FREE PALESTINE

30 janvier 2023

!Prenez un instant: les Palestiniens ont un besoin urgent de votre soutien!

 

Source: Externe

Chers signataires de l'initiative citoyenne européenne #StopColonies,

Il est urgent d'agir. Alors que l'extrême-droite suprémaciste a fait une entrée remarquée dans le nouveau gouvernement israélien, la colonisation de la Palestine a été érigée en priorité nationale. Actuellement, la plus grande opération de nettoyage ethnique depuis 1967 se poursuit à Masafer Yatta, au sud d’Hébron, pour laisser la place à de nouvelles colonies.

La colonisation de la Palestine ne peut prospérer qu’avec le développement d’une idéologie d’extrême-droite raciste et suprémaciste, qui a gagné

les dernières élections législatives israéliennes. Le nouveau gouvernement Netanyahu, établi fin décembre, a placé à des postes clés des

ministres issus de partis d’extrême-droite.

Il nous reste un mois pour réunir un million de signatures et ainsi interpeller la Commission européenne sur l'interdiction des produits des colonies. Nous avons besoin de vous pour partager l'initiative citoyenne européenne #StopColonies autour de vous, auprès de vos proches, votre famille, vos amis et sur vos réseaux.

Nous avons préparé quelques modèles personnalisables de posts (Twitter, Facebook, Instagram) que vous trouverez ci-dessous. Les tweets sont présentés sous la forme d'un bouton sur lequel il suffit de cliquer pour afficher un brouillon prêt à l'envoi.

Vous pouvez également partager les visuels de la campagne #StopColonies ainsi qu'une vidéo portant sur la colonisation, disponible sur Youtube

ou à ce lien de téléchargement. Vous pouvez directement partager cette vidéo directement sur Facebook, Twitter et Instagram, vous n'avez

qu'à cliquer sur "partager"!

Vous trouverez ci-après les exemples de posts et de visuels à votre disposition.

Nous comptons sur vous. Si chacun des signataires de l'initiative citoyenne européenne fait signer trois personnes, nous parviendrons au

million de signatures nécessaire.

Twitter

🚨 Faut-il autoriser le commerce de produits issus de crimes de guerre en Europe ? NON ! Pourtant, l’UE autorise ces produits sur son marché. Mettons fin à cela ! Signez pour dire #Stopcolonies => www.stopcolonies.fr
✋ Personne ne devrait bénéficier du vol des terres d’autrui ! Alors que le nouveau israélien a fait de la colonisation sa priorité absolue, rejoignez-moi pour dire à l’UE #Stopcolonies. Pour signer => www.stopcolonies.fr
⚠️ L’UE est l’un des plus grands marchés pour les biens issus du vol des terres. Cette initiative pourrait interdire ce commerce, en stoppant les bénéfices qui alimentent les crimes de guerre. Rejoignez-moi pour dire #Stopcolonies Pour signer => www.stopcolonies.fr

 

Source: Externe

Instagram

🚨 Le nouveau gouvernement israélien, au sein duquel est entré l'extrême droite suprémaciste, a fait de l'intensification de la colonisation sa priorité. Pensez-vous que ceux qui envahissent et volent la terre des autres devraient pouvoir être autorisés à vendre des biens issus de leurs crimes de guerre en Europe? BIEN SÛR QUE NON

Et pourtant, l’UE autorise ces produits sur son marché. En cette journée de solidarité avec la Palestine #PalestineDay, mettons fin à cela! Signez maintenant pour dire #StopColonies

Vous pouvez trouver la pétition en tapant stopcolonies.fr dans votre navigateur

✋ Personne ne devrait bénéficier du vol des terres d’autrui! Rejoignez-moi pour dire à l’UE #StopColonies. Une fois que 1 million de personnes auront signé, l’UE sera obligée d’agir pour répondre à notre appel! Ajoutez votre signature maintenant en tapant stopcolonies.fr dans votre navigateur


⚠️ En seulement une minute de votre journée, vous pouvez aider à mettre fin à des crimes de guerre tragiques. Comment? L’UE est l’un des plus grands marchés pour les biens issus de crimes de guerre sur des terres volées. Cette initiative pourrait interdire ce commerce, en stoppant les bénéfices qui alimentent les crimes de guerre.  Alors que le nouveau gouvernement israélien a fait de la colonisation sa priorité absolue, rejoignez-moi et ensemble nous pourrons dire #StopColonies

Ajoutez votre signature maintenant en tapant stopcolonies.fr dans votre navigateur

Source: Externe

Facebook

🚨 Pensez-vous que ceux qui envahissent et volent la terre des autres devraient pouvoir être autorisés à vendre des biens issus de leurs crimes de guerre en Europe? BIEN SÛR QUE NON

Et pourtant, l’UE autorise ces produits sur son marché. Alors que le nouveau gouvernement israélien a fait de la colonisation sa priorité absolue, mettons fin à cela ! Signez maintenant pour dire #StopColonies
Pour signer => www.stopcolonies.fr

✋ Personne ne devrait bénéficier du vol des terres d’autrui! Alors que le nouveau gouvernement israélien a fait de la colonisation sa priorité absolue, rejoignez-moi pour dire à l’UE #StopColonies. Une fois que 1 million de personnes auront signé, l’UE sera obligée d’agir pour répondre à notre appel !
Pour signer => www.stopcolonies.fr 

⚠️ En seulement une minute de votre journée, vous pouvez aider à mettre fin à des crimes de guerre tragiques. Comment? L’UE est l’un des plus grands marchés pour les biens issus de crimes de guerre sur des terres volées. Cette initiative pourrait interdire ce commerce, en stoppant les bénéfices qui alimentent les crimes de guerre. Alors que le nouveau gouvernement israélien a fait de la colonisation sa priorité absolue, rejoignez-moi et ensemble nous pourrons dire #StopColonies
Pour signer => www.stopcolonies.fr

Merci pour votre soutien,

Pierre Motin -
Pour la campagne #StopColonies

21.01.23

Source: plateforme-palestine.org

28 janvier 2023

! Alerte ! «Israël» frappe Gaza après Jenin, la résistance riposte contre la colonie d’Ashkelon

Source: Externe

Après avoir tué le jeudi 26 janvier 10 Palestiniens en Cisjordanie occupée, l’entité de l’occupation israélienne a procédé dans la nuit du 26 au 27 janvier à des frappes sur la bande de Gaza

 

Version palestinienne

Selon les médias palestiniens, des F-16 israéliens ont mené 15 raids sur le site 104 de la résistance palestinienne dans le camp al-Maghazi qui avait été auparavant été visé par 2 missiles tirés par des drones. Ces raids ont causé des dommages matériels dans les maisons avoisinantes.

Le site Kouraïch de la résistance au sud de Gaza a également été visé via un missile tiré par un drone et deux missiles tirés depuis les F-16 qui ont aussi ciblé l’entourage d’un point d’observation de la résistance à l’est de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza.

Les Brigades al-Qassam du Hamas ont indiqué que leurs défenses aériennes ont riposté aux avions de combat sionistes hostiles dans le ciel de la bande de Gaza avec des missiles sol-air et des missiles anti-sol.

Version israélienne

Selon l’armée d’occupation israélienne, elle a mené au moins deux séries de frappes contre la bande de Gaza, indiquant qu’aucune victime n’a été signalée. Les explosions ont notamment touché la ville de Gaza, ont constaté des journalistes de l’AFP qui n’a pas rapporté la position des Palestiniens.

Source: Externe

Tirs contre la colonie d’Ashkelon

Les Qassam avaient auparavant rendu compte de tirs de roquettes en riposte au massacre israélien perpétré la veille jeudi 26 janvier à Jenin au cours duquel 9 Palestiniens ont été tués. Le dixième palestinien a été abattu à proximité de Ramallah. Il y a eu au moins 20 blessés durant cette seule journée.

Selon la chaine de télévision israélienne Channel 13, les deux roquettes qui ont été tirées depuis Gaza ont visé la colonie Ashkelon, située dans sa couverture. Elles auraient été interceptées par le Dôme d’acier. Les explosions de leur interception ont été entendues.

ONU: Le chiffre le plus important en une journée

Commentant le chiffre des victimes palestiniennes, les Nations-unies ont estimé qu’elles n’ont pas recensé de bilan aussi élevé en une seule opération israélienne en Cisjordanie occupée, depuis qu’elles ont commencé à comptabiliser en 2005 les victimes du conflit israélo-palestinien.

Peu après minuit (22h00 GMT) dans la nuit de jeudi à vendredi, deux roquettes avaient été tirées de la bande de Gaza en direction du territoire palestinien occupé par 'Israël' depuis 1948, selon des témoins et des sources de sécurité locales.

Les deux tirs, non immédiatement revendiqués, auraient été interceptés par le système de défense antiaérien, a indiqué un porte-parole de l’armée d’occupation israélienne.

Source: Externe

Fin de la coopération: les USA envoient Blinken

L’Autorité palestinienne a dénoncé «un massacre» à Jenin et annoncé mettre fin à la 'coopération sécuritaire' avec 'Israël', une première depuis 2020.

Dans son communiqué, l’armée israélienne prétend que le raid mené dans le camp de Jenin était une «opération de contre-terrorisme» visant des membres de l’organisation Jihad islamique qui, d’après le ministre de la Défense Yoav Galant, planifiaient une attaque en 'Israël'. Sachant que plusieurs factions palestiniennes agissent à Jenin de concert avec le Jihad islamique.

'Israël' "ne cherche pas d’escalade" mais se prépare «"à tous les scénarios", a affirmé le 1er ministre israélien Benjamin Netanyahu, d’après un communiqué. Force est de constater que dans leur version officielle, les Israéliens ignorent le statut de la Cisjordanie qui est sous occupation israélienne illégale au regard du Droit international ainsi que la construction de nouvelles colonies et l’élargissement de celles déjà présentes.

De même pour le département d’Etat américain qui s’est contenté de dire qu’il regrette la décision de l’Autorité palestinienne de suspendre sa coopération sécuritaire avec l’entité sioniste jugeant «très important que les parties maintiennent voire approfondissent leur coordination sécuritaire».

Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, doit se rendre lundi et mardi en 'Israël' et en Cisjordanie pour insister, selon Washington, sur «la nécessité urgente de prendre des mesures de désescalade».

La diplomatie saoudienne s’est quant à elle contentée de «vivement» dénoncer «l’incursion» israélienne, sans avertir que les attaques israéliennes contre les Palestiniens peuvent compromettre le processus de 'normalisation' dont 'Israël' ne cesse de parler.

Le Qatar a a pour sa part qualifié le raid israélien contre Jenin  de «prolongement des crimes odieux» contre «le peuple palestinien sans défense».

Source: Externe

Du lacrymogène contre un hôpital

La ministre palestinienne de la Santé Mai al-Kaila a accusé les soldats d’avoir tiré du gaz lacrymogène à l’intérieur de l’unité pédiatrique de l’Hôpital gouvernemental local.

Le directeur de l’hôpital, Wissam Bakr, a indiqué que du gaz lacrymogène avait été tiré «dans le périmètre» de son établissement. "Le gaz a atteint le service pédiatrique, posant un danger pour les enfants, qui ont été transférés vers un endroit sûr loin des affrontements", a-t-il dit à l’AFP.

Comme de coutume, l’armée d’occupation israélienne a démenti: "Personne n’a tiré du gaz lacrymogène volontairement dans un hôpital (…) mais l’opération se déroulait non loin de l’hôpital et il est possible que du gaz lacrymogène soit entré par une fenêtre ouverte", a argué à l’AFP un porte-parole militaire israélien.

Tuée de sa fenêtre

Majeda Obeid, 61 ans, a été tuée alors qu’elle regardait les affrontements par sa fenêtre dans le camp de Jenin, a déclaré sa fille Kefiyat à l’AFP. "Elle a été touchée d’une balle dans le cou et s’est effondrée contre le mur puis au sol", a-t-elle dit, dans le salon familial où du sang recouvre le bord d’un tapis.

Dans le camp de Jenin, qui date de 1953 et abrite plus de 23.000 réfugiés selon l’Unrwa – l’agence de l’ONU chargée des réfugiés palestiniens, les murs de certains bâtiments ont été noircis par des incendies, a constaté un photographe de l’AFP.

En mai 2022, un soldat israélien a tué la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, vedette de la chaîne Al Jazeera, alors qu’elle couvrait un raid israélien à Jenin.

Source: Externe

L’armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, mène des opérations quasi-quotidiennes à travers ce territoire palestinien, particulièrement dans les secteurs de Jenin et Naplus (nord), bastions de factions palestiniennes armées.

30 martyrs depuis le début de l’an

Les décès de jeudi portent à 30 le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l’année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.

!! Dernières nouvelles !!

La résistance palestinienne avait prévenu que le massacre de Jenin ne resterait pas sans réaction. Des représailles ont eu lieu en soirée dans la colonie Nabi Jacob, au nord d'al-Quds. Les équipes de secours israéliennes ont déclaré que 8 israéliens ont été tués alors que 12 autres sont grièvement blessés suite à une fusillade qui a visé des colons à Jérusalem-Est.

Des sources médiatiques israéliennes ont rapporté que l’opération militante est survenue dans le quartier de Naave Yaacov à proximité d’une synagogue juive.

Source: Externe



Les mêmes sources ont précisé que l’assaillant a ouvert le feu sur les colons qui venaient de quitter la synagogue puis il a pris la fuite avant d’être tué par les membres de la police.

Les services sécuritaires israéliens ont déjà lancé une grande campagne de fouille à la recherche d’autres complices probables. Toutes les routes menant à la colonie ont été fermées.

Rédactions al-Manar et Palinfo -

27.01.23

Sources: almanar.com & palinfo.com

27 janvier 2023

! Alerte ! Massacre à Jenin: le nouveau gouvernement criminel de Netanyahu en roue libre !

Source: Externe

Massacre israélien dans le camp de Jenin: 9 martyrs et 16 blessés

 

Neuf Palestiniens ont été tués et de nombreux blessés par les forces israéliennes lors des violents affrontements qui ont eu lieu dans le camp de Jenin dans le nord de la Cisjordanie, ce jeudi 26 janvier, selon le ministère palestinien de la Santé ayant qualifié la situation dans le camp de très critique.

Les militaires israéliens ont pris d'assaut le camp de Jenin avec plus de 70 véhicules blindés et sont montés sur les toits des maisons pour tirer des balles et des bombes lacrymogènes sur les Palestiniens.

Des tireurs d'élite israéliens ont été déployés sur les toits des maisons et des militaires israéliens, armés jusqu’aux dents, ont ouvert le feu sur de jeunes Palestiniens qui tentaient de bloquer leur infiltration.

Le ministère palestinien de la Santé a identifié l'une des victimes comme étant Saëb Essam Mahmoud Azriqi, 24 ans, précisant qu'une femme âgée figurait également parmi les morts.

Source: Externe

Selon le ministère, Azriqi a été transporté d'urgence dans un hôpital local dans un état critique après avoir reçu une balle dans la poitrine, avant de succomber à ses blessures. L'identité des autres victimes n'est pas encore connue. Le ministère a en outre noté que 13 autres personnes avaient également été blessées lors de l'attaque, dont trois se trouvent dans un état grave.

La ministre palestinienne de la Santé, Mai al-Kaila, a déclaré que les troupes israéliennes avaient attaqué l'hôpital de Jenin et délibérément tiré des grenades lacrymogènes sur le service pédiatrique de l'hôpital, provoquant la suffocation des enfants.

Mme. al-Kaila a appelé à une réunion urgente avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour mettre fin à l'agression israélienne, sauver la vie des Palestiniens et empêcher de nouveaux massacres, tout en exhortant les organisations internationales des droits de l'homme à intervenir immédiatement pour aider à freiner les pratiques militaires israéliennes.

Les rapports indiquent que des affrontements se poursuivent entre les jeunes Palestiniens et les forces du régime israélien dans le camp. Les troupes israéliennes ont interdit aux équipes médicales d'urgence d'atteindre la zone et ont également coupé l'alimentation électrique du camp.

Les violences de ce jeudi portent à 28 le nombre de Palestiniens, dont 5 enfants tués sous les balles des militaires israéliens depuis le début de cette année.

Au cours des derniers mois, Israël a intensifié ses attaques contre des villes palestiniennes dans les territoires occupés de la Palestine. À la suite de ces attaques, des dizaines de Palestiniens ont perdu la vie et de nombreux autres ont été arrêtés.

Les Nations-unies ont désigné 2022 comme l'année la plus meurtrière pour les Palestiniens de Cisjordanie depuis 16 ans. L'année dernière, les forces israéliennes ont tué au moins 171 Palestiniens en Cisjordanie et dans l'Est d'al-Quds occupé, dont plus de 30 enfants. Au moins 9.000 autres ont également été blessés.

Source: Externe

Etat d’alerte dans les colonies proches de Gaza

Suite à ces développements, les médias israéliens ont rapporté que les forces d’occupation ont déclaré l’état d’alerte dans les colonies proches de Gaza.

Le Front populaire de la libération nationale (FLN) de la Palestine a affirmé que les crimes de l’ennemi ne passeront pas sans riposte, appelant à frapper les positions de l’armée d’occupation.

Le Hamas a pour sa part salué les forces de résistance qui mènent une grande bataille à Jenin.

Un drone israélien abattu

Des sources locales, citées par PalToday, ont indiqué que les forces d’occupation ont reconnu qu’un de leurs drones a été abattu dans le ciel du camp de Jenin.

De son côté, le groupe de résistance 'Fosse aux Lions' a revendiqué une opération contre les forces d’occupation et s’être retiré après leur avoir asséné des coups précis.

Vers le milieu de la journée, les forces d’occupation israéliennes ont retiré toutes leurs forces de Jenin.

Il convient de noter que la direction de l’éducation de Jenin a décidé de reporter les heures d'ouverture d’école jusqu’à 09h du matin, en raison de l’incursion des forces d’occupation dans la ville.

Rappelons que la ville et le camp de Jenin sont le théâtre de violents affrontements armés entre les résistants du bataillon de Jenin et les forces d’occupation qui tentent d’envahir quasi-quotidiennement la cité.

Rédaction Presstv & Al Manar -

26.01.23

Source: presstv.ir & almanar.com

26 janvier 2023

Les guignols de l'UE à l'oeuvre

Source: Externe

Les Palestiniens de Masafer Yatta pris de court par le plan militaire visant à les déplacer pendant que... l’UE réfléchit en termes de réparations

 

Des officiers supérieurs de l’armée israélienne ont commencé il y a plus de deux mois les préparatifs de l’évacuation de plus de 1.000 Palestiniens de huit villages de Masafer Yatta, dans les collines du sud d’Hébron, a rapporté Hareetz le 11 janvier. Le journal a ajouté que la planification avait commencé de manière indépendante sans discussions préalables avec des responsables politiques.

Les hauts responsables ont déclaré que le plan avait été présenté pour la première fois au cabinet il y a deux semaines, après l’entrée en fonction du nouveau gouvernement d’extrême-droite, et coïncidait avec une notification officielle du Bureau de coordination et de liaison du district israélien (DCO) à leurs homologues palestiniens, selon laquelle les habitants recevraient des notifications de leur déplacement forcé «dans les prochains jours».

On ne sait pas si les deux événements sont liés.

Source: Externe

La «zone de tir», une menace pour les Palestiniens, mais pas pour les colons israéliens

Les terres sur lesquelles les communautés de Masafer Yatta vivent depuis avant la création d’'Israël' ont été désignées «zone de tir 918» dans les années 1980, et depuis, les autorités israéliennes ont utilisé ce prétexte – tout en affirmant que les habitants de Masafer Yatta ne sont pas «des habitants permanents» de leurs villages – pour essayer de les déplacer de force.

Une décision de la Cour suprême israélienne du 4 mai 2022 a finalement ouvert la voie à leur expulsion massive.

Le journaliste, activiste et résident de Masafer Yatta, Basel Adra, a déjà déclaré à Jérusalem24 que les colons israéliens vivant dans la zone de tir dans trois avant-postes ne sont pas eux-mêmes menacés d’expulsion.

Pris de court

Haaretz a rapporté que le sujet du déplacement forcé imminent a été soulevé lors d’une réunion fin décembre entre Salim Sa’ad, représentant de l’administration civile (l’organisme israélien qui s’occupe des affaires civiles en Cisjordanie occupée militairement) dans la région d’Hébron, et des représentants de l’Autorité palestinienne, selon les habitants.

À la fin de la réunion, un des représentants de l’AP a déclaré aux résidents palestiniens que Sa’ad pensait que le déplacement aurait lieu «dans une autre année» et qu’il lui avait dit que deux «alternatives pour reloger» les résidents leur seraient présentées dans les semaines à venir.

La réunion avait initialement été prévue pour discuter d’une demande d’approbation du labourage agricole des terres de la région et les habitants ont été surpris par les déclarations du représentant de l’AP. Les habitants ont également été informés que Sa’ad avait parlé de l’expulsion de 12 villages – et pas seulement des 8 villages dont il était question dans la dernière requête de la Haute Cour de justice.

Nidal Yunis, chef du conseil du village de Masafer Yatta, a déclaré à Jérusalem24 qu’il était censé assister à une «réunion ordinaire». "J’étais là pour soulever la question du labourage des terres pendant cette saison, avant qu’il ne soit trop tard pour les agriculteurs et leurs cultures. Au cours de la réunion, nous avons compris qu’un plan pour nous déplacer de 12 villages était en cours", dit-il.

Plus de 2.000 Palestiniens vivent dans 12 villages et communautés de Masafer Yatta, sur 35.000 dunums de terre [35 ha], selon Yunis.

Source: Externe

L’UE envisage d’exiger... des «réparations» pour la démolition de ses projets

Tout en évitant la mention de la notification du DCO israélien du 2 janvier concernant l’expulsion forcée imminente des résidents de Masafer Yatta, le porte-parole de l’Union européenne Shadi Othman a publié une déclaration à la presse, le 11 janvier, dénonçant la politique de colonisation d’Israël et «les mesures illégales prises concernant la démolition de projets financés par l’UE».

"L’UE a rappelé à plusieurs reprises à Israël la nécessité de respecter ses obligations en vertu du Droit international, et en particulier du Droit international humanitaire, envers la population palestinienne en Cisjordanie occupée, y compris dans la zone C et à Jérusalem-Est" a-t-il dit.

Yunis a déclaré à Jérusalem24 que la plupart des maisons de Masafer Yatta ainsi que le système de réseau d’eau, les panneaux solaires, cinq écoles et un certain nombre de routes goudronnées financées par l’UE ont été soit complètement détruites soit vandalisées par l’armée israélienne.

«La Commission suit toutes les démolitions et confiscations de structures financées par des donateurs, y compris les actifs financés par l’UE et les dommages financiers qui en découlent», indique le communiqué.

Cependant, la déclaration n’a pas tardé à préciser qu’aucune option d’exécution n’était sur la table: «A ce stade, une liste d’options possibles pour obtenir une compensation d’Israël pour le financement des actifs financés par l’UE perdus dans les démolitions n’a pas été discutée».

Nadeen Alshaer -

17.01.23

Source: ISM

25 janvier 2023

Ne vous laissez pas piéger par les manifs anti-Netanyahu & C°

Source: Externe

Les Israéliens s’en fichent bien de la démocratie

 

La démocratie en 'Israël' signifierait la fin de l’apartheid, mais ce n’est pas ce que demandent les manifestants israéliens.

Au cours du dernier week-end, des dizaines de milliers d’Israéliens sont descendus dans les rues de Tel-Aviv et d’autres villes pour protester contre ce qu’ils considèrent comme une érosion de la démocratie de leur pays.

Les manifestations ont été déclenchées par la législation annoncée par le gouvernement du 1er ministre Benjamin Netanyahu qui, si elle est adoptée par la Knesset, remaniera le système judiciaire israélien. Nombreux sont ceux qui voient dans cette initiative une tentative du 1er ministre, poursuivi pour corruption, de contrôler le système judiciaire et d’éviter la prison.

Certains des slogans affichés lors des manifestations annonçaient «la fin de la démocratie» sous un «gouvernement criminel». Il est certain que la coalition de Netanyahu, composée de partis religieux d’extrême-droite et ultra-conservateurs, n’est pas favorable au pluralisme, aux droits civils et aux libertés.

Source: Externe

Parmi eux, le kahaniste Itamar Ben-Gvir, qui se promène en portant des armes, est le nouveau ministre de la sécurité intérieure, et Bezalel Smotrich, qui se décrit comme un «homophobe fier de l’être» et qui a pris le portefeuille des finances.

Netanyahu lui-même n’est pas non plus un défenseur de l’État de droit, ayant fait tout son possible pour s’accrocher au pouvoir et éviter d’avoir à répondre de ses pratiques corrompues. Mais le désigner comme un «ministre du crime» et son gouvernement comme celui qui «détruit la démocratie israélienne» est assez exagéré.

Il n’y a pas eu de 1er ministre israélien qui n’ait pas été un criminel aux mains souillées du sang des Palestiniens, et il n’y a jamais eu de gouvernement israélien qui ait réellement défendu la démocratie. L’«État démocratique» israélien est et a toujours été un mythe, une illusion construite pour soutenir l’oppression du peuple palestinien et poursuivre sa dépossession.

Il suffit de regarder qui s’est présenté aux manifestations «pro-démocratie». Il y avait l’ancien 1er ministre et ministre de la Défense Benny Gantz, qui a été accusé de crimes de guerre pendant la guerre de 2014 contre Gaza. Il a déclaré à la foule qu’elle devait se battre par «tous les moyens légaux pour empêcher un coup d’État».

Puis il y avait l’ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, également accusée de crimes de guerre à Gaza, mais pour la guerre de 2009 sur le territoire assiégé. Elle a déclaré: "Ensemble, nous protégerons l’État car il est pour nous tous".

Mais ce n’est pas «pour nous tous»… Cela est apparu clairement lorsque la foule s’est retournée contre le petit nombre d’antisionistes qui se sont présentés à la manifestation avec des drapeaux palestiniens. Ces drapeaux ont été rapidement arrachés par les autres manifestants «pro-démocratie».

Il convient également de jeter un coup d’œil à l’institution que Netanyahu est accusé d’avoir attaquée: la Cour suprême d’'Israël', qui supervise l’engagement du régime israélien par rapport à son cadre constitutionnel, également connu sous le nom de «Lois fondamentales».

Source: Externe

Les manifestants affirment qu’il s’agit d’une entité importante qui, si elle était vidée de sa substance, diminuerait les contrôles et les équilibres au sein de l’État israélien. Mais le long historique des décisions de la Cour suprême contre les droits des Palestiniens remet en question le fait qu’elle ait jamais maintenu des contrôles et des équilibres sur le pouvoir militaire israélien absolu, car elle a plutôt fourni un vernis juridique pour les crimes du régime israélien contre le peuple palestinien.

Par exemple, dans une décision de 2018 sur les règles de «tir ouvert» utilisés par l’armée israélienne pendant la Marche du Retour à Gaza, le tribunal a conclu que l’armée s’en tenait aux principes de nécessité et de proportionnalité, ce qui n’est manifestement pas le cas: pendant les deux années qu’a duré la marche, 214 Palestiniens non armés ont été tués et des dizaines de milliers d’autres blessés (dont beaucoup sont restés gravement handicapés) à cause des tirs aveugles de l’armée israélienne.

En juillet, le même tribunal a jugé légale une colonie juive illégale construite sur des terres palestiniennes privées en Cisjordanie, ouvrant la voie à d’autres confiscations massives de terres palestiniennes sous occupation, ce qui équivaut à un crime de guerre. Le même mois, elle a également approuvé la déchéance de la citoyenneté des citoyens palestiniens d’Israël s’ils sont jugés «déloyaux» envers le régime sioniste.

Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres qui montrent comment la Cour suprême israélienne n’a cessé de valider les violations des droits des Palestiniens depuis sa création. Bien sûr, ce fait est complètement ignoré par les manifestants, qui la considèrent comme une institution qui garantit leurs droits.

En effet, la législation sur la réforme judiciaire ainsi que l’agenda ultra-conservateur poursuivi par les alliés d’extrême-droite de Netanyahu ont mis les sionistes libéraux en mode panique… Leurs libertés, qui ont toujours été obtenues au détriment des droits des Palestiniens, sont sur le point d’être érodées… Ils ne pourront plus proclamer avec joie que leur État est un phare dans une région restée sauvage.

Source: Externe

La façade est en train de s’effriter, et le régime israélien révèle au monde la dure vérité: son fondement même est intrinsèquement contraire à la démocratie.

Comment peut-on décrire autrement une entité qui s’est construite sur le nettoyage ethnique d’un autre peuple et qui met en œuvre un régime d’apartheid? Comment peut-on décrire autrement un régime qui maintient un groupe entier de personnes sous clé? Comment décrire autrement un régime dont les lois fondatrices consacrent la suprématie d’un groupe de citoyens sur un autre?

Si le gouvernement d’extrême-droite de Netanyahu devait s’écrouler demain, rien de tout cela ne changerait. En fait, les manifestants «pro-démocratie» ne veulent pas que cela change. Pour la simple raison qu’ils veulent par-dessus tout préserver la suprématie juive et l’apartheid israélien, du fleuve Jourdain à la Méditerranée.

Yara Hawari -

18.01.23

Source: Chronique de Palestine