Source: Externe

Israéliens, prenez note: la résistance armée à l’occupation est licite, ce n’est pas du terrorisme

 

Malgré ce que dit le Droit international, le public israélien a intériorisé l’idée que, par définition, il n’existe pas de lutte palestinienne légitime pour la libération nationale.

Il est peu probable que plus d’une poignée de juifs en Israël puissent vous dire avec précision combien de raids l’armée israélienne a mené la semaine dernière dans les villes palestiniennes de Cisjordanie, le nombre d’arrestations qu’elle a effectuées ou le nombre de personnes qu’elle a tuées.

En même temps, il est peu probable qu’il y ait plus d’une poignée d’Israéliens qui n’aient pas entendu parler de l’incident de tir sur un bus de soldats dans la vallée du Jourdain, le dimanche 4 septembre.

Un Palestinien qui tire sur des soldats israéliens - par opposition à des Israéliens qui tirent sur des Palestiniens - n’est pas seulement une histoire alarmante du type «l’homme mord le chien» qui renverse l’ordre habituel, nécessitant des rapports détaillés; dans tous ces rapports, l’événement a été défini comme une attaque terroriste et les tireurs palestiniens comme des terroristes.

Pas un mot sur le fait que la fusillade visait des soldats d’une armée d’occupation et s’est produite sur une terre occupée.

Les médias israéliens jouent un rôle clé dans le façonnement de la conscience publique pour servir la machine de propagande de l’establishment, tout en maintenant le public israélien dans une ignorance totale des faits les plus élémentaires.

Le public israélien, en général, a complètement intériorisé la notion selon laquelle, par définition, il n’existe pas de lutte palestinienne légitime pour la libération nationale.

De même que la ligne d’armistice de 1949, également connue sous le nom de Ligne verte, a été complètement effacée de la conscience israélienne - au point que la simple mention de son existence par la municipalité de Tel-Aviv provoque des menaces de la part du ministère de l’éducation.

De même, le fait de qualifier systématiquement toute lutte palestinienne de terrorisme occulte l’importante distinction établie par le Droit international entre une action visant des combattants et une action visant des civils.

Source: Externe

Un droit légitime

Le fait est que le Droit international reconnaît le droit légitime d’un peuple à lutter pour sa liberté et pour «se libérer du contrôle colonial, de l’apartheid et de l’occupation étrangère par tous les moyens à sa disposition, y compris la lutte armée», comme le confirme, par exemple, une résolution de l’Assemblée générale des Nations-unies en 1990.

Le recours à la force pour parvenir à la libération est légitime. La manière dont la force est utilisée est régié par les lois de la guerre, dont l’objectif principal est de protéger les civils non impliqués des deux côtés.

La fusillade de la vallée du Jourdain ne visait pas les civils et ne peut être considérée comme un acte terroriste. Il s’agissait d’un acte de résistance armée contre une puissance occupante, sur un territoire occupé.

Le régime israélien et son écho fidèle, les médias israéliens, traitent chaque action contre les forces d’occupation sur une terre occupée exactement comme s’il s’agissait d’actions visant des civils au cœur de Tel-Aviv: comme des actes terroristes perpétrés par des terroristes.

Non seulement cet amalgame nie toute base juridique ou morale à l’acte, mais il est également contraire aux intérêts des citoyens d’Israël. Les lois pertinentes de la guerre sont conçues avant tout pour protéger les civils qui ne participent pas au cycle de la violence et pour limiter cette violence aux combattants réels.

Israël, cependant, ne reconnaît pas une telle catégorie de combattants palestiniens; du point de vue d’Israël, toute résistance, même non violente, à son occupation et à son oppression représente un danger pour sa sécurité, rapidement qualifié comme étant de la terreur, notamment lorsqu’Israël a récemment déclaré que les six ONG palestiniennes les plus importantes étaient des organisations terroristes.

Il s’agit d’une distorsion à double sens de la part d’Israël. De la même manière qu’il traite toute action palestinienne, même celle dirigée contre des soldats, comme des actes de terrorisme, Israël qualifie de légitime toute action israélienne menée contre des Palestiniens, même lorsque ces Palestiniens sont des civils.

Source: Externe

Une brutalité typique

Exemple particulièrement scandaleux de cette politique: regardez les conclusions finales publiées par l’armée israélienne concernant la fusillade mortelle de la journaliste Shireen Abu Akleh. L’armée a d’abord affirmé qu’Abu Akleh avait été tuée par des tirs palestiniens, un mensonge flagrant démenti par de nombreux médias ayant examiné minutieusement les preuves. La version révisée que l’armée a ensuite publiée est également loin de correspondre aux preuves.

L’avocat général de l’armée a annoncé qu’aucune enquête ne serait ouverte, malgré l’aveu glaçant qu’Abu Akleh, qui portait une veste l’identifiant clairement comme journaliste, a été abattue par un soldat utilisant la visée télescopique d’un fusil de sniper - qui grossit la cible par un facteur de quatre.

Tout aussi scandaleuse a été la réponse israélienne à la demande très mineure des Américains de «réexaminer» les procédures de tir à découvert de l’armée en Cisjordanie.

Non pas que l’armée cessera d’assassiner des innocents, Dieu nous en préserve, ni qu’elle arrêtera les invasions sans fin des villes de Cisjordanie, les arrestations massives, les enlèvements d’enfants à minuit dans leur lit - juste qu’elle s’efforcera un peu plus, si ce n’est pas trop difficile, d’éviter d’autres cas de ce genre.

Les puissants États-Unis préfèrent ne pas se retrouver embourbés dans de telles affaires parce que la victime est de nationalité américaine, comme ce fut le cas pour Abu Akleh.

Israël n’a même pas eu la courtoisie de répondre du bout des lèvres à cette requête mineure, et a réagi avec une brutalité typique. Le 1er ministre Yair Lapid s’est empressé de dire aux Américains que «personne ne nous dictera les règles du feu ouvert».

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, dans le même esprit, a déclaré: «Le chef d’état-major, et lui seul, détermine et continuera de déterminer les politiques de tir ouvert.»

En d’autres termes, Israël a mis les Américains, voire le monde entier, en garde: personne ne dira à Israël combien, qui, quand, où ou comment nous allons tuer. Et l’affaire s’arrête là, jusqu’à la prochaine fois.

Orly Noy -

15.09.22

Source: Aurdip