FREE PALESTINE
10 juin 2012

Mahmoud Al-Sarsak peut mourir d’un instant à l’autre

A tous les sportifs qui laissent mourir Mahmoud Sarsak

dimanche 10 juin 2012



Et plus particulièrement pour Platini qui a décidé de faire jouer aux moins de 21 ans la coupe européenne de foot en... Israël, en mars prochain : un cadeau signé Carlos Latuff.

CAPJPO-EuroPalestine



Mahmoud Al-Sarsak peut mourir d’un instant à l’autre

jeudi 7 juin 2012 - Ma’an News

(JPG)
Ville de Gaza, 4 juin 2012 - Photo : Reuters/Ibraheem Abu Mustafa

Jusqu’au mardi 5 juin, le service pénitentiaire israélien a refusé de permettre à des médecins indépendants de visiter al-Sarsak, qui se trouve au dispensaire de la prison de Ramleh.

Physicians for Human Rights - Israel a été en mesure d’envoyer un médecin pour rencontrer al-Sarsak ce mercredi après avoir fait une dernière requête devant un tribunal israélien.

Le médecin a également visité Akram al-Rekhawi qui est en grève de la faim depuis 56 jours et était déjà atteint de maladies chroniques avant sa grève.

L’interdiction par le service pénitentiaire d’Israël de voir les dossiers médicaux complets pour al-Sarsak et al-Rekhawi est « contraire à l’éthique médicale et aux normes professionnelles », ont déclaré dans un communiqué commun le PHRI et le Conseil palestinien des Organisations des Droits de l’Homme .

Al-Sarsak, un joueur professionnel de football, a subi une perte extrême de tissus musculaires et une perte de poids drastique. Le jeune homme âgé de 25 ans perd souvent conscience et souffre de troubles de la mémoire, a dit le médecin. Il est également sous risque de perturbations des impulsions cardiaques, ce qui met sa vie en danger.

Membre de l’équipe nationale palestinienne de football, al-Sarsak a été emprisonné en Israël depuis près de trois ans sans inculpation ni jugement. Il exige sa libération.

Al-Rekhawi souffre également d’une perte de poids drastique. « Une combinaison de l’inflammation des maladies chroniques antérieures et les complications suite à sa grève de la faim rendent son hospitalisation immédiate nécessaire », a déclaré le docteur.

Ce mardi, Israël a rejeté la demande d’al-Rekhawi d’une libération anticipée pour des raisons médicales. Celui-ci est emprisonné dans la clinique de la prison de Ramleh, depuis son arrestation en 2004.

Al-Rekhawi refuse la plupart des traitements parce qu’il éprouve « une profonde méfiance » à l’égard des médecins des prisons israéliennes, qui ont menacé de le gaver et ont essayé de le forcer à accepter des médicaments, disent les groupes de défense des droits de l’Homme. Les médecins de la prison refusent de recommander une libération anticipée, même pour raisons médicales.

Le PHRI et le Conseil palestinien des Organisations des Droits de l’homme ont appelé les Nations Unies et le Parlement européen à intervenir compte tenu « du fait que Mahmoud al-Sarsak et Akram al-Rekhawi font face à une mort imminente. »

Ils ont également appelé à une intervention immédiate pour permettre un accès illimité aux grévistes de la faim pour les médecins indépendants, et pour que soient autorisées les visites familiales.

La famille Al-Sarsak, qui vit dans Rafah au sud de la bande de Gaza, n’a pas été autorisée à voir Mahmoud une seule fois depuis son arrestation, et celui-ci n’a jamais été autorisé à les appeler.

« Toute la famille et les amis ont peur pour la vie de Mahmoud et cette angoisse nous tue, » a déclaré à Reuters ce mardi Emad, son frère aîné.

7 juin 2012 - Ma’an News Agency - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.net/eng/ViewDet...
Traduction : Info-Palestine.net
Commentaires
Derniers commentaires
Recevez nos infos gratuites
Visiteurs
Depuis la création 865 193
Archives