dont 16 femmes et 10 enfants.

Des séquences vidéo et photos provenant de différentes régions des territoires occupés en 1948 montrent de graves dommages.

Source: Externe

Le nombre de morts ne cesse de grimper, dont de nombreux enfants

Le ministère de la Santé a déclaré dimanche que le nombre de morts à Gaza s’élevait à 197 civils, dont 59 enfants et 33 femmes [chiffres provisoires-ndlr]

Il a ajouté que 1230 civils avaient été blessés dans l’agression continue israélienne contre l’enclave assiégée.

Hier soir, l’armée israélienne a bombardé toutes les zones de Gaza avec des centaines de raids aériens, ce qui en fait la nuit la plus agressive de l’agression et des bombardements de bâtiments sur des familles entières. Des opérations de sauvetage sont toujours en cours en ce moment.

L’État d’occupation a bombardé toutes les routes menant à l’hôpital al-Shifa, le principal hôpital de l’enclave, empêchant les ambulances d’y emmener les blessés.

La défense civile a également déclaré qu’elle souffrait d’une pénurie de matériel. Ils ont ajouté que les frappes israéliennes continuaient de tomber sur la bande de Gaza, les empêchant de sauver la vie de dizaines de civils.

Malgré l’indignation internationale suscitée par ses raids meurtriers, Israël a poursuivi ses attaques contre Gaza pendant la nuit de samedi à dimanche.

Source: Externe

Pendant ce temps, Enver Ataullah, responsable des relations arabes et turques du ministère, a déclaré à l’agence Anadolu que la situation dans la région s’aggrave: les attaques qui ont été menées depuis minuit ont causé de grandes destructions à Gaza et leur lourd bilan continu de morts n’a laissé aucune place dans les morgues saturées.

Les tensions restent vives dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est et à la mosquée Al-Aqsa depuis le mois sacré musulman du Ramadan alors que les forces israéliennes et les colons ont agressé les Palestiniens.

Les tensions se sont propagées de Jérusalem-Est à Gaza après que les groupes de résistance palestiniens se soient engagés à riposter contre les assauts israéliens contre la mosquée Al-Aqsa et Sheikh Jarrah si les attaques des colons ne s’arrêtaient pas.

Israël occupe Jérusalem-Est, où se trouve Al-Aqsa, depuis la guerre israélo-arabe de 1967. Il a annexé la ville entière en 1980, un fait accompli jamais reconnu par la communauté internationale.

Une séquence vidéo a été divulguée vendredi, montrant des soldats et des colons israéliens faisant la fête autour de bombes qui seront lancées sur des civils à Gaza.

La vidéo présente des soldats et des colons israéliens dansant et collant des affiches sur des bombes en vue de les lancer sur les Gazaouis. Les affiches ont des écrits racistes incitant à la haine contre les Palestiniens.

Voir ici la vidéo.

Source: Externe

Les brigades Saraya Al Quds révèle de nouveaux missiles

Saraya Al Quds, la branche militaire du mouvement du Jihad islamique, a déclaré dimanche que de nouveaux missiles avec de nouvelles capacités seraient utilisés.

Abu Hamza, le porte-parole de Saraya Al Quds, a déclaré que plusieurs nouveaux missiles seront utilisés lors de l’actuelle agression israélienne sur Gaza.

Il a ajouté que la portée des missiles de Saraya Al Quds avait permis d’atteindre les colonies Al Khudeirah, Tel Aviv, Gan Yivna, Ramat Gat, Asdood, Askalan, Isderot, Intivot et toutes les autres colonies entourant Gaza.

“Nous avons encore beaucoup de surprises pour l’ennemi et nous disons à Netanyahu l’idiot et à son chef d’armée insensé, que nous attendons que leurs troupes terrestres pénètrent dans la bande de Gasa pour que nous puissions vous montrer une partie de nos forces”, a-t-il ajouté. 

Les États qui pratiquent l’apartheid ne sont pas des démocraties!

L’élue au Congrès américain Alexandria Ocasio-Cortez a critiqué le président ds Etats-Unis, Joe Biden, pour ne pas s’être opposé àIsraël, qu’elle a qualifié d’“État d’apartheid”.

Source: Externe

“Les États d’apartheid ne sont pas des démocraties”, a-t-elle écrit dans un tweet. Partageant une vidéo de l’attaque israélienne contre les bureaux d’Al Jazeera et de l’AP, elle a déclaré: “Cela se passe avec le soutien des États-Unis.”

Elle a ajouté: “Je me fiche de la façon dont un porte-parole essaie de présenter cela. Les États-Unis ont opposé leur veto à l’appel de l’ONU pour un cessez-le-feu. Si l’administration de Biden ne peut pas tenir tête à un allié, à qui peut-il tenir tête ? Comment peuvent-ils prétendre de manière crédible défendre les droits de l’homme?”

Rédactions diverses (Memo, Al-Jazeera, al-Quds News Network) -

16.05.21

Source: Chronique de Palestine

 

Source: Externe

Les 7 jours de confrontation qui déplacent les lignes d'un conflit enlisé

La quatorzième confrontation entre l’armée israélienne et les factions palestiniennes à Gaza dure depuis une semaine et semble avoir battu tous les records:

– Les factions palestiniennes à Gaza ont tiré en moyenne 430 roquettes par jour sur les villes et localités israéliennes, surpassant par cette cadence la moyenne achevée par le Hezbollah libanais lors de sa guerre de 2006 avec Israël et toutes les autres confrontations précédentes en Palestine.

– L’aviation de combat israélienne a été mobilisée dans sa totalité. Lors d’un seul raid aérien mené contre des tunnels souterrains à Gaza, 160 avions militaires étaient dans les airs. Le raid sur le domicile et les bureaux du Premier Ministre du Hamas, Yahia Al-Sinwar, à Khan Younes, 80 appareils F-16I Soufa et F-15 Raam ont participé aux frappes.

Enfin lors du ciblage des deux plus grandes bases aériennes militaires israélienne par des roquettes palestiniennes, 210 aéronefs avaient décollé dans ce qui s’apparente à la plus grande opération aérienne depuis la Guerre du Liban.

Outre les raids aériens, les navires de guerre israéliens ont pilonné à l’artillerie navale et aux missiles les installations des commandos de la petite marine de l’aile militaire du Hamas. Les unités de plongeurs de combat, mis en place depuis sept ans, ont subi des pertes avoisinant les 84% des effectifs.

Source: Externe

Un drone submersible équipé d’une charge explosive de 50 kgs de cette unité perdue a été utilisé pour cibler le champ gazier de Tamar au large d’Ashkelon (Askalan). La censure militaire israélienne a évoqué cette opération.

Des combats au sol ont eu lieu sous terre dans une partie restreinte du réseau souterrain utilisé par les combattants palestiniens. Les forces spéciales israéliennes ont utilisé pour la première fois des robots souterrains et des automates mimétiques sous forme d’insectes. Les premières confrontations furent brèves mais extrêmement violentes.

Le commandement militaire israélien a tenté de manipuler les médias internationaux en évoquant le début d’une phase terrestre pour achever une ruse de guerre. L’objectif visé était le regroupement des unités combattantes en certains points afin de permettre à l’aviation de les cibler. Ce fut un échec.

Aucun hélicoptère d’attaque n’a été utilisé à Gaza depuis le tir d’un missile Sol-Air portatif Sa-7 d’origine libyenne, cependant tous les aéronefs survolant Gaza ont utilisé des contre-mesures et des manœuvres évasives par précaution.

Les unités de lutte antichar du Hamas, doté du redoutable missile antichar 9M133-1 Kornet ont été dans l’incapacité de cibler les regroupements des blindés et de l’artillerie israélienne en de multiples points à la frontière avec Gaza.

En infériorité numérique et ayant subi des pertes conséquentes lors des raids aériens, ces unités ont été occupées à tenter de débusquer d’éventuelles unités spéciales israéliennes après de multiples accrochages près de la ligne de séparation. Les pertes militaires israéliennes de ces opérations secrètes demeurent 'secret défense'.

Source: Externe

Tous les commissariats de police de la bande de Gaza ont été bombardés et détruits. Toutes les agences bancaires de la bande de Gaza ont été ciblées. Les familles les plus riches de Gaza ont été sanctionnées par la destruction annoncée de leurs biens immobiliers.

Si certains raids ont été annoncés par texto ou appel téléphonique automatique, ceux ayant frappé des cibles d’opportunité ou classés hautement importantes ne l’ont pas été. Les bureaux présumés du Renseignement militaire du Hamas ont tous été ciblés.

Toutes les routes menant vers l’unique hôpital central de Gaza ont bombardés par des munitions spéciales. L’objectif était de détruire des tunnels souterrains mais ces raids ont entravé le transport des morts et des blessés civils vers l’hôpital.

L’artillerie et les chars israéliens se sont illustrés par la non précision de leurs tirs par rapport à ceux de l’aviation.

La centrale nucléaire de Dimona, les dépôts d’hydrocarbures d’Ashkelon et de Sderot, les champs gaziers offshore, deux oléoducs, un dépôt d’ammonium, trois bases aériennes, un dépôt de munitions, un site supposé de lancement de missiles nucléaires et une vingtaine d’autres sites industriels ont été la cible des roquettes palestiniennes. Toutes les roquettes tirées ne sont pas guidées.

Les Israéliens affirment que le système Iron Dome a intercepté 90% des roquettes palestiniennes. Dans les faits et selon des sources concordantes, plus de 3000 roquettes ont été tirées à partir de Gaza et seules 210 ont été interceptées avec succès par ce système.

Source: Externe

Pour la première fois, les factions palestiniennes ont dévoilé des roquettes d’une portée de 250km et d’autres d’un calibre de 350mm. L’une de ces roquettes s’est abattue sur un regroupement de militaires israéliens face à Khan Younes. La censure militaire israélienne a passé l’information à la trappe.

Le trafic aérien et maritime vers les principaux aéroports et ports d’Israël a été grandement affecté par cette confrontation. L’aéroport international de Ben Gurion a été fermé à la navigation aérienne et des milliers d’Israéliens demeurent bloqués en Europe et en Amérique du Nord.

Cette guerre à également démontré qu’Israël pouvait prendre le contrôle totale des moyens de communications, des réseaux GSM et 4G et interagir en temps réel via des bots avec des utilisateurs des réseaux sociaux, le plus souvent en les menaçant.

Des internautes ont été bloqués avec un message signé de la part des renseignements électroniques israéliens selon lesquels ils sont identifiés et seraient bientôt mis en état d’arrêt. Cet aspect du conflit préfigure ce que sera l’avenir de l’Internet dans un futur très proche.

De source fiable, les deux parties recherchent un cessez-le-feu même si publiquement ils affirment vouloir poursuivre les opérations. Les Israéliens semblent préoccupés par le manque de cibles peu dangereuses tandis que les factions palestiniennes veulent un cessez-le-feu rapide pour l’exploiter à des fins politiques.

Les médiations internationales butent sur l’inclusion du statut de Jérusalem mais également sur des calculs de politique intérieure israélienne.

La menace d’un effondrement sociétal israélien est réel. La révolte des Arabes israéliens est de nature à refonder les bases d’un contrat social artificiel depuis longtemps érodé. La montée des extrémismes menace d’un affrontement armé aux conséquences catastrophiques pour Israël.

Cette confrontation a replacé par dessus tout le statut de Jérusalem au centre du conflit israélo-palestinien après des années d’efforts, de guerres, de conflits hybrides et de chicanes juridiques et diplomatiques pour changer ce statut.

Rédaction Strategika51 -

16.05.21

Source: Strategika51

17 mai 2021

!!ALERTE!! La résistance, intransigeante

Source: Externe

Israël se casse les dents sur la résistance palestinienne

 

Malgré toute sa puissance militaire et toute sa brutalité, Israël la “superpuissance” se sent soudainement menacée et vulnérable.

Nous connaissons maintenant le contenu du “banc de cibles” dont les commandants israéliens ont parlé lorsqu’ils ont lancé leur dernier assaut sur Gaza: des tours résidentielles, des écoles, des abris pour personnes âgées et d’autres cibles à prédominance civile.

La bande de Gaza est peut-être minuscule et appauvrie, et l’endroit le plus densément peuplé de la planète, mais il a l’avantage de posséder une résistance déterminée et capable sous un commandement résolu qui bénéficie d’un solide soutien populaire. La dimension et les ressources importent peu.

Les quatre derniers jours ont montré qu’en dépit de leur écrasante prédominance militaire, ce sont les Israéliens qui se sentent menacés et assiégés.

Source: Externe

La meilleure illustration a été la façon dont l’aéroport Ben Gurion a été fermé et les vols détournés vers l’aéroport Ramon dans le sud, avant que les missiles du Hamas le ciblent également.

L’establishment israélien de la sécurité n’a jamais imaginé que les Palestiniens assiégés à Gaza pourraient développer une capacité de missiles aussi puissante – un énorme échec du renseignement.

La “superpuissance” israélienne s’est soudainement retrouvée coupée du monde extérieur, se sentant comme la partie la plus faible. Les responsables israéliens ont constamment menti sur l’évolution de la situation, mais deux mensonges, en particulier, méritent d’être notés.

Premièrement, leur armée prétend être sur le point d’organiser une invasion terrestre de la bande de Gaza, alors qu’elle sait très bien que ce serait un cadeau à la résistance et s’avérerait extrêmement coûteux.

Les Israéliens ont appris cette leçon lorsque leur faucon le plus belliciste, Ariel Sharon, a fui Gaza la queue entre les jambes et avec quelque 7000 colons, sous les coups de la résistance.

Le deuxième mensonge est l’affirmation qu’Israël a rejeté les appels du Hamas pour un cessez-le-feu. Mes informations de première main indiquent que c’est le contraire qui est vrai: les Israéliens ont contacté Le Caire et Doha pour leur demander de négocier une trêve, mais le Hamas et le Jihad islamique ont répondu qu’ils ne faisaient confiance à aucune assurance offerte par Netanyahu et qu’ils étaient prêts et disposés à se battre.

Source: Externe

Netanyahu a entamé cette escalade comme un stratagème pour améliorer sa survie politique, mais il veut maintenant désespérément un cessez-le-feu. Pas seulement à cause de la surprise des missiles de Gaza, mais aussi de la guerre civile en train d’exploser sur le front intérieur israélien – avec des citoyens palestiniens d'Israël qui se soulèvent à Jaffa, Haïfa, Umm al-Fahm, Nazareth, Lydda, Ramleh, Acre, Tabaria, Beer-as-Sabaa et ailleurs, en solidarité avec Jérusalem occupée, Sheikh Jarrah et Gaza.

Cette résurgence de la résistance des deux côtés de la Ligne verte, associée à la chute dans l’oubli le plus total de la prétendue Autorité palestinienne (AP) de Mahmoud Abbas, est un cauchemar pour les autorités israéliennes d’occupation.

Cela marque le début de la fin du rêve sioniste de pouvoir dominer indéfiniment le peuple palestinien et finalement l’éliminer. Ceux qui ont été trompés par cette illusion – et avec eux certains régimes arabes – feraient bien de commencer à y réfléchir.

Abdel Bari Atwan -

15.05.21

Source: Chronique de Palestine

 

Source: Externe

Les chiffres glaçants de cette 7è journée d'horreurs et de crimes perpétrés par la puissance occupante en provenance directe de la bande de Gaza bilan provisoire à 19h et après 1500 raids de l'aviation:

195 Palestiniens assassinés dont 59 enfants, 36 femmes & 12 autres personnes; plusieurs familles entières massacrées; 1239 blessés parmi eux 360 enfants, 220 femmes, 10 journalistes ,5 ambulanciers, 6 agents municipaux... les hôpitaux sont évidemment débordés et l'horreur continue, toujours en toute impunité, et souvent même, avec le soutien de certains gouvernements occidentaux

la destruction est massive partout dans la bande de Gaza, l'horreur est absolue, il n'y a plus que 3h d'électricité par jour et par foyer, les déplacés qui n'ont plus de toit se comptent au-delà de 25.000 personnes, sans parler des pertes économiques élevées dans une économie déjà moribonde  

merci beaucoup à tous les militants solidaires de bonne volonté qui ont manifesté partout dans le monde pour soutenir les Palestiniens, contre l'injustice et les crimes du régime israélien  

Ziad Medoukh -

 

Riposte de la résistance: bases militaires & colonies frappées

La riposte au massacre à Gaza ne s’est pas fait attendre. Les bases et les sites militaires israéliens ont été à l’honneur des salves de missiles et de roquettes de la résistance palestinienne, notamment de la part des Brigades al-Qassam du Hamas et d’al-Qods du Jihad islamique.

Source: Externe

Une base d’écoute située au sud de la Palestine occupée a fait l’objet de tirs, selon les Brigades al-Qassam.
La base Nahel Oz a fait aussi l’objet de tirs et il y aurait des blessés parmi les soldats, assurent ces brigades.

Selon les Brigades al-Qods, leurs tirs ont visé la base Hatsor dans la colonie de Netivot et la base Tselem. De même pour la base Amitay et le siège de l’unité Golani dans la colonie de Kissoufim. Ainsi que des attroupements de militaires israéliens à l’est des colonies Nir Am et Netiv Hatserah.

En outre, la ville de Tel Aviv a fait l’objet de plusieurs salves de missiles. Et des colonies ont également été bombardées à longueur de journée: dont Afsolem, Nirim, Kissoufim, la région de Netivot dans l’enveloppe de Gaza.

De même pour Bir as-Sabea (Beersheba), Ashkelon et Ashdod. Dans cette dernière, les photos et les vidéos postées par le israéliens montrent d’importants dégats dans les maisons et les voitures et des incendies dans les terres. Une centaine de maisons ont accusé des dégats depuis le début de l’escalade. Les autorités de l’occupation israélienne ont demandé aux colons de ces régions de rester dans les abris.

Un missile s’est aussi abattu sur les chemins de fer à Bat Yam, dans la colonie de Bir as-Sabea (Beersheba):
«Les dégâts dans les propriétés en Israël ont atteint en quatre jours la moitie de ceux occasionnés lors de l’opération Bordure protectrice en 2014», qui a duré 51 jours, a constaté le quotidien israélien 'Yediot Ahronot', en répertoriant les dégâts jusqu’au vendredi 14 mai.

Il fait état d’un coût estimé à 100 millions de shekels pour les biens et de plusieurs dizaines de millions pour les biens publics.

Source: Externe

Selon la radio de l’armée israélienne: en 6 jours, 3.100 missiles et roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza et 70% des Israéliens sont descendus dans les abris.

En Cisjordanie occupée, les affrontements avec les militaires de l’occupation israélienne ne connaissent pas de répit. A Naplouse, les jeunes palestiniens ont manifesté jusqu’au check-point israélien al-Bireh où ils ont brûlé des pneus et jeté des pierres & cailloux. Alors que les forces d’occupation leur tiraient dessus des grenades de gaz lacrymogène depuis des drones qui survolaient la zone.

Dans la nuit, les habitants du village Assirat, au sud de Naplouse ont repoussé une tentative de colons d’incendier deux maisons à l’est du village.

Des affrontements ont également eu lieu dans plusieurs régions de Jénine.

Rédaction de Almanar -

16.05.21

Source: Almanar

16 mai 2021

!!ALERTE!! Infos du jour + les tunnels entre l’Égypte & Gaza reprennent du service (+vidéo exceptionnelle)

Source: Externe

La résistance palestinienne au terrorisme d'Etat israélien est intacte et toujours aussi déterminée, et rien ne paraît pouvoir l'arrêter

 

Le porte-parole militaire des Brigades des Martyrs Abu Ali Mustafa, branche armée du Front populaire de libération de la Palestine Abu Jamal, a affirmé que «la saga héroïque de la résistance se poursuivra jusqu’à ce que l’entité israélienne arrête son agression», et s’adressant aux sionistes: «Vous avez deux options; soit la mort, soit le départ.»

Abu Jamal a affirmé que «la saga héroïque de la résistance se poursuivra jusqu’à ce que l’ennemi criminel s’agenouille devant la volonté palestinienne et arrête son agression sur al-Quds, sur la Cisjordanie & la bande de Gaza.»

Et d’ajouter: «Que l’ennemi criminel sache qu’il consomme le sang des civils et qu’il bombarde les maisons et les locaux de service des citoyens, afin d’offrir une victoire imaginaire à son public, faisant des femmes et des nourrissons une banque de ses cibles. Cet ennemi ne tordra pas notre bras ni ne réussira à nous faire abandonner notre combat, au contraire il met de l’huile sur un feu qui le consumera».

Il s’est adressé au peuple palestinien en disant: «Vos fils et les soldats de votre liberté dans les Brigades du Martyr Abu Ali Mustafa, ainsi que toutes les factions de la résistance sont toujours derrière les lanceurs de missiles face aux frappes d’artillerie de l’ennemi sioniste.»

Source: Externe

Il a averti les sionistes: «Dans toute notre terre occupée, votre direction vous trompe, alors ne la croyez pas. Elle vous entraine à la mort certaine alors qu’elle se cache dans des abris. Quittez notre terre alors que vous êtes encore vivants avant d’être enterrés, morts dedans. Nous sommes un peuple dont le seul refuge est nos fusils, et à travers nos armes nous protégerons nos vies avec votre mort, alors fuyez car vous n’avez pas le choix». Il a conclu en leur disant: «Vous avez deux options: la mort ou le départ.»

Source: Almanar

 

En lien direct depuis Gaza, voici le témoignage d'un professeur de français à l'université al-Aqsa:

Les massacres israéliens contre le peuple palestinien se poursuivent. En toute impunité! Et devant le silence complice de ce monde officiel: destruction massive partout dans la bande de Gaza. La terreur absolue!  

Un nombre croissant d'infrastructures civiles visées, endommagées et/ou détruites: 

fermeture totale de tous les passages, bombardement du port de pèche, des universités, écoles, cliniques & centres médicaux, mosquées, commerces, usines, associations, municipalités, routes, cimetières, stations d'électricité, puits, agences de presse, bâtiments publics, buildings effondrés, immeubles d'habitations détruits laissant une nouvelle fois quantité de familles sans toit, ayant absolument tout perdu... et une population horrifiée, des familles terrorisées, quand elles ne sont pas décimées...

mais aussi, une population déterminée et une jeunesse résistante, confiante en une Palestine gagnante! 

Gaza l’agressée, assiégée de toutes parts, résiste, persiste et existe! La lutte continue, dans la solidarité! La Palestine vivra! 

Et au bout du tunnel, la justice triomphera! 

Ziad Medoukh - 

 

Source: Externe

En ce moment de tous les dangers, où la Palestine pourrait retrouver ses frontières historiques grâce à la détermination de la résistance, ce documentaire à ne pas manquer

 

La résistance palestinienne a acquis tout un savoir-faire dans la construction et l’exploitation de tunnels qui ont permis durant plusieurs années via la frontière égyptienne, de contourner le blocus israélo-égyptien contre Gaza.

Elle a su s’inspirer aussi de l’expérience de la résistance libanaise, et certainement de l’expérience de la résistance vietnamienne à l’époque des guerres coloniales française et américaine

En février 2013, l’Égypte a lancé une grande opération pour détruire les tunnels frontaliers de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui a globalement été couronnée de succès. Mais des membres des familles et des tribus de la ville de Rafah ont déclaré à Al-Monitor que les Palestiniens tentaient de restaurer certains des tunnels détruits pour reprendre leurs activités de contrebande.

Les tunnels souterrains palestiniens ont été creusés sous la frontière avec l’Égypte après qu’Israël ait imposé son blocus sur Gaza en 2007. Des organisations palestiniennes, ainsi que de grandes familles vivant dans la ville de Rafah, ont creusé des centaines de tunnels tout au long des 14km de la frontière avec l’Égypte, pour importer en contrebande des produits égyptiens qu’ils vendaient sur les marchés de Gaza avec de considérables profits.

L’Égypte a pris de nombreuses mesures par le passé pour détruire ces tunnels, à cause de la détérioration de la situation sécuritaire dans la péninsule du Sinaï. Elle a lancé une campagne de démolition massive en février 2013 et a mis en place une zone tampon de 500m le long de la frontière avec Gaza, du côté égyptien, en octobre 2014.

Elle a inondé la zone avec de l’eau de la mer Méditerranée en septembre 2015. Ensuite, la zone tampon a été  étendue à 1500m de large du côté égyptien en octobre 2017.

Source: Externe

En outre, l’Égypte a construit deux murs à la frontière avec la bande de Gaza: Le premier a été construit en pierres en 2008, et le second, d’une hauteur d’environ 6m et d’une largeur de 5m, a été construit en béton armé, en février 2020.

La politique de l’Égypte a permis d’éliminer la plupart de ces tunnels de sorte que le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, a dû faire face à une terrible crise financière qui l’a obligé à augmenter les taxes sur les commerçants et les résidents.

Le Hamas a cherché à développer ses relations commerciales avec l’Égypte après la destruction des tunnels. Selon un rapport publié par Al-Monitor le 22 février 2019, le tournant dans les relations commerciales entre l’Égypte et la bande de Gaza a eu lieu en juin 2017.

A la suite d’accords entre le Hamas et les responsables égyptiens pour ouvrir un passage commercial entre l’Égypte et Gaza, les taxes imposées sur les marchandises égyptiennes ont pu alimenter la trésorerie du Hamas.

Une source appartenant à une famille de Rafah qui connaît bien les tunnels frontaliers a déclaré à Al-Monitor sous couvert d’anonymat: «Malgré les efforts de l’armée égyptienne pour détruire les tunnels, beaucoup d’entre eux sont encore opérationnels.»

Le 18 avril, l’armée égyptienne a annoncé la découverte et la destruction de cinq tunnels à la frontière avec la bande de Gaza. Un communiqué de l’armée indiquait: "Les forces de la police des frontières ont découvert et détruit cinq tunnels au cours du mois dernier."

La source a confié à Al-Monitor: «Ma famille possédait sept tunnels frontaliers avec l’Égypte avant 2015; nous les avons tous perdus après leur destruction par l’armée égyptienne. Mais nous avons récemment entrepris de restaurer et d’exploiter certains de ces tunnels.»

Source: Externe

Il a expliqué que ce sont des familles palestiniennes – et non des factions – qui sont à l’initiative de ces efforts pour reprendre la contrebande de marchandises, notamment de cigarettes, de miel, de carburant et de pièces détachées pour divers types de machines dont l’Égypte et Israël interdisent l’entrée à Gaza, en plus de marchandises disponibles en Égypte à bas prix et vendues à Gaza à des prix exorbitants, comme les produits cosmétiques.

Selon lui, l’objectif de la contrebande est d’échapper aux taxes que le Hamas impose sur les marchandises importées officiellement d’Égypte. Beaucoup de ces tunnels seraient devenus opérationnels seulement depuis quelques semaines.

La source a ajouté que sa famille n’est pas la seule à essayer de reprendre la contrebande de marchandises vers la bande de Gaza via les tunnels avec l’Égypte, car cela demande une organisation très compliquée.

Il faut en effet échapper aux contrôles sécuritaires égyptiens à la frontière. Pour cela, a-t-il dit, il faut allonger le tunnel pour qu’il pénètre de 3km à l’intérieur du territoire égyptien, au-delà de la zone tampon de 1500m de profondeur mise en place du côté égyptien.

Mohammed Abu Jayab, rédacteur en chef du journal économique Al-Eqtesadia à Gaza, a déclaré à Al-Monitor: «La reprise des opérations de contrebande dans les tunnels portera atteinte aux revenus financiers que le mouvement Hamas tire des taxes qu’il prélève sur les marchandises égyptiennes qui arrivent officiellement à Gaza via le poste frontière de Rafah.»

Bien qu’aucun chiffre officiel ne soit disponible sur l’importance de ces retours financiers, selon Abu Jayab le Hamas gagnerait environ 40 à 50 millions de shekels israéliens (12,3 à 15,4 millions de dollars) par mois grâce aux taxes imposées sur les marchandises égyptiennes entrant dans la bande de Gaza.

Il a précisé que les marchandises qui rapportent le plus au trésor du Hamas sont le carburant, les cigarettes, la mélasse, le gaz de cuisine, le muassel (tabac utilisé pour le narguilé) et les matériaux de construction.

Abu Jayab a ajouté qu’environ 4 millions de paquets de cigarettes entrent chaque mois dans la bande de Gaza en provenance d’Égypte et que le Hamas impose une taxe estimée à cinq shekels (1,54 dollar) sur chaque paquet, ce qui signifie que 20 millions de shekels (6,2 millions de dollars) vont au trésor public du Hamas chaque mois grâce aux seuls revenus des cigarettes.

Source: Externe

Environ 9 millions de litres de carburant par mois entrent dans la bande de Gaza, et le Hamas impose une taxe de 1,5 shekels (0,46 dollar) sur chaque litre de carburant. En d’autres termes, 13,5 millions de shekels (4,16 millions de dollars) par mois vont au trésor du Hamas grâce aux seules recettes du carburant.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur basé à Gaza a refusé de commenter la reprise des activités de contrebande le long de la frontière, mais un haut fonctionnaire du ministère a déclaré à Al-Monitor, sous couvert d’anonymat, que son ministère «déploie tous les efforts imaginables pour empêcher que des tunnels soient creusés vers le territoire égyptien, et qu’il soutient les efforts de l’Égypte pour éliminer ces tunnels».

Il a refusé de donner plus de détails.

Talal Okal, analyste politique et écrivain pour le journal Al-Ayyam basé à Ramallah, a déclaré à Al-Monitor: «Le retour de l’activité dans les tunnels est quelque chose que ni l’Égypte, ni Israël, ni le Hamas n’apprécieront.»

Selon lui, le retour de l’activité dans les tunnels aura des conséquences négatives pour les trois camps:  «L’Égypte, a-t-il expliqué, craint l’infiltration d’éléments extrémistes de Gaza vers le Sinaï par ces tunnels.

Israël craint la contrebande de matériaux et de machines dont l’entrée à Gaza est interdite parce qu’ils pourraient être utilisés pour fabriquer des armes.

Et le Hamas, quant à lui, ne veut pas voir se réduire le montant des taxes qu’il récolte grâce à l’entrée officielle de marchandises égyptiennes dans la bande de Gaza via le passage de Rafah».

Voir le témoignage/documentaire exceptionnel (arabe ss-titré anglais)

https://www.youtube.com/watch?v=v1uatEfM7Xw

 

Rasha Abou Jalal (Gaza) -

06.05.21

Source: Chronique de Palestine

15 mai 2021

!!ALERTE!! Gaza, bombardée nuit & jour... la Cisjordanie en proie à des pogroms anti-arabes

Source: Externe

De nouvelles armes & munitions utilisées lors des bombardements sur la bande de Gaza

 

Nos suspicions sur l’usage par Israël de munitions d’un nouveau type à Gaza sont confirmés.

En plus de nouvelles charges provoquant une série d’explosions multiples et un bruit caractéristique, l’aviation israélienne utilise un nouveau type de missiles ailés comme on le voit dans les photographies ci-contre.

Source: Externe

 

Il semble également que l’attaque contre Gaza ait été décidée depuis des mois et plus précisément depuis les péripéties fort mouvementées de la dernière élection présidentielle US.

Un important stock de bombes anti-bunker ont été livrées par Washington à Israël en prévision de cette operation.

La provocation de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem serait donc délibérée et pilotée par l’équipe de Netanyahu afin de sortie de l’impasse politique et judiciaire dans laquelle se débat un Premier ministre qui ne veut plus quitter le pouvoir en dépit de ses interminables affaires de corruption.

Cette confrontation est loin d’être spontanée.

Source: Strategika51

 

 

Source: Externe

L’armée israélienne se vante: 160 avions ont bombardé la bande de Gaza avec 450 missiles

L’armée d’occupation israélienne s’est vanté que 160 avions israéliens ont largué 450 missiles sur la bande de Gaza, en 40 minutes, dans la nuit de jeudi à vendredi. Elle a reconnu que les factions de la résistance ont tiré 2.000 missiles et roquettes sur différentes cibles israéliennes, dont 190 dans la nuit de jeudi à vendredi.

Dans un communiqué sur Twitter rapporté par la chaine de télévision qatarie 'al-Jazeera', le porte-parole de l’armée d’occupation, Avichay Adraee, a déclaré: «Depuis minuit, la nuit dernière, environ 160 avions d’environ 6 bases aériennes ont participé et utilisé environ 450 missiles et obus pour attaquer environ 150 cibles en 40 minutes environ».

Selon lui, ces cibles reviennent aux factions de la résistance palestinienne et sont souterraines.

Des maisons bombardées, des familles décimées

Selon les correspondants des télévisions libanaises 'al-Manar' et 'al-Mayadeen', l’armée israélienne bombarde surtout les maisons de Palestiniens à Gaza et des familles entières ont été décimées.

Source: Externe

Des tours renfermant des bureaux, des magasins, et les sièges de médias ont également été détruites, dont 'al-Jawharat' et 'Hanadi'.

Le propriétaire de la tour 'al-Jawharat', Ahmad al-Zaïm, s’est rendu sur les débris de son batiment. «La tour al-Jawhrat est une offrande à al-Quds, au quartier Sheikh Jarrah et aux Palestiniens de l’intérieur», a-t-il dit.

Ce vendredi 14 mai, 'al-Mayadeen' a rapporté que les raids israéliens ont frappé une maison au nord de la bande de Gaza, une autre à l’est du quartier Zaytoun au sud de Gaza, une troisième à Khan Yunès.

'Al-Manar' a rendu compte que plusieurs maisons au centre du camp de Boureij ont été la cible ce vendredi de raids israéliens et il y a eu des martyrs et des blessés.

Dans la nuit, un père de famille et ses trois filles ont succombé dans un raid israélien contre leur maison à Beit Lahiya au nord de la bande de Gaza, a rapporté al-Manar.

5 gazaouis sont tombés en martyrs dans un pilonnage de l’artillerie israélienne contre le village Um al-Naser au nord de la bande. 5 membres de la famille Rantissi dont trois femmes et deux nourrissons sont tombés en martyrs dans un raid contre leur maison à l’est de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

Source: Externe

Un imam, un jeune marié, une femme et ses deux enfants

Parmi les martyrs figurent la fille d’un pompier gazaoui, Hassan al-Attar, et ses enfants. Ainsi qu’un jeune imam de mosquée, Ibrahim al-Chanbari (20 ans).

Et le jeune homme Ahmad al-Masri (21 ans) dont la cérémonie de mariage était prévue ce vendredi. Il a succombé l’avant-dernier jour du mois de Ramadan, le lundi 10 mai , dans le premier raid mené par ‘Israël’ contre sa maison à Gaza. Son neuveu Yazan d’un an et demi et 7 autres membres de sa famille ont succombé aussi.

«Il a suivi sa mère qui est tombée en martyr en 2008, lors de la première guerre israélienne contre la bande de Gaza», a dit son père Abou Atallah par téléphone pour 'al-Jazeera'.

Le bilan des tués palestiniens a franchi le seuil des 122, dont 31 enfants et 20 femmes. Et celui des blessés dépasse les 900, selon un rapport publié vers 16h30 par le ministère de la Santé à Gaza.

L’Unrwa refuse d’ouvrir ses écoles

Selon 'al-Mayadeen', l’UNRWA (Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens), refuse d’ouvrir les portes de ses écoles dans la bande de Gaza pour accueillir les Palestiniens qui ont perdu leurs maisons ou qui fuient les raids israéliens.

Depuis le matin de ce vendredi, l’artillerie de l’occupation israélienne mène un bombardement de grande envergure tout au long des frontières Est de Rafah, aux confins avec le quartier al-Chujaiyat, Beit Hanoune, et Beit Lahiya, a rapporté cette télévision.

Source: Externe

2.000 missiles et roquettes tirées par la résistance

En retour, les factions de la résistance palestinienne ont lancé des centaines de missiles sur plusieurs villes israéliennes, notamment Tel-Aviv, Ashkelon et Sderot.

Elles ont tiré des salves de roquettes et de missiles contre les aéroports israéliens, dont Ben Gurion et Ramon (avec un missile Ayyash-250 d’une portée de 250km).

Des installations pétrolières, notamment dans la colonie d’Ashkelon ainsi que la plateforme gazière maritime Tamar, située en Méditerranée ont aussi essuyé des tirs de missiles et elles ont actuellement suspendu leur production.

Les frappes de la résistance ont aussi visé des bases militaires israéliennes dont la base aérienne Hatzerim dans le Néguev, à partir de laquelle décollent les avions israéliens pour bombarder la bande de Gaza. Celle-ci a de nouveau été visée pendant la nuit.

De nombreuses maisons de colons israéliens ont été frappées de plein fouet. 70% de la population israélienne se trouve désormais dans les abris.

Source: Externe

Ce vendredi, les Brigades al-Qassam du Hamas ont déclaré avoir bombardé une usine chimique de la ville de Nir Oz à l’aide du drone Chéhab (Shehab).

Selon l’armée israélienne, les factions de la résistance ont tiré depuis la bande de Gaza près de 2.000 missiles et roquettes dont 190 dans la nuit de jeudi à vendredi. Elle a fait état de 9 tués israéliens et 130 blessés.

Les factions de la résistance palestinienne ont déclenché leur opération baptisée 'Épée d’al-Qods' en soutien aux jérusalémites. Pendant le mois de Ramadan, ils ont été victimes de mesures de harcèlement et de répression israéliennes pour les empêcher de se rendre à la mosquée al-Aqsa.

En même temps, quatre familles habitant le quartier Sheikh Jarrah, limitrophe de l’Esplanade des mosquées, étaient sous la menace d’expulsion de leurs maisons, après que le Tribunal de Jérusalem ait décrété qu’elles appartiennent aux colons.

Une cinquantaine de famille jérusalémites, ou l’équivalent de 500 personnes, risquent de perdre leurs maisons où elles s’étaient installées après avoir été expulsées de leur villes et villages dans les territoires palestiniens occupés en 1948, lors de l’implantation de l’entité sioniste.

Source: Almanar

 

Source: Externe

‘Israël’ est toujours ‘Israël’… il sera la raison de sa fin!

Témoignage poignant que doivent ressentir tous ceux qui se sont rendus sur place en tant que militants de la juste cause palestinienne

 

Cela fait déjà cinq ans de ma dernière visite au centre du monde, treize depuis mon entrée à Gaza, et plus de vingt depuis la première visite en Palestine. Je ne sais pas combien de temps devra s’écouler avant je puisse y  retourner.

En ces jours de barbarie concertée, d’avancée génocidaire, de radicalisation sioniste, tous ceux qui y sont déjà allés partagent une empathie complice avec ceux qui en rentrant, ne sont pas revenus les mêmes.

La Palestine n’est pas seulement un pays, les Palestiniens ne sont pas seulement un peuple, Jérusalem n’est pas qu’une ville.

Tout ça nous reste dans le sang.  Rien ne nous est plus indifférent. C’est un destin qui devient un point de départ. C’est une patrie même pour ceux qui sont apatrides.

Les nouvelles qu’on nous fait parvenir sont, dans leur écrasante majorité, accablantes, désespérées. Elles nous salissent les yeux.

'Israël' est de plus en plus Israël, une milice de bouchers, de terroristes, qui chaque jour se résume à cela. Indigne de parler au nom de ceux qui ont subi l’holocauste, car ils en exécutent un autre qui aura demain 73 ans.

Sur la voie qu’il a emprunté,  il ne restera rien à Israël au-delà de ce qu’il a toujours été. Il n’y a plus d’espace pour les Arabes Israéliens. Le temps des libéraux de Tel-Aviv est terminé.

Source: Externe

Plus de propagande selon laquelle ils sont la seule démocratie au Moyen-Orient, alors qu’il ne reste que ceux qui se réjouissent du retour au Moyen-âge.

La foule qui crie «Gazez les Arabes!», qui envahit des maisons illégalement, qui tue des gens comme on tue des mouches, n’acceptera pas la partie d’Israël qui a été promue en Occident et qui n’a plus de place depuis longtemps pour exister.

Les communistes des Kibboutz, les "pinkwashers" des grandes avenues et des villes modernes, seront balayés ou quitteront la scène face à l’hégémonie des colons radicaux qui seront les seuls bienvenus, les seuls à vouloir rester sur une terre qu’ils sont les seuls à croire leur avoir était promise.

Le mensonge d’Israël est brisé à chaque défilé du "Jour du drapeau", qui hurle devant le feu dans la vieille ville, devant chaque persécution arabe, devant chaque lynchage sur la place publique et dont les images nous sont parvenues des villes mixtes la nuit dernière.

Cet Israël qui reste Israël sera la raison de sa fin! Il ne peut gagner que si "la solution finale" consiste à liquider physiquement 7 millions de Palestiniens, entre la Cisjordanie, la bande de Gaza et les Arabes israéliens.

Il n’y aura pas assez de fanatiques pour alimenter un tel charnier. Le sionisme ne convainc plus les juifs européens ou américains, en nombre suffisant pour y émigrer. Les juifs russes, pour la plupart, sont rentrés en Russie et ont laissé de nombreuses colonies presque vides. Et les Africains sont trop noirs pour la blancheur sioniste.

Source: Externe

La désertion de l’armée n’est plus marginale. De moins en moins de jeunes veulent aller au front d’une guerre qui est devenue une guerre sur tous les fronts.

Israël est une puissance militaire, mais aucune puissance militaire ne peut se tenir sans fantassins , limitée uniquement aux hauts rangs de ses fanatiques.

En-dehors de la Palestine, encore après après avoir blessé Al-Aqsa, Israël a provoqué les musulmans de Nouakchott à Islamabad et le camp de laïcité de New-York à Berlin.

Il n’y a pas eu depuis le Reich hitlérien une puissance à la fois si forte et si isolée. Il ne peut plus cacher ni justifier sa brutalité, son agenda. Les faits sur le terrain l’illustrent.

Israël est devenu l’ennemi de la seule possibilité dont il avait besoin pour une cohabitation "pacifique" quand bien même elle est irrémédiablement inégale.

Israël a choisi la voie qui en fait une colonie irrespirable, antisémite, condamnée par la résistance palestinienne héroïque, condamnée pour son propre fondamentalisme… et condamnée tôt ou tard par l’histoire de l’humanité.

Renato Teixeira -

13.05.21

Source: Almanar

14 mai 2021

!!ALERTE!! Infos diverses du front de la résistance

Source: Externe

!!ALERTE!! Vu la violence des événements qui se déroulent en Palestine occupée, la rédaction de MCP tente de vous informer au mieux et reporte à plus tard les articles habituels

 

Au 3è jour de l’agression militaire israélienne contre Gaza, la résistance palestinienne reste déterminer à asséner des coups douloureux à l’ennemi sioniste.

Les roquettes de la résistance, tirées depuis Gaza, se sont abattus pour la première fois sur le nord extrême de la Palestine occupée et l’est de la ville de Haïfa, a indiqué le site d’information 'PalToday'.

Dans ce contexte, les médias israéliens ont affirmé que les sirènes d’alerte ont retenti pour la première fois dans les villes d’Amek Yezrael, au sud-est de Haïfa, ainsi qu’à Akka, Nahariya, Tel-Aviv, Nazareth, Um al-Fahm, Jaffa, Bet Yam et dans la Galilée.

Selon un dernier rapport publié par l’armée d’occupation, environ 1500 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers les territoires occupés, depuis le début de l’escalade militaire, lundi soir 10 mai, entre la résistance palestinienne à Gaza et les forces d’occupation israélienne.

Un nouveau Kornet contre un convoi israélien

Les Brigades Abou Ali Mustafa, la branche militaire du Front populaire de libération de la Palestine, ont pour leur part annoncé ce jeudi avoir mené une attaque au missile contre un convoi de véhicules militaires de l’occupation israélienne dans la région d’Al-Farahin, à l’est de Khan Yunès, dans le sud de la bande de Gaza.

Source: Externe

Les médias israéliens ont rapporté qu’un missile de type Kornet a visé un véhicule militaire et un autre a ciblé les forces de sauvetage qui l’accompagnaient. Ils n’ont pas fourni d’autres des détails.

Mercredi 12 mai, les brigades al-Qassam ont tué un soldat et blessé trois autres, dan une opération similaire au nord de la bande de Gaza.

Suspension du trafic aérien 

Face à ces développements, les autorités aéroportuaires de l’occupation israélienne ont annoncé jeudi, que tous les vols en direction de l’aéroport international Ben Gurion de Tel-Aviv sont déroutés jusqu’à nouvel ordre.

Cette décision n’affecte pas pour l’instant les vols en partance de l’aéroport, où les avions privés sont autorisés à atterrir et où le trafic avait déjà été temporairement suspendu mardi soir, d’après cette source.

L’intensification des tirs de roquettes palestiniennes interviennent après les bombardements hystériques de l’occupation contre des installations civiles à Gaza.

Le bilan s'alourdit à 83 martyrs dont 17 enfants

Le correspondant d’Al-Mayadeen dans la bande de Gaza a rapporté que les avions de combat israéliens ont mené, ce jeudi 13 mai, un raid contre la région de Cheikh Radwan dans la ville de Gaza. Et de souligner: «L’occupation intensifie ses cibles à Gaza dans le but de détruire son environnement».

Et puis au premières heures de la fête d’al-Fitr, l’aviation de l’occupation a bombardé la Banque nationale islamique à Khan Yunès, au sud de la bande de Gaza. Un drone israélien a également pris pour cible des bâtiments dans le quartier d’Al-Turk.

Source: Externe

Plus de 25 missiles israéliens ont visé le nord de Gaza mercredi soir endommageant des domiciles et des installations civiles, a-t-on ajouté de même source.

Depuis le début de l’agression militaire contre Gaza, le lundi 10 mai, 83 Palestiniens, dont 17 enfants, 6 femmes et un homme âgé, ont été tués, et plus de 900 autres blessés suite à des frappes israéliennes contre Gaza ou à des affrontements avec les forces d’occupation en Cisjordanie ou à Jérusalem al-Qods occupée.

Du côté israélien, 6 personnes ont été tués suite aux tirs de roquettes lancés par les factions de la résistance palestinienne à Gaza [mais dans ce genre de situation, un black-out des infos est appliqué par les autorités coloniales-ndlr].

Rappelons que la situation a explosé à la suite d’agressions brutales commises par la police et les colons israéliens, depuis le début du mois béni du Ramadan, le 13 avril, contre les Palestiniens à al-Quds, en particulier dans la mosquée al-Aqsa et ses environs, ainsi que dans le quartier Sheikh Jarrah, où les forces d’occupation tentent d’expulser 12 familles palestiniennes de leurs foyers au profit des colons.

Les factions de la résistance à Gaza avaient alors réclamé, le lundi 10 mai, des forces d’occupation de se retirer ses soldats de la mosquée d’al-Aqsa et du quartier de Sheikh Jarrah, faute de quoi ses combattants viseraient les territoires occupés par des roquettes.

Source: Externe

La résistance promet "une bataille de plusieurs mois"

Dans toute la Palestine occupée, la situation est plus explosive que jamais.

Dans la continuité de leur opération baptisée 'Epée d’al-Quds', les factions de la résistance palestinienne poursuivent leurs tirs  contre les colonies et les villes israéliennes, alors que l’armée de l’air israélienne bombarde sans répit la bande de Gaza.

En Cisjordanie occupée, a eu lieu une opération de résistance contre les colons. Alors que dans les territoires palestiniens occupés en 1948, les colons attaquent les Palestiniens autochtones partout où ils les trouvent, conformément aux appels "Tuez les Arabes"

Tirs nocturnes contre les villes israéliennes

Vers 21h30, les brigades al-Qods du Jihad islamique ont revendiqué des salves de tirs «lourds et intenses et précis» contre Tel-Aviv , Dimona, Ashdod, Ashkelon, Sdérot (20 missiles)…

Plus de 70 missiles ont frappé les colonies du sud de la Palestine occupée, notamment Netifot et Ashkelon, selon les médias israéliens qui ont fait état de 26 blessés dans cette dernière dans des tirs de missiles et de roquettes palestiniens.

Dans la journée, ces brigades avaient bombardé ces deux colonies ainsi que Sdérot "en riposte au bombardement de la tour al-Chorouk et à l’assassinat des chefs des Qassam".

Source: Externe

Vers 02h ce jeudi 13 mai, la résistance a revendiqué des tirs de missiles contre l’extrême nord de la Palestine occupé et à l’est de la ville de Haïfa, selon 'al-Manar', citant des médias israéliens, dont: la ville de Amiek Yesrael situé au sud-est de Haïfa, Akka, Naharia, Tel-Aviv, al-Jalil (La Galilée), al-nasserah (Nazareth), Um al-Faham, Beit Yam, ainsi qu’Ashkelon. Rishon Letsion où une maison a été touchée de plein fouet et un colon a été blessé,

Une troisisème tour détruite à Gaza

Cette tour située à Gaza avait été bombardée dans l’après-midi, par les drones de reconnaissance israéliens dans un premier temps, avant d’être détruite entièrement par les avions de combats israéliens.

Formée de 15 étages elle renfermait des magasins et des bureaux de médias. Elle a été frappée au moyen de 4 missiles, ont indiqué des sites d’information palestiniens selon lesquels Israël avait menacé auparavant de la détruire, demandant à ses occupants de l’évacuer. Deux autres tours similaires, al-Jawharat et Hanadi, avaient été bombardées le mardi.

Dans la matinée, l’armée de l’occupation israélienne avait bombardé des postes de police et des batiments ministériels. Dans la nuit, les avions israéliens s’acharnaient aussi contre le ministère des Finances de la ville.

Source: Externe

Un chef militaire Hamas tombé en martyr

Dans l’après-midi de mercredi, les brigades d’al-Qassam, branche militaire du Hamas, avait annoncé le martyr du commandant Bassem Issa et d’un certain nombre de combattants du mouvement de résistance.

Connu sous le pseudonyme d’Abu Imad, il était le commandant de la brigade Gaza. Il est tombé en martyr dans des frappes israéliennes contre des positions de la résistance dans la bande de Gaza.

Le mardi 11 mai, les brigades al-Qods avaient annoncé le martyr de leur chef Sameh al-Mamlouk qui était le chef de l’unité balistique du mouvement et de deux de ses compagnons, tués dans un raid israélien contre Gaza.

Au moins deux militaires israéliens tués

Côté israélien ce sont au moins deux militaires israéliens qui ont été tués mercredi dans un tir contre leur jeep de type Defender à proximité de la colonie Netiv Haasarah au nord de la bande de Gaza.

Dans la soirée, le Hamas a diffusé les images de cette opération effectuée au moyen d’un missile téléguidé Kornet. Le véhicule a été détruit.

Source: Externe

"La mort vous terrifiera"

«Nous disons à Netanyahu et aux chefs de son armée vaincue que les factions de la résistance ont mis au point les plans et se sont préparés pour diriger les combats pour plusieurs mois», a averti un grand dirigeant des brigades al-Qods, après avoir rendu hommage à Bassem Issa.

«Attendez la mort qui vous terrifiera vers 21h», a-t-il ajouté, promettant «une nuit rouge aux colonies».

Dans la nuit de mercredi, les avions israéliens ont effectué plus de 10 raids aériens contre plusieurs régions de la bande de Gaza.

Opération de résistance à Naplouse

La situation est aussi brûlante en Cisjordanie occupée.

Au sud-ouest de Naplouse a eu lieu une opération de résistance lorsqu’un Palestinien a ouvert le feu contre une voiture de colons près de la colonie d’Ariel: deux d’entre eux ont été blessés par balle. L’auteur de l’opération, Mohamad Najjar , était un agent des forces de sécurité palestiniennes. Il est tombé en martyr.

Les médias israéliens rapportent une autre version des faits selon laquelle il avait tiré en direction d’une tour israélienne.

Une énorme manifestation palestinienne eu lieu à Ramallah pour protester contre l’offensive militaire israélienne. Les villes d’al-Khalil (Hébron), Tulkarem, et Naplouse ont été le théâtre de manifestations au cours desquelles les forces d’occupation israéliennes ont tiré des balles réelles et en caoutchouc, ainsi que des gaz lacrymogènes contre les Palestiniens. Il est question de 35 blessés, dont deux dans un état grave.

Source: Externe

Dans la ville sainte d’al-Quds, il semble qu’un Palestinien ait été poignardé dans le marché Mahané Yehuda, dans la vieille ville occupée et son état est grave.

Le quartier Sheikh Jarrah de la ville sainte d’al-Quds, foyer de la contestation palestinienne, fait toujours l’objet d’attaques orchestrées par les colons sionistes, qui avec l’aide des forces d’occupation israélienne tentent d’évincer les Palestiniens de leur quartier pour usurper leurs maisons et leurs biens.

Territoires de 1948: attaques des colons et des policiers

Dans les villes mixtes des territoires palestiniens occupés de 1948, les affrontements font rage entre les Palestiniens et les colons et les policiers israéliens. Notamment dans les villes de Haïfa, Akka, Yafa, Beit Yam, Tabarayya, Um al-Faham, Lod, Bir as-Sabae (Beersheba)… La police de l’occupation israélienne a arrêté plus de 374 jeunes palestiniens de ces territoires depuis le mardi soir.

A Akka, les colons ont attaqué les maisons des Palestiniens sous la protection des policiers. Il est question qu’un Palestinien y est tombé en martyr, selon 'Paltoday'.

Une autre militante des territoires de 1948, Hima Zreik a, pour sa part indiqué que le slogan que les colons scandent le plus pendant leurs attaques contre les Palestiniens est «A mort les Arabes».

«Un grand nombre de policiers de l’occupation protègent les colons dans leurs attaques. Les Palestiniens dans les villes occupées sont désarmés et ils sont victimes d’une grande offensive», a-t-elle souligné pour cette télévision.

Source: Externe

Malgré ce grand déséquilibre des forces, la police israélienne n’arrive pas à contrôler la situation dans ces villes, relatent les médias israéliens

Le président israélien Reuven Rivlin a lancé un appel de détresse. «Je supplie le monde. Faites votre possible pour arrêter ces choses horribles qui se passent devant nos yeux», a-t-il dit.

Selon les médias israéliens le Premier ministre Benjamin Netanyahu tente d’obtenir du cabinet ministériel restreint une autorisation pour envoyer l’armée dans les villes mixtes qui sont le théâtre d’affrontements. Mais le ministre de la guerre Benny Gantz refuse cette demande, estimant que cette mission revient aux gardes-frontières.

«Ce qui se passe dans les rues est plus dangereux que les combats militaires», a dit Gantz. «La fracture interne menace ‘Israël’ et représente un danger comparable à celui des missiles du Hamas», a-t-il estimé

«Le cabinet discute de la poursuite des attaques de l’armée de l’air israélienne contre la bande de Gaza. Il a ratifié une escalade de l’offensive contre Hamas. Mais il discute aussi de la résolution du dilemme dans la rue palestinienne en colère et des tensions dans les villes habitées par les Arabes et les Israéliens », a rapporté le quotidien israélien 'Yediot Ahronot'.

Entre temps, 'rapporte al-Mayadeen', le rabbin de Safad a lancé un appel aux colons pour tuer les Arabes!

Rédaction de Almanar -

13.05.21

Source: Almanar

13 mai 2021

!!ALERTE!! Soulèvement général de la résistance contre l'occupation coloniale israélienne!!INFOS!!

Source: Externe

!!ALERTE!! Différentes infos sur la situation en Palestine occupée!! 

Comme à chaque fois, quand le régime colonial israélien perd pied, il se venge 'courageusement' sur Gaza qu'il tient emprisonnée sous un étau d'acier depuis près de 15 ans

Les avions israéliens, ont mené, ce mercredi matin 12 mai, des frappes hystériques contre tous les sièges de la police dans la bande de Gaza.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Iyad Al-Bazm, a déclaré que les avions de combat israéliens ont lancé une série de raids qui ont abouti à la destruction de tous les quartiers généraux de la police dans la bande de Gaza, rapporte le site PalToday.

Al-Bazm a expliqué que les raids étaient concentrés dans les villes de Gaza et Khan Younès.

Outre les sièges de la police, les bombardements israéliens ont visé plusieurs maisons et appartements de citoyens dans un immeuble résidentiel, ainsi que des sites de la résistance, des rues et des infrastructures.

Source: Externe

43 martyrs, dont 12 enfants

Par ailleurs, le bilan des victimes des agressions israéliennes contre la Bande de Gaza s’est alourdi, ce mercredi.

Le ministère palestinien de la Santé à Gaza a indiqué que «43 Palestiniens sont tombés en martyrs depuis le début des bombardements lundi 10 mai et 296 autres ont été blessés».

Les autorités sanitaires palestiniennes ont fait savoir que 12 enfants et 3 femmes comptaient parmi les victimes.

Deux martyrs en Cisjordanie occupée

La situation en Cisjordanie n’est pas meilleure. Un deuxième Palestinien a été tué mercredi dans des heurts avec l’armée d’occupation israélienne, ont rapporté des sources officielles palestiniennes.

Dans le nord de la Cisjordanie occupée, un adolescent de 16 ans, Rachid Abouara, a été tué par des tirs des forces d’occupation à la tête et à la poitrine, après la prise d’assaut de son village de Aqaba, au nord de la ville de Naplouse, selon le ministère de la Santé palestinien.

Plus tôt mercredi, Hussein al-Titi, un Palestinien de 26 ans, a été tué dans des affrontements avec l’armée d’occupation, dans le sud de la Cisjordanie occupée. Il a été touché par des tirs de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés d’Al-Fawwar, près de la ville palestinienne de Hébron, avait rapporté plus tôt le ministère de la Santé palestinien.

Source: Externe

Cisjordanie: série d’arrestations dans les rangs de Hamas

Entre-temps, l’armée israélienne a lancé, ce mercredi, une campagne d’arrestations contre les dirigeants et les militants du Hamas en Cisjordanie occupée.

Des sources palestiniennes ont déclaré «qu’une force israélienne a attaqué la ville de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie et arrêté le chef du Hamas, Yasser Al-Bardasawi». Et d’ajouter: «Les soldats israéliens ont également arreté le militant, Mohammad Asida, dans la localité de Tal, près de Naplouse ».

Et puis, dans la ville de Qalqiliya, le chef du Hamas, Sameh Afaneh a été arrêté pendant la perquisition de son domicile, a-t-on indiqué de mêmes sources.

850 roquettes ont visé les territoires occupés

Les factions de la résistance palestinienne ont riposté à ces agressions en tirant des salves de roquettes contre différentes colonies israéliennes.

Deux colons sont morts, ce mercredi, dans la ville occupée de Lod alors qu’ils se trouvaient dans une voiture, touchée par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, a rapporté la police d’occupation israélienne.

«Pas moins de 850 roquettes ont été tirées sur Israël depuis lundi entraînant la mort de cinq Israéliens», a indiqué l’armée d’occupation israélienne.

Source: Externe

Un soldat israélien tué et plusieurs autres blessés dans une opération d’al-Qassam

Les brigades Ezzeddine al-Qassam, branche armée du Hamas, ont également annoncé, ce mercredi, avoir tiré un missile de type Kornet contre une jeep des forces d’occupation au nord de la bande de Gaza, tuant et blessant plusieurs militaires.

Pour sa part, la radio officielle israélienne a fait état de la mort d’un soldat et de trois autres blessés, suite à cette opération.

12.05.21

Source: Almanar

 

Source: Externe

INCROYABLE: les Israéliens perdent le contrôle de la ville de Lod. La grande surprise de la révolte: les Palestiniens de l’intérieur

Nous avons perdu le contrôle de la ville de Lod, a été le cri d’alarme lancé dans l’après-midi du mardi 11 mai par Yair Ravivo, le maire israélien de cette ville située à 15 km au sud-est de Tel-Aviv.

Quelques heures plus tard, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, y déclarait "l’état d’urgence spéciale". Une première depuis 1966.

En même temps, le ministre de la guerre Benny Gantz  ordonnait  l’envoi de toutes les brigades des gardes-frontières stationnées en Cisjordanie occupée  vers cette ville et toutes les autres villes mixtes.

Une spécificité de cette escalade que les observateurs israéliens ne tarderont pas à signaler: les Palestiniens de l’intérieur, ceux des territoires palestiniens occupés en 1948 y participent massivement et pour la première fois. Ils se sont solidarisés avec  leurs compatriotes de 1967, avec la révolte du quartier Sheikh Jarrah et celle de la mosquée al-Aqsa. Et ils continuent de le faire avec un élan sans pareil, en même temps que l’escalade militaire avec la bande de Gaza.

En plus de Lod, c’est le cas de Haïfa et de Akka où 26 palestiniens ont été arrêtés ces dernières 24 heures. De même pour Ramlat, Um al-Faham… Ainsi que de Chafa Amro, Kafar Mandat, Arabat Der al-Assad dans le Jalil (la Galilée).

Source: Externe

Dans toutes ces agglomérations, les jeunes palestiniens sont descendus dans les rues et ont affronté les forces de l’ordre de l’occupation et les colons. Là où ils pouvaient, ils décrochaient le drapeau israélien pour le remplacer par le drapeau palestinien.

Dans la ville de Lod, les scènes ont été les plus frappantes: de véritables combats de rue acharnés: «Ses rues sont le théâtre d’une guerre civile entre les Arabes et les juifs», s’était d’ailleurs alarmé son maire israélien dans son appel de détresse au gouvernement, lui réclamant l’envoi de l’armée israélienne.

Ils ont attaqué un restaurant, un hôtel, et brûlé des dizaines de voitures dans une artère principale, ont rapporté les médias israéliens.

Dans l’après-midi, ces derniers avaient évoqué au moins 20 voitures de colons qui ont été transformées en cendres. Dans la soirée, ils ont dit que ce sont 30 voitures qui ont été brûlées durant la nuit.

«On a mis le feu a ma voiture. Pour moi c’est tout ce que je sais. La police n’est pas venue. On s’est trouvé seuls à combattre», a dit l’un des colons.

Il est aussi question que les protestataires palestiniens de Lod ont tenté de dégrader le bâtiment de la municipalité israélienne et auraient ouvert le feu sur les policiers.

Source: Externe

Le trafic ferroviaire entre Lod et Tel-Aviv a été interrompu en raison du désordre qui règne dans la ville, ont indiqué les médias israéliens.

Les habitants juifs des bâtiments mixtes ont quitté leurs appartements après l’appel à l’aide du maire. Il est même question que certains d’entre eux ont commencé à quitter la ville et d’autres ont été évacués par les policiers craignant le pire pour leur vie.

Ravivo a d’ailleurs demandé à Netanyahu et au ministre de la Sécurité, Gantz, de verrouiller la ville, au motif que «les gens pourraient mourir».

«Nous avons immédiatement déclaré un état d’urgence spécial à Lod. Les bataillons de garde-frontières viendront de Judée et de Samarie (Cisjordanie) vers des villes mixtes ce soir», a dit Netanyahu.

Et de poursuivre: «J’ai ordonné d’agir fermement contre les violateurs de la loi et de l’ordre et de renforcer les forces sur le terrain dans le but de rétablir le calme et l’ordre à Lod et dans toutes les régions d’Israël dès que possible».

L’ouverture d’un front interne l’a sans doute surpris ainsi que tous les autres dirigeants israéliens, à tous les niveaux et dans tous les domaines. A aucun moment, dans leurs déclarations, ils n’avaient envisagé un tel scénario.

Ni non plus dans leurs exercices militaires dans lesquels ils simulaient des guerres avec leurs différents ennemis. Ils étaient surtout hantés par les missiles qui devraient s’abattre sur eux en cas de guerre, depuis la bande de Gaza, le Liban, la Syrie, le Yémen, l’Irak, ou autre…

Source: Externe

Or, l’ennemi s’est avéré bien plus proche.

En regardant leurs compatriotes de 1967, délogés de leurs résidences à Sheikh Jarrah et interdits d’accès à la mosquée d’al-Aqsa, les Palestiniens des territoires de 48 ne veulent pas seulement se solidariser avec eux. Ils ont surement deviné que leur tour n’allait pas tarder et que la judaïsation n’allait surement pas les épargner. 

A ce stade, il n’est plus possible de croire aux garanties des Israéliens. C’est aussi leur sort à eux qui est en jeu!

Leila Mazboudi -

12.05.21

Source: Almanar

12 mai 2021

!! ALERTE!! La criminelle armée sioniste s'en prend à Gaza encagée depuis près de 15 ans!!

Source: Externe

!! ALERTE!! Al-Aqsa & Gaza sous attaque!! 

 

26 civils ont été tués depuis hier lors de plusieurs frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza assiégée, dont un handicapé, sa vieille mère et 9 enfants. "Israël" a frappé plusieurs endroits de la bande de Gaza et pris pour cible des civils depuis lundi soir, faisant 122 blessés et 26 tués.

Parmi les martyrs se trouvaient un homme handicapé et sa mère qui ont été tués après que des avions de combat israéliens ont frappé un immeuble dans le camp d’al-Shati près de la ville de Gaza. Un autre bâtiment a également été détruit dans le quartier de Tel al-Hawa à Gaza.

Des avions de combat israéliens ont également frappé la zone portuaire de la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza. Les avions ont aussi visé plusieurs emplacements de groupes de résistance palestiniens dans l’ouest de la bande de Gaza et dans le nord de la bande de Gaza.

Les attaques aériennes ont également frappé et détruit un appartement dans une tour résidentielle du quartier d’Al-Rimal à l’ouest de la ville de Gaza, tuant 3 Palestiniens et en blessant gravement un, en plus de blesser au moins 7 autres Palestiniens dans des appartements voisins.

Les trois martyrs ont été identifiés comme des responsables des Brigades al-Qods, la branche armée du Jihad islamique. C’étaient Samer al-Mamlouk, Kamal Taiseer Qreiqe et Mohammad Abu al-Ata.

Un autre Palestinien, identifié comme Salim Mahmoud al-Farra de Khan Younis, est mort des blessures subies lundi soir lors d’attaques de missiles israéliens dans le quartier d’al-Manara de la ville.

Source: Externe

«Ils étaient en train de jouer», dit le père dont les deux enfants ont été tués par "Israël" à Gaza

«Les enfants jouaient avec leurs cousins ​​devant la maison quand un homme à moto est passé et l’armée d’occupation l’a visé à deux reprises», a déclaré à 'Middle East Eye (MEE)' Youssef al-Masri, le père des enfants.

«Mes enfants ont été martyrisés… Je ne trouve aucune justification pour viser quelqu’un qui passe par des quartiers civils surpeuplés où des dizaines d’enfants jouent habituellement», a-t-il ajouté.

Ibrahim et Marwan, qui ont été tués lors du raid de lundi, étaient les seuls enfants de Masri. Ils aimaient jouer dans la rue près de chez eux avant le repas de l’iftar pendant le ramadan, a raconté leur père.

«Cette occupation criminelle dont nous connaissons la réalité depuis des décennies continue ses pratiques habituelles de meurtre d’enfants, de femmes et de civils non armés», a-t-il ajouté.

Marwa al-Masri, d’une autre branche de la famille, a déclaré à 'MEE' que deux autres frappes aériennes israéliennes se sont succédées alors que les familles se préparaient pour leur repas de l’iftar«Je rentrais du travail lorsque deux explosions ont secoué le quartier. La poussière et l’odeur du sang et de la mort ont rempli l’endroit en un instant, et les enfants perdaient leur sang du côté de la rue», a-t-elle dit.

«J’ai vu ma cousine serrer ses enfants dans ses bras et crier, tout cela s’est passé en un seul instant. Je ne peux toujours pas imaginer que cela se soit produit.» Cinq membres de la famille de Marwa ont été tués et d’autres blessés.

«Cela fait saigner mon cœur. Pendant que les gens se préparaient pour leur iftar pendant le Ramadan, nous tenions les cercueils de nos enfants tués de sang-froid par l’occupant», a-t-elle poursuivi. «Cette occupation use de la violence et de la terreur contre les Palestiniens à Jérusalem et à Gaza, et contre tout ce qui est palestinien depuis 1948.»

Source: Externe

Ahmed Nasser, un voisin de la famille Masri, a également déclaré à MEE que les familles du quartier préparaient de la nourriture lorsque les frappes aériennes ont frappé leur rue. «Nous nous préparions pour l’iftar, et des enfants et des jeunes étaient assis dans le quartier, avant qu’une explosion massive, suivie d’une autre, a soudainement secoué la rue», a-t-il déclaré.

«J’ai couru dans la rue et la scène était horrible. Des enfants ont été tués et de jeunes hommes saignaient. Les mères pleuraient et hurlaient pendant que la motocyclette [ciblée] et son chauffeur étaient en feu», a poursuivi Nasser. 

"Israël" avait annoncé lundi le lancement d’une nouvelle opération dans la bande de Gaza à la suite de roquettes tirées par les groupes de résistance palestiniens pour protester contre la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa et l’attaque contre les habitants de Jérusalem. 

Près de 800 blessés, 26 martyrs dans les attaques israéliennes contre les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie

Depuis lundi soir, le ministère palestinien de la Santé a déclaré que plus de 788 blessés et 26 martyrs avaient été signalés lors des attaques israéliennes contre des Palestiniens dans la bande de Gaza assiégée et en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, 106 civils ont été blessés dans les attaques israéliennes contre la bande de Gaza, 22 ont été tués jusqu’à présent, dont 9 enfants (dont une fillette de 10 ans).

À Jérusalem occupée, plus de 600 habitants de Jérusalem ont été blessés lors des attaques des forces israéliennes et des colons contre eux, dont 411 cas hospitalisés.

Source: Externe

Dans le complexe médical palestinien de Ramallah, le ministère a déclaré qu’il y avait eu 9 blessés à cause des balles en métal recouvertes de caoutchouc tirées par les forces d’occupation.

Le ministère a également déclaré que 37 autres blessures causées par les balles métalliques recouvertes de caoutchouc tirées par les forces d’occupation ont été signalées à l’hôpital de campagne de Qalandiya.

À l’hôpital gouvernemental de Jénine, une blessure a été signalée par balles réelles et une autre par inhalation de gaz lacrymogène.

À l’hôpital gouvernemental de Tulkarm, une blessure a été signalée par balles réelles et une autre par inhalation de gaz lacrymogène.

À l’hôpital gouvernemental d’Hébron, 7 blessures ont été signalées par balles réelles, 10 avec des balles en métal recouvertes de caoutchouc et 10 par inhalation de gaz lacrymogène.

À l’hôpital gouvernemental de Beit Jala, une blessure a été signalée avec des cartouches de gaz lacrymogène.

À l’hôpital gouvernemental de Rafidia, à Naplouse, deux blessés ont été signalés avec des balles réelles et un autre avec des cartouches de gaz lacrymogène. 

Hamas: "Israël" a déclenché l’agression et en est responsable

Le Hamas a déclaré lundi que l’État d’occupation avait lancé l’agression contre le peuple palestinien et qu’il était responsable des conséquences.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a salué les Palestiniens de Jérusalem pour leur résilience et leur résistance face aux attaques israéliennes: «Nous saluons le commandement unifié – composé des ailes militaires des organisations palestiniennes – principalement les Brigades Al Qassam, pour avoir tenu leur promesse et répondu aux crimes israéliens contre les Palestiniens de Jérusalem et les fidèles de la mosquée Al Aqsa.

Source: Externe

Nous saluons également les citoyens palestiniens de Jérusalem pour leur détermination et leur résilience face à l’agression israélienne contre la mosquée Al Aqsa et pour avoir repoussé les raids des colons juifs israéliens, protégés par les forces d’occupation israéliennes.

Cibler Jérusalem et la mosquée Al Aqsa et bombarder des enfants et des civils à Gaza constituent une grave agression contre le peuple palestinien et ses lieux saints par l’occupation israélienne, qui a franchi toutes les lignes rouges; nous n’hésiterons pas, même pas un instant, à protéger la ville sainte et à la défendre à tout prix.

L’occupation israélienne est celle qui a déclenché les attaques contre notre peuple palestinien à Jérusalem, dans le quartier de Sheikh Jarrah et dans la mosquée Al Aqsa; il en supportera donc les conséquences et en paiera le prix.
La résistance palestinienne, avec à sa tête les Brigades Al Qassam, défend son peuple et ses lieux saints. C’est notre devoir que nous n’abandonnerons jamais, jusqu’à la fin de cette agression. Tous les citoyens palestiniens de Jérusalem, de Gaza, de la Cisjordanie et des territoires palestiniens occupés en 1948 présenteront un front uni face à l’agression et affronteront l’occupation israélienne par tous les moyens de résistance possibles.»

Les colons israéliens dans l’obligation d’annuler une agression majeure contre Al-Qods 

Un raid de masse prévu par les colons israéliens à travers Bab Al Amoud dans la vieille ville de Jérusalem a été annulé, ont rapporté lundi les médias israéliens.

Selon le quotidien 'Yediot Ahronoth', le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a approuvé les recommandations des responsables de l’agence de sécurité israélienne Shin Bet de rediriger la marche depuis la porte de Damas.

En conséquence, les organisateurs ont annulé la marche, disant que les marcheurs se rassembleraient maintenant au mur de Buraq.

Au moins 305 personnes ont été blessées lorsque la police israélienne a pris d’assaut lundi la mosquée Al-Aqsa dans la partie orientale de Jérusalem et a attaqué des Palestiniens qui étaient mobilisés pour empêcher d’éventuels raids de colons, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Rédaction Al-Quds News Network -

11.05.21

Source: Chronique de Palestine

11 mai 2021

Une nouvelle ère se lève à Jérusalem (+vidéo)

Source: Externe

Ceux qui imaginaient pouvoir dominer les Palestiniens pour toujours se rendent compte à quel point ils avaient tort

 

L’héroïque fermeté dont font preuve les Palestiniens de Jérusalem ne se limite pas à la défense de quelques maisons du quartier de Sheikh Jarrah ou à la réouverture de la place de la porte de Damas. Il s’agit d’une première explosion qui a fini par se produire à la figure d’un occupant raciste et cruel déterminé à les déraciner et à effacer toute trace de leur présence.

Vendredi, le rassemblement spontané de quelque 70.000 personnes pour prier à et autour de la mosquée al-Aqsa, affichant un courageux mépris de l’occupant, devrait être un appel au réveil pour tous ceux qui imaginaient que Jérusalem pourrait être "unifiée" et son identité arabe et islamique effacée à jamais, cédant au caprice d’un Jared Kushner et d’une poignée de collaborateurs arabes.

Ces délires auto-alimentés n’avaient aucune idée du courage du peuple palestinien, ni de son histoire faite de patience, de résilience et de résistance.

L’explosion a fini par se produire. Ceux qui comptaient, pour l’empêcher, sur une Autorité palestinienne intimidée et soumise, les pots-de-vin et une politique consistant à vouloir affamer les gens pour les mettre à genoux, découvriront bientôt à quel point ils avaient tort.

L’Autorité palestinienne est aujourd’hui en soins palliatifs, après avoir reçu deux coups meurtriers successifs: son annulation des élections par peur de la défaite, et le déclenchement de l’Intifada de Jérusalem que ses propres forces répressives ne peuvent maîtriser.

Nous assistons à la fin d’une sombre décennie de souffrance et d’humiliation qui a vu les États arabes ciblés par des stratagèmes visant à les détruire et à les démembrer et à les plonger dans une anarchie sanglante, et nous sommes maintenant à l’aube d’une nouvelle ère de résistance et de défaite pour les desseins américano-israéliens dans la région.

Source: Externe

On peut s’attendre à des surprises dans un proche avenir, car les règles de la lutte sont en train de changer, les équations sont renversées et les alliances bousculées. Cela n’est pas l’expression d’un vœu pieux, mais un raisonnement basé sur les développements tangibles sur le terrain, dont voici une liste partielle:

– Une réunion d’urgence de samedi entre Benjamin Netanyahu et les chefs de l’armée et de la sécurité et les principaux ministres pour élaborer des plans pour affronter et essayer d’écraser l’Intifada de Jérusalem;

– Un exercice militaire massif impliquant toutes les forces terrestres, maritimes et aériennes israéliennes à partir de dimanche, qui est décrit comme le plus grand jamais réalisé et pourrait durer plusieurs semaines;

– L’annonce vendredi par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, que les forces du Hezbollah ont été placées en alerte maximale et son avertissement d’une réponse cinglante si les forces israéliennes se lancent dans la moindre attaque ou provocation pendant son exercice. Il n’aurait pas fait cela sans de bonnes raisons de soupçonner que les manœuvres pourraient être utilisées comme couverture pour lancer un assaut sur le Liban, une invasion de la Syrie et/ou une frappe contre l’Iran;

– Des plans rapportés par les partis israéliens d’extrême-droite [un pléonasme–ndt] pour mobiliser 30.000 colons pour prendre d’assaut le complexe d’al-Aqsa. Cela rappelle ce qu’a fait Ariel Sharon en 2000, déclenchant la 2è Intifada qui a duré quatre ans, terrifiant Israël et provoquant une fuite d’investisseurs et de milliers de colons;

– La cohésion entre les organisations de la résistance à Gaza et les manifestants à Jérusalem. Les commandants militaires du Hamas et du Jihad islamique ont tous deux publié des déclarations affirmant que les habitants de Jérusalem et de Sheikh Jarrah ne sont pas seuls et promettant de féroces vengeances pour les attaques dont ils sont les victimes;

– La forte inquiétude des Israéliens d’une possible propagation de l’Intifada de Jérusalem en Cisjordanie, où l’emprise de l’Autorité palestinienne bat de l’aile, et où le mouvement Fatah au pouvoir est divisé et il fait face à une colère croissante du public. Des armes sont disponibles en Cisjordanie et dans les régions de la Palestine de 1948, et la génération actuelle d’intifadistes ne donne pas l’impression de mettre en priorité une résistance purement pacifique;

Source: Externe

– L’effondrement de la passerelle de Meron, dans lequel 45 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessés, a montré qu’Israël était mal préparé à faire face aux urgences majeures. Ce serait encore bien pire si une guerre – longue ou courte – éclatait et que des barrages de missiles téléguidés commençaient à frapper l’intérieur d’Israêl;

– Israël a été témoin de plusieurs incidents inexpliqués récemment, notamment des explosions dans une usine de missiles à Ramleh, des incendies majeurs près de l’aéroport de Lydda et une fuite de gaz ammoniac dans le port de Haïfa, sans parler d’un missile syrien qui a atterri près de Dimona. Ces incidents peuvent être ou non de simples accidents, mais leurs détails restent soumis à la censure;

– Le soutien sans réserve à l’Intifada palestinienne exprimé par l’Iran, principal fournisseur de missiles aux groupes de résistance dans la bande de Gaza et désireux de faire de même en Cisjordanie;

– L’Iran s’attend également à réaliser des gains stratégiques dans les années à venir, depuis qu’il est courtisé par les États-Unis et qu’un dialogue est ouvert avec l’Arabie saoudite. Si un accord est conclu sur la réactivation de l’accord nucléaire du JCPOA, le pays sera libéré des sanctions, retrouvera ses fonds séquestrés à l’étranger et sera libre de commercer, d’exporter du pétrole et de se développer. Si les pourparlers échouent, il améliorera son enrichissement d’uranium à des fins militaires et renforcera ses alliances stratégiques avec la Russie, la Chine et la Corée du Nord.

Le foyer de tension au Moyen-Orient s’est déplacé du Golfe vers la Méditerranée orientale et s’est recentré sur la cause centrale du conflit arabo-israélien, après avoir été marginalisé pendant dix ans par le ainsi-nommé "printemps arabe" et les initiatives de "normalisation", puis le "contrat du siècle" qui a suivi.

L’administration Biden est parvenue à la conclusion que l’Iran ne pouvait être vaincu militairement qu’à un prix exorbitant, et il est donc revenu à une politique d’endiguement plutôt que de confrontation.

Cela signifie que la stratégie de Netanyahu pour entraîner les États-Unis et l’Europe dans une guerre contre l’Iran s’est effondrée, le laissant sur la touche et isolé.

Pour cette raison, il ne peut être exclu que Netanyahu, confronté à la perspective d’années derrière les barreaux, puisse déclencher une guerre majeure contre l’Iran ou des guerres mineures contre la bande de Gaza ou le Sud-Liban, afin de rebattre les cartes pour gagner un nouveau sursis et prolonger son mandat.

Ce serait la plus grosse erreur de sa vie.

Lien vers la vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=ZH3wGNiuxIc&t=13s 

Abdel Bari Atwan -

10.05.21

Source: Chronique de Palestine

10 mai 2021

Israël déserte le champ du droit pour le champ de bataille

Source: Externe

La récente décision de la Cour pénale internationale de se déclarer compétente pour juger des crimes commis dans les Territoires palestiniens depuis juin 2014 est une première qui embarrasse Israël

 

Médecin qui a pris part à plusieurs missions humanitaires à Gaza, et auteur d’un ouvrage sur le sujet, Christophe Oberlin analyse ici la portée de cette décision.

Insultée dans les médias, attaquée dans sa vie personnelle, raillée par les ONG, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda avance imperturbablement dans le dossier israélo-palestinien. Chronologie.

Acte 1: Des victimes bien seules

Douze années se sont écoulées depuis que les victimes de Gaza se sont tournées pour la première fois vers la seule cour permanente en charge des crimes de guerre. À la suite de la guerre de l’hiver 2008-2009 est déposée une première plainte, puis au milieu de la guerre de 2014 une deuxième.

Par deux fois la procureure s’interroge sur la faisabilité d’une enquête préliminaire qui pourrait déboucher sur une ouverture d’enquête, des convocations, des mandats d’arrêt, des procès. Un processus semé d’embuches.

Face aux crimes du monde entier, le bureau du procureur, quelques dizaines de personnes, ne fait pas le poids. La collaboration des États, si elle est acquise, constitue le meilleur moyen d’avancer. Sinon, ce n’est pas «dans l’intérêt de la justice», formule lapidaire qui signifie que ce n’est même pas la peine de commencer.

La procureure suggère donc l’adhésion de la Palestine au Statut de Rome qui a créé la CPI en 1998. La réponse est par deux fois négative.

Source: Externe

Acte 2: Le droit des États

La tempête sévit alors au sommet de l’Autorité Palestinienne, et finalement en janvier 2015 Abbas cède et l’adhésion est formalisée. La Palestine devient le 123è Etat membre de la CPI, Etat au sens du Statut de Rome, avec tous les droits et devoirs de collaboration.

Il n’y a pas d’adhésions à géométrie variable. Mais ce n’est pas suffisant. En l’absence de plaintes déposées (article 14 du Statut) par le désormais État de Palestine rien n’est enclenché. La procureure poursuit néanmoins son enquête préliminaire, et les preuves s’accumulent, largement alimentées par les victimes individuelles de Gaza assistées par une équipe de professionnels.

Trois ans et demi se passent jusqu’à l’activation de l’article 14 par l’État de Palestine (État au sens de la CPI, ce qui ne présume en rien d’un tracé de frontières).

Acte 3: Le coup de génie de Fatou Bensouda

Avant d’annoncer officiellement une historique ouverture d’enquête mettant en cause notamment les responsables civils et militaires israéliens, consciente de la bombe qu’elle s’apprête à déposer, Fatou Bensouda demande confirmation aux juges de la Cour.

La procureure n’en a pas besoin statutairement, mais en provoquant une décision judiciaire de la Cour, elle rend le processus irréversible. Une décision positive est alors rendue le 5 février 2021 et l’enquête s’ouvre le 3 mars.

Pour la première fois depuis un siècle, les citoyens de Palestine ont fini d’attendre: ils vont pouvoir faire entendre leur voix dans une cour pénale à égalité avec les autres citoyens du monde.

Source: Externe

Acte 4: Israël s’embourbe davantage

Conformément au Statut, la procureure demande aux parties, Israël et Palestine, si elles comptent ouvrir une enquête en droit interne sur les trois volets envisagés: colonisation de la Cisjordanie, guerre de 2014, Marches du retour.

Le Procureur de Gaza acquiesce: «Nous allons enquêter sur les exécutions de collaborateurs présumés pendant la guerre de 2014.»

Dans le même temps, Israël refuse toute initiative de son côté: il n’y aura en Israël ni enquête ni procès! Une aubaine pour les Palestiniens: l’enquête de la CPI ne sera pas retardée par des enquêtes à l’honnêteté douteuse, par des saisines inopportunes de la Cour Suprême, et s’ouvre dès maintenant sur les trois volets.

Il s’agit surement de la pire décision pour la partie israélienne qui déserte le champ du droit pour le champ de bataille. Parmi les conséquences, les 5000 prisonniers palestiniens deviennent des prisonniers de guerre (dont le statut est régi par la 3è Convention de Genève, ce qui change tout), un sacré coup de pouce pour les avocats.

Christophe Oberlin -

24.04.21

Source: Afrique-Asie

08 mai 2021

Jérusalem, la ville indomptable

Source: Externe

Jérusalem s'est soulevée, une fois de plus. Depuis plusieurs jours déjà, la ville est devenue le théâtre de violents affrontements entre la police d'occupation israélienne et la jeunesse palestinienne

 

Tout a commencé lorsque les autorités d'occupation ont décidé de fermer le parvis de la porte de Damas, à l'entrée principale de la vieille ville de Jérusalem. L’espace a toujours été un espace public plein de vie.

Les petits marchands et les paysans l'utilisent comme marché, les jeunes se rencontrent et se réunissent sur ses marches, et les familles ont l'habitude de pique-niquer dans ses environs.

Le fermer revient à priver les Palestiniens de l'un des derniers espaces publics de la ville qu'ils peuvent encore utiliser. Cela a également un impact sur le commerce et la vie quotidienne en général à l'intérieur des anciens murs de la vieille ville.

Bien que l'occupation israélienne modifie régulièrement l'aspect de la ville et de ses espaces publics, les Palestiniens ont décidé que cette fois-ci, trop c'est trop, et se sont attaqués à l'occupation, à sa police et à ses colons, frontalement et en masse.

Un demi-siècle de résistance

Ces dernières années, le parvis de la porte de Damas a été au centre de la confrontation entre les Jérusalémites et l'occupation. L'occupation a militarisé ce petit espace avec quatre postes de surveillance et des dizaines de soldats armés qui surveillent constamment les lieux.

Mais comme dans le reste de la ville, la lourde présence militaire de l'occupation ne semble pas intimider la population palestinienne. En fait, l'occupation n'a jamais réussi, au cours d'un demi-siècle de domination sur Jérusalem, à imposer la stabilité à ses conditions sur la ville.

Source: Externe

Depuis 2014, déjà trois soulèvements majeurs ont ébranlé le contrôle de l'occupation sur Jérusalem. En 2014, les Palestiniens ont hissé leur drapeau national dans la ville lors de marches de masse, pour la première fois depuis la première Intifada.

En 2015, le soulèvement à Jérusalem a déclenché une vague de protestations à travers la Cisjordanie. Et en 2017, l'occupation a été contrainte de retirer les portiques de détection de métaux des entrées du complexe d'Al Aqsa après que les habitants de Jérusalem ont effectué un sit-in de masse de sept jours, 24h sur 24, aux entrées du sanctuaire.

De manière générale, le défi à l'égard de l'autorité de l'occupation dans la ville n'a jamais cessé depuis 1967, malgré toutes les tentatives pour l'écraser.

Lorsque l'État d'Israël a occupé pour la première fois la partie orientale de Jérusalem, en 1967, il a fait passer le statut des Palestiniens de la ville de citoyen à simple résident, dont la résidence peut être révoquée à tout moment. Il a rendu presque impossible l'obtention de permis de construire pour les Palestiniens, les obligeant à construire sans permis, sous la menace de démolition, et a commencé, depuis 1969, à remplir la ville de colons israéliens.

Ce processus colonial, qui va bien au-delà de l'occupation militaire, vise à changer la nature et le caractère de Jérusalem, d'une ville palestinienne, arabe et moyen-orientale à une ville de type européen. Mais comme toutes les entreprises coloniales, il a besoin de la force, d'une force brutale, pour dompter la population et paralyser sa capacité de résistance. Cela n'a jamais réussi.

Source: Externe

La résistance palestinienne à Jérusalem a commencé presque immédiatement après l'installation de l'occupation. Les premiers réseaux de résistance ont commencé à se former avant même que l'occupation ne s'empare de la ville.

La légende veut que le défunt leader palestinien Yasser Arafat se trouvait à Jérusalem le jour même où l'armée israélienne a pénétré dans la vieille ville, où il organisait des cellules palestiniennes, et qu'il en est sorti clandestinement dans un coffre de voiture.

Les résistants palestiniens sont entrés en action contre les forces d'occupation dès 1968, et les femmes ont joué un rôle important. L'une des figures emblématiques de cette première résistance palestinienne à Jérusalem est la femme afro-palestinienne Fatima Birnawi (photos ci-dessus), qui a été arrêtée et torturée par les forces d'occupation après une attaque ratée contre des colons israéliens. Elle a ensuite été libérée lors d'un échange de prisonniers en 1983.

Dans les années 1970, la résistance à Jérusalem s’est encore mieux organisée. L'occupation prétendait à l'époque que les actions de résistance étaient menées par des militants palestiniens venant de l'étranger, notamment de Jordanie.

Mais en 1974, on a découvert que l'un des principaux organisateurs de la résistance dans la ville n'était autre que l'évêque de Jérusalem de l'église grecque catholique chrétienne, Monseigneur Hilarion Capucci (photo ci-dessous), qui a été arrêté après que l’occupation ait trouvé des armes dans sa voiture.

Source: Externe

La capitale de la désobéissance

Mais c'est lors de la 1è Intifada, qui a commencé en décembre 1987, que la résistance à l'occupation à Jérusalem, comme dans le reste de la Palestine, s’est popularisée et a été dirigée par les masses.

Le commandement général unifié de l'Intifada, le comité qui planifiait les grèves générales, les manifestations, et rédigeait les communiqués qui dirigeaient les actions populaires, opérait depuis Jérusalem, dans la clandestinité.

Pendant six ans, les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza ont vécu dans une désobéissance civile totale, défiant l'autorité de l'occupation dans tous les aspects de leur vie quotidienne. La Palestine en tant qu'entité politique, cohésive, sur le sol palestinien, est née dans la révolte, et Jérusalem était son centre. Sa capitale. 

Depuis lors, l'opposition populaire au pouvoir de l'occupation à Jérusalem n'a jamais cessé. Même après les accords d'Oslo, qui ont déplacé l'épicentre de la vie politique palestinienne à Gaza, puis à Ramallah,  Jérusalem est restée le point central de la confrontation avec l'occupation.

En 1996, les autorités d'occupation ont commencé à ouvrir un tunnel sous la mosquée Al Aqsa, ce qui a déclenché des protestations massives dans la ville, qui se sont ensuite propagées dans tout le territoire palestinien. Même des membres de la police de l'Autorité palestinienne ont pris part aux affrontements.

Et c'est dans l'enceinte d'Al Aqsa, en septembre 2000, que la 2è Intifada palestinienne a commencé, précisément après l'échec des négociations entre l'OLP et l'État d'Israël, notamment parce que les Israéliens refusaient toute forme de souveraineté palestinienne dans la ville sainte.

Source: Externe

Une jeunesse qui ne se soumet pas

Beaucoup de changements sont intervenus depuis la fin de la 2è Intifada, il y a près de dix ans. Israël et les États-Unis ont effectivement retiré Jérusalem de la table des négociations, tandis que les politiciens palestiniens essaient toujours de trouver de bonnes raisons de continuer à s'accrocher au projet de négociations.

Au cours de ces deux décennies, l'occupation a accéléré la construction de colonies à Jérusalem, ainsi que les démolitions de propriétés palestiniennes. Tout en isolant Jérusalem du reste de la Palestine, à la fois physiquement, par le mur de séparation, et politiquement, en réprimant toute tentative d'organisation palestinienne dans la ville.

La plupart des institutions civiles palestiniennes de Jérusalem ont migré vers Ramallah sous la pression des arrestations, interdictions et fermetures répétées par les autorités d'occupation. 

C'est dans ces circonstances qu'une jeune génération de Palestiniens de Jérusalem a mené la résistance dans les rues. Une génération qui n'a pas connu l'époque de Fatima Birnawi ou de l'évêque Capucci. Une génération qui est trop jeune pour se souvenir de la 1è Intifada.

Cependant, cette génération est toujours confrontée à l'occupation militaire, qui a transformé la vie dans la ville en une lutte quotidienne pour la survie. C'est une génération que l'occupation a privée de tout moyen de vivre une vie normale ou même de planifier un avenir, les entraînant dans la pauvreté, transformant leurs quartiers en un refuge pour les trafiquants de drogue et le crime organisé.

Cette génération de Palestiniens de Jérusalem a grandi au milieu des démolitions, des déportations, des fouilles arbitraires et humiliantes de la police, de la violence des colons et des exécutions extrajudiciaires dans les rues.

Source: Externe

C'est une génération qui a été oubliée par les grands concepteurs du statu quo politique, qui débattent du transfert de leurs ambassades en Israël à Jérusalem, avant ou après avoir obtenu une capitulation totale des dirigeants palestiniens.

Mais il y a un autre côté de la médaille. Un demi-siècle après que les forces d'occupation ont célébré leur victoire de six-jours dans les environs de la mosquée Al Aqsa, elles sont toujours confrontées à une résistance massive.

Un demi-siècle après que le monde ait accepté de représenter Jérusalem sur ses cartes comme une ville israélienne, dans un empressement constant à déclarer la mort de la Jérusalem palestinienne, ce même monde se voit rappeler par une génération de jeunes Palestiniens simples et en colère, qu'une ville millénaire et vivante ne peut être domptée.

Et que peu importe le nombre de fois où elle est tuée, Jérusalem se relève toujours.

Qassam Muaddi -

02.05.21

Source: ISM