http://static2.7sur7.be/static/photo/2011/18/4/13/20111019085818/media_xl_4423693.jpg

Les prisonniers libérés ont refusé de signer l’engagement de non reprise de la résistance
 
[ 25/10/2011 - 10:47 ]
 
 
Al-Nasserah – CPI

Un journal hébreu a affirmé que la majorité des prisonniers palestiniens libérés lors de l’accord d’échange entre le mouvement du Hamas et l’occupation sioniste ont refusé de signer l’engagement de non reprise des activités résistantes, à l’heure où le bureau du Premier ministre sioniste a annoncé que l’engagement ne fait pas partie de l’accord, comme déjà annoncé par le Hamas.

Le journal hébreu Maariv a rapporté dans son édition de lundi 24 octobre que quelques heures avant l’exécution de l’accord d’échange de prisonniers, des officiers du Shin Bet sioniste se sont rendus dans les prisons dans lesquelles ont été réunis les prisonniers avant leur libération, dans le but de les faire signer un engagement de ne pas réintégrer des activités résistantes.

Il ajoute : « La majorité des détenus ont refusé de signer au grand désarroi des agents du Shin Bet », car ils allaient être relâchés peu de temps après. Maariv note que pour faire signer les prisonniers, des officiers du Shin Bet qui maitrisent la langue arabe et connaissent bien la mentalité palestinienne se sont libérés de leur travail de supervision d’indics pour la collecte de renseignements dans les territoires palestiniens.

Le journal hébreu a cité d’un responsable sécuritaire : « Lorsque le premier prisonnier s’est présenté devant l’agent du Shin Bet, ce dernier a posé devant lui un document d’engagement qu’il lui a demandé de signer. Le détenu a refusé, et a déclaré qu’il n’a pas demandé sa libération dans le cadre de l’accord, et que si Israël n’est pas concernée par sa libération alors il est prêt à renoncer à l’accord d’échange ».

« Après que le prisonnier soit parti, l’information de son refus de signer s’est répandue parmi les prisonniers qui ont ensuite à leur tour refuser de signer le même document d’engagement, tandis que les agents du Shin Bet n’ont pas su comment faire face à cette situation », a-t-il ajouté.

Ce même responsable sioniste a affirmé que ces agents ont l’habitude de se considérer comme des rois, et lors de leur travail, ils n’entendent pas de réponses négatives des Palestiniens qu’ils emploient, mais cette fois-ci, ils sont restés embarrassés face aux prisonniers qui leur disaient qu’ils seraient libérés dans tous les cas, qu’ils signent ou non.

Le journal a souligné que « suite à cet incident, les agents du Shin Bet se sont contentés de lire haut et fort le texte d’engagement devant les prisonniers ».

Il a été rapporté d’un responsable juridique : « La demande faite aux prisonniers de signer l’engagement était une requête du Shin Bet, et lorsque les prisonniers ont refusé de signer, le Shin Bet a été forcé de retirer sa demande ».

Le bureau de Netanyahu a commenté cette affaire en disant : « La signature de document de tous genres accompagnant la libération ne faisait pas partie de l’accord ».

Il faut rappeler que le mouvement du Hamas avait affirmé que l’accord d’échange ne comprenait pas une demande de signer l’engagement mentionné, et que les médias du Fatah ont utilisé pour se promouvoir. Les prisonniers ont confirmé avoir déchiré ce document sans l’avoir signé.

http://www.ism-france.org/photos/liesse-gaza-181011.jpg