FREE PALESTINE

13 février 2015

Nous, Chrétiens de Palestine, disons « Allahu Akbar »

Nous, Chrétiens de Palestine, disons « Allahu Akbar »

L'Archevêque Theodosios (Hanna) de Sebastia - Photo Nadezdha Kevorkova

L’Archevêque Theodosios (Hanna) de Sebastia – Photo Nadezhda Kevorkova

Par Nadezhda Kevorkova, le 30 janvier 2015

Le seul évêque palestinien chrétien orthodoxe en Terre Sainte s’exprime sur la souffrance des Chrétiens de Palestine, leur unité avec les Musulmans dans la lutte palestinienne, les martyrs chrétiens orthodoxes et l’Ukraine.

L’Archevêque Sebastia Théodosios (Atallah Hanna), 49 ans, est le seul archevêque chrétien orthodoxe de Palestine à être en poste à Jérusalem et en Terre Sainte, tandis que tous les autres évêques du Patriarcat de Jérusalem sont des Grecs. Les autorités israéliennes l’ont plusieurs fois maintenu en détention, l’ont arrêté à la frontière ou ont confisqué son passeport. Parmi tous les ecclésiastiques de Jérusalem, il est le seul qui ne jouisse pas du privilège de passer par la porte VIP à l’aéroport – à cause de sa nationalité. « Pour les autorités israéliennes je ne suis pas un évêque, mais plutôt un Palestinien, » explique son Éminence. Quand il parle au téléphone il utilise beaucoup de mots qui sont d’habitude entendus de la part de Musulmans: « Alhamdulillah, Inch’Allah, Macha’Allah ». Il parle l’Arabe, et le mot arabe pour « Dieu » est Allah, que vous soyez chrétien ou musulman.

 

Nadezdha Kevorkova (NK): Votre Éminence, qu’est-ce que cela fait d’être le seul évêque palestinien de Terre Sainte?

Théodosios (Hanna) de Sebastia (TS): Tout d’abord, je souhaite confirmer que je suis le seul évêque palestinien du Patriarcat orthodoxe de Jérusalem. Un collègue évêque officie dans la ville d’Ibrid au nord de la Jordanie; et il y a aussi de nombreux prêtres palestiniens.

Je suis fier d’appartenir à cette grande institution religieuse qui a plus de 2000 ans.

Mon église a protégé la présence chrétienne en Terre Sainte et les objets sacrés en rapport avec la vie du Christ et l’histoire de l’Église Chrétienne.

Je suis fier de ma religion et de ma nationalité, je suis fier d’appartenir à ma patrie. Je suis un Palestinien, et j’appartiens à ce peuple religieux qui combat au nom de sa liberté et de sa dignité à réaliser ses rêves et ses droits nationaux.

Je soutiens les Palestiniens, et partage leur cause comme leurs ennuis. Nous, les Chrétiens orthodoxes palestiniens se sommes pas détachés de leurs souffrances.

La question palestinienne en est une qui nous concerne tous, Chrétiens comme Musulmans. C’est un problème pour tout individu intellectuellement libre aspirant à la justice et à la liberté en ce monde.

Nous, les Chrétiens de Palestine souffrons avec le reste des Palestiniens de l’occupation et des difficultés de notre situation économique. Les Musulmans et les Chrétiens souffrent de la même manière, puisqu’il n’y a pas de différence dans la souffrance pour n’importe lequel d’entre nous. Nous vivons tous dans les mêmes circonstances compliquées, et surmontons les mêmes difficultés.

Nous protégeons ces gens en tant qu’église et en tant qu’individus, et espérons que le jour vient où les Palestiniens auront leur liberté et leur dignité.

Un pèlerin chrétien tient une croix alors qu'il se penche dans l'eau après une cérémonie au site baptismal connu sous le nom de Qasr el-Yahud, sur les rives du fleuve Jourdain près de la ville cis-jordanienne de Jéricho, le 18 janvier 2015 - Photo Reuters/Mohamad Torokman

Un pèlerin chrétien tient une croix alors qu’il se penche dans l’eau après une cérémonie au site baptismal connu sous le nom de Qasr el-Yahud, sur les rives du fleuve Jourdain près de la ville cis-jordanienne de Jéricho, le 18 janvier 2015 – Photo Reuters/Mohamad Torokman

NK: Pour ceux qui viennent visiter la Terre Sainte, il y a peu d’opportunités pour constater à quel point la situation des Palestiniens est difficile. Qu’avez-vous à dire à ceux qui désirent mieux comprendre le problème palestinien?

TS: Les autorités israéliennes traitent le peuple palestinien d’une façon que nous ne pourrons jamais accepter ou tolérer, d’abord et avant tout parce qu’Israël traite les Palestiniens comme des étrangers, comme si nous étions des étrangers sur notre terre.

Les Palestiniens n’ont jamais été des étrangers que ce soit à Jérusalem ou dans tout l’ensemble de la Terre Sainte. Israël est une force d’occupation qui nous traite comme si nous étions des visiteurs ou quelque espèce de résidents temporaires. Mais nous sommes le peuple natif de cette terre. Nous ne sommes pas arrivés ici, nous y avons toujours été. Par contraste, Israël est apparu hors de nulle part.

Ils nous traitent comme si nous étions arrivés ici d’ailleurs, comme si nous avions récemment et par accident erré jusqu’à cette terre. Mais nous en sommes les propriétaires légitimes. Nous n’avons pas envahi Israël. Israël a envahi nos vies en 1948, et en 1967 a occupé Jérusalem-Est. Nous avions été ici bien longtemps avant Israël. Lorsque Israël a fini par arriver ici, nos ancêtres avaient vécu ici pendant des siècles.

C’est pourquoi nous ne pouvons accepter qu’Israël nous traite comme des étrangers dans notre patrie. Je vais être franc et vous le répéter: les Chrétiens et les Musulmans souffrent de la même manière, aux mains des autorités israéliennes.

NK: Visiter Jérusalem est-il aussi difficile pour un Chrétien palestinien de Cisjordanie que pour un Musulman?

TS: Ils ne demandent pas si une personne arrivant de Beit Jala ou de Ramallah vers Jérusalem est chrétienne ou musulmane. Ils ne posent qu’une seule question, « Avez-vous un laissez-passer pour entrer dans Jérusalem ou pas? »

Le laissez-passer autorisant un Palestinien à pénétrer dans Jérusalem est délivré par Israël. Personne ne peut passer sans en avoir un. En perpétuant sa politique raciste envers les Palestiniens, Israël dédaigne plusieurs confessions. Nous sommes tous pareillement ciblés. Tout dépend de l’obtention d’un laissez-passer, que vous soyez chrétien ou musulman.

Nous sommes tous leurs cibles.

Pour couronner le tout, Israël a pris le contrôle de beaucoup de propriétés appartenant à l’Église chrétienne orthodoxe, et interfère dans les affaires internes de l’Église. Ils font pression sur les Chrétiens palestiniens de toutes sortes de façons, essayant de les pousser à partir.

Il n’y a qu’une seule cause à la souffrance, à la fois pour les Chrétiens comme pour les Musulmans en Terre Sainte.

NK: La récente attaque sur le journal satyrique français à déclenché une vague de manifestations anti-musulmanes en Europe. Netanyahou a défilé au premier rang d’une telle manifestation. Quelle est votre réaction face à ce qui s’est passé?

TS: Nous dénonçons les attaques de Paris qui ont été commises par des gens représentant prétendûment une religion particulière.

Mais ils ne représentent aucune religion – ce sont des assassins.

Cette attaque a été perpétrée par des gens qui prétendent avoir la foi, mais ils ne représentent aucunement l’Islam ni ne peuvent agir au nom de l’Islam, ils ne font que nuire et faire du tort à l’image de l’Islam à travers leurs actes.

Pareillement, nous dénonçons tout autant les opérations terroristes en Syrie et en Irak, que les attaques terroristes à Paris.

Ceux qui ont commis les attaques terroristes de Paris et d’ailleurs appartiennent aux mêmes groupes qui se livrent au terrorisme en Syrie et en Irak et attaquent des lieux saints, profanent des églises et kidnappent des dirigeants religieux.

Ils attaquent des femmes et des enfants en Syrie, au Liban et en Irak.

Nous avons été témoins de l’acte de terreur, à Tripoli au Liban il y a seulement quelques jours qui a tué des douzaines de personnes innocentes dans un café.

Nous condamnons les attaques terroristes de Paris et nous condamnons également toutes les attaques similaires partout dans le monde. Nous sommes fermement opposés à l’idée d’une connexion de ces attaques avec l’Islam.

Nous sommes actuellement en préparation d’une conférence internationale à laquelle prendront part des personnalités religieuses – Chrétiennes, Musulmanes et Judaïques – de plusieurs pays pour affirmer que nous, les représentants des trois religions monothéistes, sommes contre la terreur, le fanatisme et la violence utilisés sous des slogans religieux. La conférence aura peut-être lieu à Amman, en Jordanie.

NK: Pour un esprit occidental, « Allahu Akbar » ressemble à une menace. Qu’en pensent les Chrétiens de Terre Sainte?

TS: Nous, les Chrétiens, disons aussi « Allahu Akbar ». C’est une expression de notre entendement que le Créateur est grand. Nous ne voulons pas que cette phrase soit mise en relation avec le terrorisme et avec des crimes.

Nous refusons d’associer ces mots à des massacres et à des meurtres.

Nous nous exprimons contre l’usage de cette phrase dans ce contexte. Ceux qui s’en servent insultent notre religion et nos valeurs religieuses.

Ceux qui se servent de ces mots en commettant des actes irréligieux, païens et barbares nuisent à la religion.

« Allahu Akbar » est une expression de notre foi.

Il ne faut pas utiliser ces mots dans des buts sans rapport avec la religion pour justifier la violence et la terreur.

Des prêtres chrétiens célèbrent la Messe de Noël dans l'Eglise de la Nativité, dans la ville de Cisjordanie de Bethléem le 25 décembre 2014 - Photo Reuters/Ammar Awad

Des prêtres chrétiens célèbrent la Messe de Noël dans l’Eglise de la Nativité, dans la ville de Cisjordanie de Bethléem le 25 décembre 2014 – Photo Reuters/Ammar Awad

NK: Les gens disent-ils « Allahu Akbar » à l’église?

TS: Bien entendu.

Pour nous, « Allah » n’est pas un terme islamique. C’est un mot utilisé en Arabe pour signifier le Créateur qui a fait le monde dans lequel nous vivons. Donc quand nous disons « Allah » dans nos prières, nous entendons par là le Créateur de ce monde.

Dans nos prières et nos requêtes, dans nos cérémonies religieuses chrétiennes orthodoxes, nous nous servons précisément de ce mot. Nous disons, « Gloire à Allah pour l’éternité ». Nous disons beaucoup « Allah » au cours de notre liturgie. C’est une erreur de penser que le mot « Allah » n’est utilisé que par les Musulmans.

Nous, les Arabes chrétiens, disons « Allah » dans notre langue arabe comme moyen d’identifier et de nous adresser au Créateur dans nos prières.

NK: Tout ceci a-t-il un rapport avec le Christ? Est-ce lui qui a provoqué un schisme religieux en Terre Sainte? Les Chrétiens et les Musulmans reconnaissent que Jésus Christ est né, et ils attendent son second avènement et le jour du jugement. Les Juifs par contre le récusent, et attendent leur Messie.

TS: Nous Chrétiens croyons que Jésus est déjà venu. Nous avons récemment célébré Noël comme rappel que Jésus est venu en ce monde, qu’il est né à Bethléem, et a entamé son chemin ici en Terre Sainte pour le bénéfice de toute l’humanité et pour la rédemption du monde.

Donc en ce qui nous concerne, Jésus est déjà venu.

Les Juifs croient qu’il n’est pas encore venu, et s’attendent à son avènement. C’est le désaccord principal entre les Juifs et nous. Nous croyons que Jésus est déjà venu, alors qu’ils n’y croient pas.

Malgré cela, nous ne sommes pas en guerre contre les Juifs. Nous n’exprimons pas d’antagonisme envers les Juifs ou qui que ce soit au monde, en dépit de différences dans nos croyances.

Nous prions pour ceux qui sont en désaccord avec nous.

Lorsque Jésus est venu en ce monde il ne nous a pas dit de haïr, d’ignorer, ou d’être en guerre les uns contre les autres; il ne nous a pas dit de tuer celui-ci ou celui-là. Il nous a donné une instruction très simple: de nous aimer les uns les autres. Quand Jésus nous a dit de nous aimer les uns les autres, cet amour ne dépendait pas de la manière d’être d’une personne, ou de ce qu’elle faisait. Si nous sommes réellement de vrais Chrétiens, c’est notre dette d’aimer tous les êtres et de les traiter positivement, et avec amour.

Quand nous voyons quelqu’un être mauvais, perdu, et loin d’Allah et de la foi, quelqu’un qui agit mal, alors il est de notre devoir de prier pour lui, même s’il est peut-être différent de nous et de notre religion. Quand nous avons des désaccords religieux avec des gens, nous prions qu’Allah les guide sur le bon chemin. La haine, la colère et l’accusation de détenir une foi erronée ne font pas partie de notre éthique en tant que Chrétiens. C’est là le désaccord central et la différence entre la religion juive et la nôtre. La religion juive qui avait existé avant le Christ est celle de gens qui attendaient la venue du Christ. Beaucoup de Juifs l’ont suivi, pourtant il y a eu ceux qui n’ont pas cru en lui, et qui l’ont rejeté.

Nous savons que Jésus fut persécuté, et les premiers Chrétiens le furent aussi. Par exemple, le roi Hérode tua des milliers de bébés à Bethléem en pensant que Jésus serait parmi eux. Le livre des Actes des Apôtres, ainsi que la tradition sacrée, parlent de nombreux exemples de persécution des premiers Chrétiens.

Malgré cela, nous voyons en chaque personne qui n’est pas d’accord avec nous sur la religion un frère, notre congénère. Allah nous a tous créés, il nous a donné la vie, et c’est par conséquent notre devoir d’aimer chaque personne et de prier pour ceux qui sont dans l’erreur ou ne comprennent pas, afin qu’Allah les guide sur le bon chemin.

NK: Est-ce pour cela que les Chrétiens et les Musulmans sont persécutés?

TS: Nous ne faisons pas de différence entre les Palestiniens sur la base de qui est chrétien ou qui est musulman, qui est religieux et qui ne l’est pas, qui est resté et de quel parti ils sont membres. Nous ne divisons pas les gens en fonction de leurs convictions ou de leur religion.

Pour la résistance cela n’a pas d’importance qu’ils soient chrétiens ou musulmans.

Quelles que soient leurs opinions politiques, tous les Palestiniens soutiennent activement l’idée que le peuple palestinien  doit pouvoir exercer ses droits et accomplir son rêve.

Oui, de nombreux Chrétiens ont été tués depuis 1948 et jusqu’à ce jour. Certains Chrétiens ont été poussés à quitter leurs maisons. Quelques villages chrétiens ont été complètement détruits et maintenant il n’y reste plus une seule maison ou un seul habitant, comme à Al Galil sur le plateau du Golan par exemple.

Beaucoup d’églises ont été attaquées à Jérusalem; il y a eu des tentatives de saisie de leurs biens et de leurs terres.

Il y a des Chrétiens dans des prisons israéliennes – pas autant que des Musulmans, mais il y en a. La communauté chrétienne est plus petite en général, mais nous avons nos propres martyrs à avoir été tués ainsi que des prisonniers qui ont passé de longues années derrière les barreaux.

Les Chrétiens souffrent sous l’occupation israélienne tout comme les Musulmans – toute la population palestinienne souffre sous son joug. Ils ne font pas de distinction entre nous.

NK: Y a-t-il des aspects spécifiques à la vie des Chrétiens en Terre Sainte?

TS: Voici un des nombreux exemples, en relation avec l’Église Orthodoxe Russe.

La Cathédrale de la Sainte Trinité, située dans la partie occidentale de Jérusalem, appartenait à l’Église Orthodoxe Russe mais après 1948 Israël a tiré avantage de la situation en Russie pour saisir certains des bâtiments autour de la Cathédrale, s’en servant comme locaux pour la police et de prison où fut pratiquée la torture.

Quand quelqu’un dit « moskobiya », se référant à quelque chose en relation au Patriarcat de Moscou, une chose sacrée et spirituelle, les premières choses qui viennent à l’esprit d’un Palestinien vivant à Jérusalem sont la torture, la police, les interrogatoires et la prison.

À Nazareth, par exemple, le mot « moskobiya » est exclusivement associé à la vieille école russe ou l’élite culturelle, scientifique et politique palestinienne avait étudié. Bien qu’elle ait été fermée après la Révolution de 1917 en Russie, sa renommée lui a survécu.

Donc c’est seulement pour les Palestiniens de Jérusalem.

NK: Que pensent les Chrétiens palestiniens, je veux dire en premier les Chrétiens orthodoxes, de la crise en Ukraine?

TS: Globalement, nous sommes profondément inquiets de la division en Ukraine. Nous croyons toujours que tous les Chrétiens ukrainiens doivent rester dans le giron de leur Mère l’Église qui est le Patriarcat de Moscou.

Je souhaite que la crise ukrainienne soit résolue à travers le dialogue pour que nous voyions la réconciliation et la fin de la violence et du sang répandu.

Les Chrétiens n’ont pas besoin de guerres, de tueries et de massacres. La crise politique doit être résolue pacifiquement. L’Église doit travailler dur pour assurer que les divisions soient résolues et surmontées.

L’Église Orthodoxe en Ukraine est forte car la plupart des gens y suivent le Christianisme Orthodoxe.

Les dissensions doivent être guéries. Nous espérons vraiment que les efforts du Patriarcat de Moscou et du Patriarcat de Constantinople nous aideront à réunifier l’Église en Ukraine.

Je crois que le schisme peut être inversé et que ceux qui se sont détachés peuvent revenir. Mais pour que cela ait lieu nous avons besoin d’humilité, de foi et d’une volonté forte.

Nous prions pour l’Église Orthodoxe de l’Ukraine.

Source: http://rt.com/op-edge/227871-palestinian-orthodox-christian-bishop/

Nadezhda Kevorkova est une correspondante de guerre qui a couvert les événements du Printemps Arabe, des conflits militaires et religieux autour du monde, ainsi que le mouvement anti-mondialisation.

 

Posté par MCPalestine à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 février 2015

L’aide à Gaza sous le contrôle d’un criminel de guerre israélien

L’aide à Gaza sous le contrôle d’un criminel de guerre israélien

samedi 7 février 2015g

(Par David Cronin)

Avec la complicité des gouvernements de l’Union européenne, c’est à un criminel de guerre israélien, le général Yoav Mordechai, qu’a été donné un droit de veto sur les aides destinées à la bande de Gaza, détruite par ce même général.


(à gauche, le général Mordechai, célébrant on ne sait trop quel crime)

Dans une contribution à Electronic Intifada, le journaliste David Cronin rappelle qu’en début de semaine, Yoav Mordechai, a quand même été obligé de renoncer à une visite au Parlement européen, suite aux protestations du mouvement de solidarité et d’un certain nombre de députés européens eux-mêmes.

Mais cela ne l’a pas empêché de rencontrer, plus discrètement, les représentants des 28 gouvernements de l’Union européenne.

La démarche des diplomates européens est tout à la fois monstrueuse et logique, note David Cronin.

Monstrueuse, parce qu’elle confère une certaine dose de respectabilité à ce criminel.

Mais logique, en ce sens que l’Union européenne est le premier fournisseur d’aide à la Palestine …. et que Mordechai est l’homme en charge du contrôle de la distribution de ces aides.

L’UE s’est ainsi engagée, lors de la conférence du Caire d’octobre 2014, à verser quelque 450 millions d’euros pour aider à la reconstruction de Gaza, après les terribles destructions perpétrées par Israël en juillet et août.

Mais l’argent est censé être versé via un « mécanisme de reconstruction » impliquant les Nations-Unies, l’Autorité Palestinienne, et un organisme militaire israélien, le COGAT (acronyme signifiant « Coordination des activités gouvernementales israéliennes dans les territoires »). En tant que patron du COGAT, le général Mordechai a donc la haute main sur l’argent du contribuable européen censé aider à la reconstruction de Gaza. La procédure signée au Caire prévoit ainsi que le COGAT reçoit les données personnelles de chaque receveur potentiel de l’aide, et qu’il a le pouvoir de refuser selon son bon plaisir.

Or, ce militaire a un lourd passé d’exactions contre la population de Gaza, souligne David Cronin.

Il commandait ainsi l’un des bataillons de la sinistre brigade Golani qui prit part à l’assaut contre Gaza en janvier 2009, où elle fit un usage abondant de phosphore blanc contre les populations civiles, provoquant d’atroces brûlures et des lésions mortelles.

Il y a six ans, Mordechai contribuait à détruite Gaza. Et le voilà maintenant, sans avoir jamais exprimé le moindre regret pour ses agissements, faisant partie d’une équipe internationale chargée de la reconstruction.

Le COGAT, qui est un instrument-clé de la domination israélienne tant en Cisjordanie qu’à Gaza, n’hésite pas, à des fins de propagande, à se présenter comme un organisme humanitaire, qui ne veut que le bien des populations palestiniennes.

Il vient ainsi d’éditer une brochure, indique David Cronin, où il se vante d’avoir donné son feu vert à 235 projets pour Gaza « procurant des emplois et améliorant la qualité de vie des habitants ».

Bien entendu, il n’est nulle part indiqué, dans cette brochure destinée à des diplomates occidentaux ne demandant qu’à être trompés, que nombre de ces projets concernent des sites précisément précisément attaqués par l’armée israélienne, comme l’hôpital Al-Quds à Gaza par exemple.

« On peut admettre que pour apporter de l’aide à une population captive, il faille passer certains compromis. Mais dans le cas qui nous concerne, les donateurs internationaux ne se contenant pas de faire un compromis avec l’occupation israélienne, ils s’aplatissent devant elle », conclut amèrement David Cronin.

http://electronicintifada.net/blogs/david-cronin/how-war-criminal-can-veto-aid-gaza?utm_source=EI+readers&utm_campaign=83b7c9024f-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_e802a7602d-83b7c9024f-260782621

Source

Posté par MCPalestine à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 février 2015

Israël est un état illégitime

Ceux qui reconnaissent la « légitimité » d'Israël ne sont pas des amis du peuple palestinien

Le Mouvement Palestine Pour Tous (MOPT, Movimento Palestina Para Todos) de Sao Paulo (Brésil), a organisé un séminaire politique au siège central du syndicat des travailleurs postaux, se concentrant sur la lutte des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes et des développements politiques actuels dans la Palestine occupée et dans la région, ainsi que sur les luttes des prisonniers au Brésil.

Le camarade Khaled Barakat, coordinateur de la Campagne pour Libération d'Ahmad Sa’adat, a parlé lors de cet événement, apportant une vue d'ensemble des développements des politiques actuels dans la région, notant que « la résistance palestinienne et arabe est la seule force dans la région capable de défaire l'état raciste colonial en Palestine occupée. »

« Nous sommes à un moment historique, cent ans de lutte armée palestinienne. » a dit Barakat. « Les Palestiniens ont fait face au colonialisme et à l’occupation depuis 1917, à travers une expérience historique collective qui leur a permis de protéger leur cause contre toutes les tentatives entreprises pour les dissoudre ou les disperser. »

Parlant des positions politiques nécessaires pour libérer la Palestine, Barakat a noté que « la position du Front Populaire pour la Libération de la Palestine était, et reste, de démanteler l'entité sioniste en Palestine. Le Front rejette la prétendue « solution à deux états » et la considère comme une trahison majeure envers les Palestiniens et à leur droit au retour dans leurs maisons dont ils ont été expulsés par la force. Il appelle à l'établissement d'un état démocratique de Palestine sur la terre entière de la Palestine et l'exercice du droit des Palestiniens à l'autodétermination dans l'entièreté de leur patrie. »

Barakat a rejeté la légitimité de l’occupation israélienne où que ce soit sur la terre de la Palestine, disant que toute reconnaissance du prétendue « droit à exister » d’Israël mine le peuple palestinien. « Ceux qui reconnaissent et défendent le « droit à exister » d'Israël sur la terre palestinienne volée ne peuvent pas être de vrais amis ni faire partie du véritable mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. Nous devons maintenir brûlante la flamme de la lutte dans la confrontation avec Israël et ses défenseurs à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine, sous la direction des Palestiniens et de leur résistance, et avec l'appui de la nation arabe, des populations de la région, et les forces et les peuples progressistes du monde. C'est la seule option véritablement réaliste et révolutionnaire pour changer l'équilibre des forces localement et internationalement et pour changer l'équation dans la région au bénéfice du peuple palestinien et de sa juste lutte pour la libération, » a affirmé Barakat.

Il a critiqué les actions du gouvernement brésilien, qui exprime un soutien verbal du peuple palestinien tout en s'engageant dans des millions de dollars d'accords économiques et d’affaires avec Israël, particulièrement dans le domaine de la coopération militaire et des achats d’armes. Barakat a souligné la nécessité d'augmenter le rôle des syndicats et des partis politiques dans la campagne de boycott pour couper les relations avec Israël, notant positivement les actions de la Bolivie et du Venezuela coupant leurs rapports avec l'état sioniste comme étant de véritables modèles de l'amitié avec le peuple palestinien.

Barakat a souligné la légitimité de la lutte armée palestinienne en dépit de l’étiquetage de la résistance palestinienne comme étant « du terrorisme, de l’extrémisme ou la violence, » disant que « ces labels ne nous concernent pas et que ces descriptions n’ont aucun poids. La réalité confirme l'exactitude du chemin de la lutte armée, et la résistance palestinienne continuera à développer sa force. Ceci est confirmé par l'expérience des 20 dernières années, au cours desquelles en dépit des accords d'Oslo, la résistance palestinienne a une capacité des dizaines de fois plus forte qu'elle en a eu dans le passé. »

Charlotte Kates, avocate et militante active pour les droits de l'homme et coordonnatrice du Réseau de Solidarité avec les Prisonnier Palestiniens Samidoun, a également parlé à l'événement, détaillant les épreuves des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes et de la répression continue dirigée contre les prisonniers dans les années récentes. Elle a parlé du système de l'incarcération de masse utilisé pour opprimer le peuple palestinien, et elle a décrit les cours militaires qui jugent les Palestiniens comme une parodie de justice, qui condamne plus de 99.5% des Palestiniens qui comparaissent devant ces tribunaux.

Elle a critiqué le système de la détention administrative et l'emprisonnement des Palestiniens sans accusation ni procès, parfois pendant de longues années sans raison ni preuve.

En outre, elle a expliqué le cas du dirigeant emprisonné du FPLP, Ahmad Sa’adat et de ses camarades, et l’implication des forces réactionnaires multiples : Israël, les USA, la Grande-Bretagne et la collusion de l'Autorité Palestinienne et de ses services de sécurité . De plus, elle a discuté des cas de l'étudiante palestinienne emprisonnée Lina Khattab et de la jeune fille de 14 ans emprisonnée Maamak al-Khatib.

Enfin, le Mouvement des Travailleurs Sans Terre (MST) a organisé des réunions entre les partis politiques et les mouvements populaires brésiliens et la Campagne pour Libérer Ahmad Sa’adat, où a été décidé d'organiser une série d'événements communs en 2015, renforçant le mouvement pour la défense des prisonniers palestiniens et pour faire pression sur le gouvernement brésilien pour le boycott de l'état sioniste et pour mettre fin à sa coopération avec l’occupation.

Source : FPLP - Traduction : A.C.

 

Ceux qui reconnaissent la « légitimité » d'Israël ne sont pas des amis du peuple palestinien

Posté par MCPalestine à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 janvier 2015

L’épreuve Rafah – Entretien avec Christophe Oberlin

Épreuve terrifiante

Après avoir subi de plein fouet le massacre de sa population, Gaza doit faire face à une nouvelle épreuve. L’Egypte rase sa ville de Rafah et déplace toute la population pour créer une zone tampon plus large avec le territoire de Gaza. Le professeur Christophe Oberlin estime, dans cette interview, que cette opération doit probablement préparer le terrain à une épreuve terrifiante pour la population de Gaza.

 

Christophe Oberlin, né en 1952, est Chirurgien des hôpitaux et professeur de médecine à la faculté Denis Diderot à Paris. Depuis 2001, il dirige régulièrement des missions chirurgicales en Palestine, particulièrement dans la bande de Gaza. Il témoigne aussi de ce qu’il observe sur le terrain, à travers interviews, articles de presse et activités associatives. Derniers ouvrage parus : La Vallée des Fleurs – Marj El Zouhour (Erick Bonnier 2013); Quelle est la blancheur de vos Blancs et la noirceur de vos Noirs. Edilivre. Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale ». Editions Eric Bonnier.

Posté par MCPalestine à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Quand les Palestiniens apprendront-ils ?

  

1797433_730226873683203_2069255838153150400_n

  Quand les Palestiniens apprendront-ils ?

Se tourner vers le droit international n’est pas la réponse –

Demandez simplement à l’Amérique et à Israël

Si la requête de la Palestine est « entièrement contreproductive », qu’est-ce que cela fait du massacre de civils par Israël l’été dernier ?

Par Robert Fisk

Janvier 06, 2015 "ICH" - "The Independent" –

Jetez un os à un vieux chien et il va évidemment courir après. Il en va de même avec « la requête de la « Palestine » de rejoindre la Cour pénale internationale (CPI). Une tentative prévisible de Mahmoud Abbas de juger Israël pour crimes de guerre à Gaza, cette année, nous dit-on.

Ou peut-être qu’un « sabre à deux tranchants » - des bâillements sont  permis pour de tels clichés – qui pourrait aussi mettre le Hamas « sur le banc des accusés ».

Israël a été indigné. Les US étaient « fortement opposés » à une telle requête infâme par le potentat âgé qui pense qu’il gouverne un Etat qui n’existe même pas.

Mais accrochez-vous un moment. Ceci n’est pas l’histoire, n’est-ce pas ? La narration réelle est sûrement totalement différente. La BBC ne l’a pas eue. Ni CNN. Pas même Al Jazeera. Mais sûrement l’événement le plus significatif de tous est que les descendants de l’OLP – condamnés, il n’y a qu’en quart de siècle, comme l’organisation « terroriste » la plus dangereuse au monde, son leader fallacieux Yasser Arafat étiqueté « notre Bin Laden » par le leader fallacieux d’Israël Ariel Sharon - veulent en réalité se CONFORMER AU DROIT INTERNATIONAL !


Que le ciel nous préserve d’une telle pensée, mais ces insensés – après tous leurs appels passés pour l’extinction d’Israël, après tous les bombardements suicide et les intifadas – demandent à rejoindre un de organes judiciaires le plus prestigieux sur terre. Pendant des années les Palestiniens ont réclamé justice. Ils ont été à la Cour internationale de La Haye pour que le mur d’apartheid d’Israël soit démantelé – ils ont même gagné, et Israël s’en est contrefichu. Tout Palestinien sensé (ou Palestinienne) pourriez-vous penser, aurait depuis longtemps tourné le dos à de telles initiatives de paix.

Pourtant ces malheureux Palestiniens persistent, après ces insultes les plus humiliantes, à avoir recours au droit international pour résoudre leur conflit avec Israël. Et ils y vont de nouveau, cherchant consciencieusement à être membre de la Cour pénale internationale. Ces Arabes n’apprendront-ils jamais ?

Et, bien sûr, les Américains menacent de punir une telle effronterie. Ils stoppent ces millions de dollars d’assistance aux Palestiniens. Soutiennent le refus d’Israël à accepter une telle approche par la « Palestine » de la Cour pénale internationale L’UE – spécialement la Grande-Bretagne et la France – acceptent cette bêtise. Israël a déjà décidé de bloquer plus de £80 millions en taxes appartenant à l’Autorité palestinienne.

Le porte-parole du Département d’Etat US nous a dit que son gouvernement était « profondément préoccupé » par la demande palestinienne. C’est « entièrement contre-productif », a-t-il informé le monde. Cela ne fait « rien pour faire avancer les aspirations du peuple palestinien à un Etat souverain » - pourtant, on aurait pu penser qu’être membre d’un organe judiciaire aussi vénérable aurait fait beaucoup pour persuader le monde que les Palestiniens étaient prêts à assumer toutes les charges d’un Etat.

Après tout, les Palestiniens devraient en effet avoir à se conformer au droit international et – si la loi s’appliquait rétrospectivement – ils devraient eux-mêmes subir le fardeau de l’opprobre à la fois pour les crimes du Hamas et les meurtres passés de l’OLP. Les Etats-Unis, effectivement – et ce fait bizarrement, n’apparaissait pas dans la rafale d’informations sur la demande d’être membre de la « Palestine » - ont refusé eux-mêmes de se joindre à la Cour pénale internationale. Et pour une bonne raison : parce que, comme les Israéliens – bien que ce ne soit pas tout-à-fait comment tout le fandango nous a été expliqué – Washington aussi est inquiet que ses soldats et des autorités gouvernementales soient traduit en justice pour crimes de guerre. Pensez à la torture par noyade, Abu Ghraib, le rapport sur la torture de la CIA…    

Pas étonnant que Jeffrey Rathke, le moulin à paroles qui parle pour le Département d’Etat dise que la demande palestinienne « endommage salement l’atmosphère » avec Israël, « mine la confiance » et « crée des doutes sur l’engagement (palestinien) pour une paix négociée ». Et, souvenez-vous, Abbas n’a fait sa demande qu’après que l’Amérique ait voté contre – l’Amérique a précédemment utilisé son veto plus de 40 fois dans l’intérêt d’Israël pour rejeter l’autodétermination de la Palestine depuis 1975 – une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU pour mettre fin à l’occupation du territoire palestinien pour 2017.

Mais bien sûr, de quoi traite réellement toute cette bagarre est fort simple. Le monde est fatigué d’être témoin de la souffrance de Palestiniens. Ceux avec une once de sympathie humaine sont écœurés d’être diffamés comme antisémites ou antisionistes (quoique ce soit) chaque fois qu’ils expriment leur indignation face à la cruauté d’Israël envers les Palestiniens.

Tuer plus de 2000 Palestiniens l’été dernier, dont des centaines d’enfants, a été un massacre de masse. On a observé cette absurdité si souvent maintenant – à Gaza en grande partie – que même nos statistiques se sont imprégnées de sang.

Qui se rappelle maintenant des morts de la guerre de Gaza de 2008-9 ? 1417 Palestiniens morts, dont 313 enfants, plus de 5500 blessés. C’est le conflit au sujet duquel le Président élu Obama n’avait pas à faire de commentaires.

Et qui sait quel autre détail ouvrirait le fait d’être membre de la boîte de Pandore qu'est la CPI ? Ce pilote bombardier qui en 2002 a tué 15 civils, dont 11 enfants, dans un bloc d’appartements à Gaza pour assassiner un responsable du Hamas, par exemple ? Cela ne constituerait-il pas un crime de guerre ? Ces atrocités  n’« endommagent-t-elles pas salement l’atmosphère » et ne « minent-elles pas  la confiance ». Ces bains de sang n’étaient-ils pas « entièrement contre-productifs » ? Et la colonisation juive de la Cisjordanie occupée ?

Bien sûr, faire du pétard sur les attaques suicide attribuées au Hamas et aux Jihadistes islamiques comme crimes de guerre. Attraper les voyous de l’Autorité palestinienne qui torturent et assassinent leurs propres prisonniers. Mais ce n’est pas ce qui préoccupe Israël et les US. Ils sont inquiets qu’après des mois d’argumentations, de disputes et de fouilles dans des milliers de documents, des juristes puissent décider qu’Israël –horreur des horreurs – puisse être obligé de répondre pour lui-même devant une justice internationale, une chose qu’un veto habituel US ne pourrait pas prévenir.

Supposez maintenant un instant qu’Israël et l’Amérique aient voulu que les Palestiniens signent le document de Rome. Faites apparaître l’idée – ne serait-ce qu’une seconde – qu’Israël et l’Amérique ont insisté sur le fait que les Palestiniens doivent se conformer à un traité international et devenir membres de la Cour pénale internationale pour se qualifier comme Etat. Le refus d’Abbas de le faire serait une preuve supplémentaire de ses intentions « terroristes ». Pourtant quand Abbas signe le document de Rome, quand les Palestiniens veulent se conformer à un traité international, ils doivent être punis – certainement une « première » dans l’histoire moderne.

Je ne peux penser qu’à deux phrases qui font l’affaire pour ce scandale des politiciens occidentaux. Confondre leur politique. Contrecarrer leurs stratagèmes fripons.

L’impasse au Moyen-Orient en un mot

A propos de laquelle… Avi Shlaim, parmi les meilleurs historiens israéliens, vient de sortir une nouvelle édition de son travail précieux Le Mur de fer ; Israël et le Monde arabe. « La perspective d’un changement réel dans la politique étrangère américaine semble faible à non existante, » écrit-il. « Et il n’y a pas non plus en ce moment le moindre indice pour suggérer que des dirigeants israéliens soient intéressés le moins du monde par une véritable solution des deux Etats…Ils semblent inconscients du dommage que l’occupation fait à leur société et à la réputation de leur pays à l’étranger. » C’est cela en un mot, n’est-ce pas ?

© independent.co.uk

Posté par MCPalestine à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Qu’est-ce un Juif ? Qu’est-ce au contraire un sioniste?

 

1467361_744225415591780_1138267435_n

 

Qu’est-ce un Juif ? Qu’est-ce au contraire un sioniste?

 

Par Hadassah BORREMAN

Béni soit D’ pour les personnes de plus en plus nombreuses qui demandent en quoi reconnait-on un Juif d’un sioniste religieux. Pour ne prendre que deux exemples de réaction:

 

1        Une dame âgée, une flamande rencontrée dans le bus, disait qu’elle respecte beaucoup les Juifs ; « Vous savez, je connais les Juifs, nous avions des voisins Juifs Chassidiques comme vous, une belle famille  avec des enfants bien éduqués et qui avait un comportement tout à fait normal avec tout le monde, Juifs comme non Juifs, mais quand je vois ce qui se passe en « Israel », je ne peux pas en dire autant, ce n’est pas la même chose ». On ne peut qu’acquiescer.

 

2        Lors d’un exposé sur le conflit sionisto-palestinien, parmi le public, un Musulman pieux convaincu de l’antisionisme du Judaïsme s’exclamait : « mais comment je distingue un Juif d’un sioniste qui est habillé comme un Juif pieux ? »

 

Nous allons tenter d’apporter quelques réponses à ces questions et étonnements que des personnes Juives comme non-Juives peuvent avoir et qui cherchent à comprendre sainement et objectivement les informations ou désinformations apportés par les médias « mainstream » sur les événements touchant de près ou de loin le Judaïsme, les Juifs et les « Juifs », la Terre Sainte, l’entité sioniste.

 

Voici en plusieurs points quelques caractéristiques du Juif, du Judaïsme d’une part et de son contraire du sioniste et du sionisme d’autre part. Ils devraient permettent de comprendre la différence entre ces deux mondes diamétralement opposés. Ces deux antagonistes se distinguent en tout : en pensée, en paroles en actions, tant sur le plan collectif qu’individuel.

 

Nous préciserons qu’il y a plusieurs sortes de Juifs et plusieurs sortes de sionistes. Ce n’est pas blanc et noir, il y a aussi une gamme de gris. Ce qui fait la différence est le degré de sionisme dont ils sont contaminés, ou consciemment adeptes. Loin de nous de les accabler ! C’est comme lorsque vous avez un ordinateur ; s’il est infecté par un virus, il ne faut pas jeter l’ordinateur, mais il faut jeter le virus. Chaque cas doit être évalué pour savoir :

-         s’il faut avoir pitié de cette personne (ce qui est la plupart des cas ; ces personnes ont été endoctrinées sans savoir ce que c’est que le sionisme, et peut-être ne savent pas ce qu’est que le Judaïsme authentique)

-         ou si c’est un ennemi dont il faut s’éloigner.

Les gens peuvent se tromper l’un l’autre, mais c’est HaShem Qui connaît tout, Qui sonde les profondeurs des âmes.

 

Qu’est-ce qu’un Juif et que fait-il ? Qu’est-ce qu’un sioniste et que fait-il ?

 

         Tout d’abord, nous rappelons que le Peuple Juif, les Benei-Yisroel, existe en tant que tel depuis 3327 ans, depuis le Don de la Thora, alors que les sionistes sont un mouvement politique expansionniste, dont l’idéologie fut conçue des ténèbres il y a environ 150 ans par le maudit T. Herzl et consorts qui sont des renégats d’origine Juive. Ce n’est pas parce que ce mouvement est nouveau, qu’il est mauvais, il y a d’autres choses qui furent nouvelles au long de l’Histoire Juive et furent acceptées, car elles sont restées dans l’esprit de la Thora et en accord avec la Halochoh. Mais le sionisme est une idéologie anti-Thora, un attentat contre notre identité Juive.

 

         Le peuple Juif est toujours encore en Exil (le 4ème et dernier) et dispersé aux quatre coins du monde ; à cause de nos transgressions envers D’, nous avons été chassés de Terre Sainte. Nous attendons que D Lui-même nous y conduise, lorsque nous aurons fait Teshuveh et qu’Il nous aura envoyé Elie le Prophète qui annoncera Moshiach. Par contre, qu’ont fait et que font encore les sionistes par rapport au décret Divin? Du fait qu’ils rejettent la Thora, ils ont transgressé et transgressent toujours les 3 doubles Serments Divins en s’établissant en masse en Terre Sainte, en y chassant les populations ; ils avaient décidé que l’Exil est terminé, et le début de la Rédemption arrivé. Du fait qu’ils ont tourné le dos à HaShem en se convertissant à l’idéologie sioniste, ils se sont exclus du Peuple Juif. 

 

         Les Juifs ont souffert pendant la 2ème Guerre Mondiale, à chacun de réfléchir devant HaShem pourquoi c’est arrivé ; était-ce la non-observance des commandements de la Thora, le boycott des produits allemands, la relation avec le sionisme ? HaShem ne punit pas pour rien. A l’époque, une partie des sionistes ont été du côté des nazis et ont collaboré avec eux. Qui se ressemble s’assemble. Nous voyons le même comportement envers la population palestinienne chez les sionistes d’aujourd’hui. Comment des Juifs qui ont souffert des nazis pourraient soutenir une telle attitude ?

 

         Le Juif honnête et humble admet que le Judéocide qu’il a subi est une punition Divine, il fait Teshuveh et ne réclame rien, tandis que le sioniste se sert de la souffrance des Juifs, culpabilise des personnes et des Etats dans le but d’amasser de l’argent dont la plus grande somme va pour l’entité sioniste où chaque dollar est le bienvenu. C’est l’industrie de l’« Holocauste », c’est ignoble. Pourquoi les Palestiniens devraient-ils souffrir pour la souffrance des Juifs dont ils ne sont pas responsables ?

 

         Les Juifs en Exil se comportent en loyaux citoyens et se soumettent aux lois du pays. Les sionistes par contre cherchent le pouvoir, ils cherchent à siéger partout: dans les institutions gouvernementales pour influer sur les décisions, dans les médias pour taire le message antisioniste, dans l’éducation pour falsifier l’histoire, et surtout dans les communautés Juives. Un jour, un digne Rabbin nous disait : « Avant, c’était les Rabbins qui décidaient, aujourd’hui ce sont les fonctionnaires des communautés (fonctionnant avec des lois laïques) qui disent aux Rabbins ce qu’ils doivent faire ! ». C’est encore pire quand ce sont des sionistes Agoudistes qui sont à la direction des communautés Juives !!! Ils entraînent les Juifs dans leur hérésie à cause de leur relation avec l’entité sioniste. C’est un blasphème ! Honte à nous, si nous taisons cela, nous serions complices de la tromperie ! Les critiques et les dénonciations entraînent des persécutions et harcèlements. D’ailleurs, quand un Juif antisioniste (et il y a plusieurs cas en cours dans le monde) réussit dans ses activités à dénoncer l’hérésie et les crimes sioniste faits au nom des Juifs, du Judaïsme ou du Talmud, les sionistes le taxent d’antisémite, et quand ils ne peuvent pas le contredire dans ses propos véridiques, ils (leur chef et subalternes) écrivent des calomnies et mensonges à son sujet qu’ils envoient par mail à leurs abonnés, ils cherchent à l’exclure de son Bess-Medrash !!! Avec cette manière de faire les sionistes font trébucher des braves Juifs dans le Loshon Horo’ ! Ces mécréants s’en prennent même à sa vie privée, et … lui annoncent même qu’ils appelleront les gens à signer une pétition pour qu’il ne soit pas enterré dans un cimetière Juif !!! Cela ne tombe-t-il pas sous le coup de l’incitation à la haine, punissable selon la Loi Juive et selon les lois du pays ?

 

         Les Juifs s’occupent à leur tâche spirituelle, à pratiquer les Commandements de la Thora, à faire Teshuveh afin que HaShem ait pitié d’eux et les ramène sur Sa Terre purifiée de l’impureté sioniste. Tandis que les sionistes cherchent à imposer leur pouvoir en Palestine qu’ils occupent en spoliant toujours plus de terres aux habitants natifs, et dans le monde par l’arrogance, sans respect de la Loi de la Thora, ni des Lois Internationales.

 

        

 

On pourrait ainsi continuer.

 

Quant à reconnaitre un Juif authentique d’un sioniste religieux, voire « pieux », c’est une difficulté à laquelle la propagande sioniste a pensée, c.à.d. de semer la confusion entre Juif et sioniste, mais il y a des signes. Si, par exemple, vous interrogez une personne que vous pensez être Juive concernant l’entité sioniste, si elle est favorable à l’existence illégale de cette entité sioniste en Palestine, même en critiquant des actes commis par le régime sioniste ou son armée ou sa police ou ses colons laïcs comme religieux, vous avez déjà un élément de réponse.

 

Quand sur Internet vous tombez sur des sites sionistes, vous les reconnaitrez, car vous retrouverez généralement :

-         leurs symboles tels que le drapeau blanc et bleu, mais attention, ils peuvent être sionistes sans drapeau aussi.

-         la louange de leur entité qu’ils nomment « la Terre Sainte », une corde sensible pour tout Juif dont ils se servent à escient.

-         l’appel à soutenir leur armée, certains de leurs politiciens ou d’autres pays, leurs Rabbins qui se sont vendus à eux.

-         le caractère agressif ou mielleux de leur propos…

 

Nous encourageons nos lecteurs à s’instruire sur le Judaïsme Traditionnel et concernant le sionisme et de découvrir par eux-mêmes les incompatibilités.

 

Il reste quand même la question suivante : comment des Rabbins ont pu tomber dans le sionisme, eux qui devraient protéger le Peuple Juif de l’hérésie sous toutes ses formes, et dont le sionisme est la pire que nous ayons connue dans notre Histoire ? C’est l’œuvre du Satan et ses démons.

 

C’est la triste situation dans laquelle se trouve le peuple Juif, mais comme dans chaque génération, il y a une Résistance Juive à l’hérésie, parfois faible, parfois plus forte, grâce à nos Maîtres du Judaïsme qui se sont tous opposés au sionisme, qui ont dénoncé le sionisme même avant que l’idéologie ne prenne la forme de mouvements sionistes, congrès, colonies, entité et ses tentacules dans le monde, ses lobbies sionistes dont les initiales comportent un « j » ou un « i ». En restant fermes et fidèles à la Thora, à nos Sages, nous serons assurés de la réalisation des Promesses Divines que nos Prophètes ont révélées pour les jours redoutables de Moshiach.

 

Que HaShem ait pitié des Ses Croyants et nous soit en aide pour Son Nom.

 

Hadassah BORREMAN
YECHOUROUN – JUDAISME CONTRE SIONISME
http://www.bloggen.be/yechouroun/
http://www.bloggen.be/JESJOEROEN/

Posté par MCPalestine à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 janvier 2015

Communiqué de presse du mouvement du Jihad islamique en Palestine

 

ji

Le projet de résolution palestino-arabe présenté au conseil de sécurité est une offre gratuite de liquidation de la question palestinienne !

Nous avons la confirmation une fois de plus que le dénommé choix « du règlement et de la négociation » est celui de la capitulation et de l’abandon des droits, des lieux saints et des constantes de notre peuple et de notre nation, dans notre patrie la Palestine.
Une fois de plus la direction de l’OLP et de l’Autorité palestinienne prouve son insistance à poursuivre la série des abandons et à parier sur l’ennemi sioniste et les forces colonialistes qui lui ont donné naissance. Elle nous présente le fait d’aller au conseil de sécurité pour obtenir la reconnaissance d’un Etat palestinien fondé sur des miettes de notre terre comme une grande victoire et une conquête manifeste !

La résolution palestinienne présentée au conseil de sécurité avec une couverture arabe est en réalité une offre gratuite de liquidation de la cause palestinienne, le but même pour lequel ont été conçus les accords d’Oslo. Ce projet/résolution s’appuie, dans son essence et sa formulation, sur ce qui ne fâche pas les États-Unis et satisfait  »Israël ». Cela est rendu explicite dans :

1 – Le renoncement par avance à toutes les résolutions émises par l’institution de l’ONU, vers laquelle se tourne l’Autorité pour arbitrage (!). Quelles que soient notre position et nos réserves à propos de ces résolutions, cette chute vers le bas de la revendication du droit palestinien est la preuve criante du niveau de déficience et d’abandon dans lequel nous nous trouvons.

2 – L’Autorité ne réclame pas un État palestinien dans les frontières de juin 1967 mais parle de négociations basées sur ces frontières, ce qui ouvre la porte à l’échange de territoires – afin que  »l’État des colons » ou  »le second Israël » soit maintenu en Cisjordanie – et au transfert des populations afin de se débarrasser de notre peuple enraciné dans sa terre occupée depuis 1948.

3 – La résolution évoque Jérusalem comme  »capitale pour deux peuples » ce qui signifie se plier à la politique et aux ambitions d’  »Israël » qui revendique  »Jérusalem comme capitale éternelle et unifiée du peuple juif », autrement dit, il n’y aura pas de  »Jérusalem-Est » pour nous et quelques quartiers palestiniens limitrophes de Jérusalem constitueront  »Al Qods » pour en faire la capitale du prétendu État !

4 – La résolution rattache le droit au retour des réfugiés palestiniens et de leurs propriétés à l’ »Initiative arabe » qui parle de  »solution négociée » de la question des réfugiés… Sur le plan pratique, cela signifiera que le droit au retour sera conditionné par le bon vouloir d »’Israël », qu’il faudra le supplier et se soumettre à son arbitraire.

5 – Ce projet de résolution accorde à l’Occupation un délai jusqu’en 2017, donnant ainsi le temps à  »Israël » d’achever l’engloutissement de la Cisjordanie et la judaïsation de Jérusalem pour célébrer le cinquantenaire de son occupation !

Devant cette parodie, nous disons que la Palestine a été perdue par une décision du conseil de sécurité de l’ONU, et ce n’est pas une décision du même conseil qui nous la rendra. La Palestine a été victime de la plus cruelle des invasions colonialistes que la nation ait subie tout au long de son histoire. Pour le mouvement du Jihad islamique, et en nous appuyant sur notre position de refus du choix des négociations, nous affirmons que le fait d’aller au conseil de sécurité n’est pas la voie qui nous rendra notre terre et nos droits, ou ce qu’en attend le peuple palestinien.

Cette action est inutile, elle poursuit le pari d’un  »État illusoire » et s’inscrit dans la série de concessions qui nous éloignent de plus en plus de la voie juste.

Le chemin que réclame notre peuple consiste à proclamer la fin de la coordination sécuritaire avec l’ennemi, à être franc en proclamant l’échec du choix des négociations et son aboutissement à une impasse, reconstruire la cohésion palestinienne, lever le siège et reconstruire la bande de Gaza tout en affrontant la colonisation et la judaïsation de la  Cisjordanie et de Jérusalem, par la lutte et la résistance, et enfin exiger de tous les États et gouvernements, forces et organisations arabo-islamiques, qu’ils assument leurs responsabilités historiques et morales envers la cause palestinienne.

Quelles que soient les autres préoccupations des peuples de la région, la Palestine, toute la Palestine, demeure la Cause Principale voire la boussole du véritable conflit dans la région jusqu’à sa Libération et le Retour de son peuple dans la dignité et la fierté, avec la permission d’Allah.

 

Mouvement du Jihad islamique en Palestine
Mercredi 2 Rabi’ Awwal 1436 H. / 24-12-2014

 

Traduit de la langue arabe par Fadwa Nassar

Posté par MCPalestine à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janvier 2015

Mads Gilbert : À Gaza Israël pratique le terrorisme d'État

Que s'est-il passé durant l'attaque massive de Gaza par les forces israéliennes l'été dernier ?

Le médecin norvégien Mads Gilbert était sur place pour apporter son aide au personnel médical de l'hôpital al-Shifa. Dans cette interview de 10 min par le journaliste et réalisateur Truls Lie du Monde Diplomatique (Édition scandinave), le Dr Gilbert raconte ces attaques dont il a été témoin, explique ce que signifie être traité de "terroriste", parle des gens qu'il a rencontrés à l'hôpital al-Shifa, et explique en quoi la paix pour tous doit commencer avant tout par la fin de l'occupation israélienne et de l'oppression du peuple palestinien, et par la levée du siège de Gaza. A noter que le Dr Mads Gilbert s’est vu récemment interdire par Israël l’entrée en Palestine.

Posté par MCPalestine à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 janvier 2015

Bonne année 2015

10898047_1022837814398593_9048565772554065873_n



« Ici, aux pentes des collines, face au collines et au canon du temps
Près des jardins aux ombres brisées,
Nous faisons ce que font les prisonniers,
Ce que font les chômeurs : Nous cultivons l’espoir.»

« L’état de nos affaires est d’une criante évidence, il ne s’agit pas d’une lutte entre deux existences, comme aimerait le montrer le gouvernement israélien : eux ou nous. La question est d’en finir avec une occupation. La résistance à l’occupation n’est pas seulement un droit. C’est un devoir humain et national qui nous fait passer de l’esclavage à la liberté. Le chemin le plus court pour éviter d’autres désastres et accéder à la paix est de libérer les Palestiniens de l’occupation, et de libérer la société israélienne de l’illusion d’un contrôle exercé sur un autre peuple.

L’occupation ne se contente pas de nous priver des conditions élémentaires de la liberté, elle va jusqu’à nous priver de l’essentiel même d’une vie humaine digne, en déclarant la guerre permanente à nos corps et à nos rêves, aux personnes, aux maisons, aux arbres, en commettant des crimes de guerre. Elle ne nous promet rien de mieux que l’apartheid et la capacité du glaive à vaincre l’âme.

Mais nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir. Espoir de libération et d’indépendance. Espoir d’une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes. Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l’école. Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant, dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire. Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d’amour et de paix. Merci pour porter avec nous le fardeau de cet espoir. »

Mamhoud Darwich

10885054_1747212038838120_3934356180463151486_n

65350_518168841526767_1187412115_n

Posté par MCPalestine à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2014

Appel à action auprès de l'Ambassade d'Egypte à Bruxelles contre la fermeture du passage de Rafah

Pourrions-nous faire quelque chose, quitte à ce que ce soit un cri, ici en Belgique ou ailleurs dans d’autres pays, ou devrons-nous assister passivement à la mise à mort de Gaza ?

 

al-jazeera-crew-sentenced-to-prison-in-egypt-middle-east-monitor

 

Vendredi 16 janvier 2015
 17:00 - 19:00
Ambassade d'Egypte
Avenue de l'Uruguay, 19
1050 Brussels
FR-NL-EN-AR

Ce vendredi 16 janvier 2015 à 17H, nous vous invitons à rejoindre le sit-in qui sera organisé à Bruxelles, en face de l'Ambassade Egyptienne pour protester contre la fermeture de la frontière de Rafah, frontière qui étrangle la population Palestinienne de Gaza.
Nous considérons cette fermeture de frontière comme une collaboration tacite avec Israël et qui consiste à faire perdurer le siège illégal de Gaza. Siège/blocus meurtrier qui a été mis en place par les autorités colonisatrices depuis 2007. A cause du siège/blocus, les Palestinien.ne.s de Gaza vivent dans une prison à ciel ouvert.
Nous voulons montrer au régime égyptien et à ses autorités en place que les peuples du monde entier observent leurs actions et à tiendrons responsables au même titre que les colonisateurs !
Ceci est une initiative personnelle et conjointe entre des activistes belges et arabes à Bruxelles. Nous appelons à cette manifestation (sit-in) dans un but purement humanitaire puisque, selon nos valeurs, personne ne peut être soumis à des conditions de vie aussi effroyables qu'à Gaza. Nous sommes totalement indépendants, nous n'appartenons à aucun mouvement ou groupe politique.

Wij roepen op om deel te nemen aan een sit-in voor de Egyptische ambassade in Brussel op vrijdag 16/01/2015 om 17:00 om te protesteren tegen het sluiten van de grens van Rafah voor het belegerde volk in Gaza.
Wij beschouwen dit als collaboratie van het Egyptische regime met Israël en als een kritieke factor die Israël helpt om de wrede belegering van Gaza verder te zetten. Hierdoor leven de mensen in Gaza al sinds 2007 in een openluchtgevangenis. Wij willen het Egyptische regime laten zien dat de wereldbevolking toekijkt en hen verantwoordelijk houdt!

Dit is een persoonlijk initiatief van Belgische en Arabische activisten die in Brussel wonen. Wij vertegenwoordigen geen enkele politieke partij of groepering. Wij roepen op tot deze actie vanuit het standpunt van minimale menselijkheid, omdat wij vinden dat niemand gedwongen mag worden om in zulke omstandigheden te leven.

On Friday 16/1/2015 at 17:00 we invite you to join a sit-in in front of the Egyptian Embassy in Brussels to protest the closing of the Rafah border to the already besieged people of Gaza. We consider this as collaboration with Israel enabling it to continue the siege on Gaza which it imposes since 2007.
Because of this siege with closed borders on all sides, the people of Gaza are living in an open air prison. We want to show the Egyptian regime that the people of the world are watching them and will hold them accountable!

This is a personal initiative of Belgian and Arab activists living in Brussels. We call for this sit in from a purely humane perspective as we believe no one should be forced to live in such conditions. We are not affiliated to any political party or group.

وقفه مناشده ومطالبه الرئيس المصري والحكومه المصريه بإنهاء الحاله اللا أنسانيه التي يُعاني منها سُكان غزه بسبب إغلاق مَعبر رفح ....

هذا ما يجري العمل عليه بشكل قانوني للتظاهر أمام سفاره مصر في بروكسل بالتاريخ المذكور أعلاه
وللعلم هذه مبادره من نُشطاء مجتمع ومواطنين بلجيك من أصول عربيه وأوروبية تبلورت بعد المشاهد غير الإنسانيه التي نُشرت عبر الصحافه ووسائل التواصل الأجتماعي خلال اليومين الأخيرين والتي حركت مشاعر الكثيرين هُنا .... ويؤكد المُنظمون لهذه الوقفه أنها وقفه إحتجاج إنسانيه لا علاقه لها بتنظيم سياسي أو حزبي أو إرتباط بأي جهه سياسيه كانت .
وسيتم خلال الأيام القليله القادمه نشر كافه التفاصيل لجميع من يرغب بالمشاركه في هذه الوقفه الإنسانيه الخالصه .
Vendredi 16 janvier 2015
 17:00 - 19:00
Ambassade d'Egypte
Avenue de l'Uruguay, 19
1050 Brussels

Latuff+Sisi+Gaza

Posté par MCPalestine à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Fin »