Source: Externe

Au cours d’une interview sur la chaîne Al-Mayadeen le 14 mai, Ziad Nakhalé a affirmé :
"Il n’y a pas de paix dans la région avec 'Israël', ce qui se dit à propos des règlements n’est en fait qu’illusions.
Le projet de l’Autorité palestinienne consistant à instaurer un Etat en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, n’existe plus à cause de la domination 'israélienne' sur la Cisjordanie, remplie de colonies.
Le transfert de l’ambassade américaine vers la ville occupée d’al-Quds exprime l’achèvement du projet sioniste, qui est d’asseoir sa domination sur la Cisjordanie. C’est pourquoi le projet de paix est une illusion, qui fut propagée à un moment donné et que des Palestiniens ont acceptée.
Ce qui s’appelle le deal du siècle est le nouveau titre de ce qui existe déjà, si nous réalisons la nature du projet 'israélien' dans la région, qui a pour base « pas d’Etat palestinien en Cisjordanie ».
'Israël' s’est débarrassé de la bande de Gaza, mais cette dernière est toujours sous la domination de l’occupation 'israélienne', qui la considère comme une terre occupée, et l’Egypte se comporte ainsi avec la bande de Gaza. C’est pourquoi ils ne peuvent ouvrir le passage terrestre de Rafah, entre l’Egypte et Gaza, sans une autorisation préalable d’'Israël'.
Le peuple palestinien ne peut faire des concessions relatives à son droit historique en Palestine. Notre message est que les générations se transmettent que la Palestine est la patrie du peuple palestinien. Le conflit avec 'Israël' est lié à l’histoire, à la religion, aux concepts, et ce n’est pas un conflit de l’immédiat, car 'Israël' a été fondé en tant que projet de l’Occident dans la région et dans le cadre du conflit entre civilisations.
Cet instant historique que nous vivons, est un état de démoralisation et de faiblesse arabe, et nous avons vu le voyage de Trump en Arabie saoudite et tous ces Etats arabes et musulmans venus présenter la soumission à la politique des Etats-Unis.
'Israël' n’acceptera pas un règlement avec les Palestiniens, puisqu’il a refusé la proposition arabe au sommet de Beirut en 2002, connue sous le nom d’initiative arabe pour la paix, et dans laquelle les Etats arabes avaient affirmé leur disposition à reconnaître 'Israël'. 

Source: Externe

Il faut qu’'Israël' réalise que nous n’acceptons pas d’être tués comme cela a lieu aux abords de Gaza.
La résistance est cependant présente, et tous les jours, nous menons une évaluation et espérons que les choses s’améliorent, et que la résistance ne soit pas obligée de riposter. Mais si la guerre nous est imposée, la résistance est prête à défendre son peuple avec mesure, et ses capacités sont plus importantes qu’avant.
La résistance n’a jamais cessé de développer ses capacités depuis l’agression de 2014, nous avons pleinement confiance dans celles-ci, qui se sont d’ailleurs multipliées.
Malgré le blocus, la résistance continue à fabriquer des armes. Sans exagérer, les capacités de la résistance sont bien meilleures qu’en 2014, et 'Israël' le sait bien, car il surveille et suit tout ce qui se passe.
S’il nous impose la guerre, il verra une résistance forte, solide, compacte, qui a beaucoup plus de moyens qu’auparavant.
L’Iran est le seul Etat qui soutient la résistance palestinienne, il recueille tous les groupes de la résistance. A un certain moment, les frères du mouvement Hamas s’en sont un peu éloignés, mais finalement, ils n’ont pas eu d’autre choix que de s’ouvrir à l’Iran d’une manière importante, et les choses sont revenues à leur nature, car le monde arabe n’a pas accepté le mouvement Hamas, puisqu’il refuse la résistance à 'Israël'.
Nous reprochons aux Arabes et musulmans d’avoir tourné le dos aux Palestiniens et de s’aligner sur les politiques américaines dans la région et sur la conception américaine de la nature du conflit.
Nous avons encore plus de reproches aux Arabes qui vont vers la normalisation avec 'Israël'. Il y a à présent de nombreux projets de normalisation des relations et d’admettre sa présence dans la région.
La situation interne palestinienne ne justifie pas la reconnaissance d’'Israël' par les Arabes, d’autant plus que les Arabes sont associés aux Palestiniens, il ne faut pas qu’ils fuient loin de la question palestinienne, ils ont  déjà participé au conflit avec 'Israël'.
Mais les Arabes ont pris une autre voie, concernant la cause palestinienne, en liaison avec 'Israël' et les Etats-Unis, et c’est pourquoi la normalisation reste un fait mineur, tant qu’ils ont cette position, car il s’agit d’abord d’un changement de voies et de stratégies dans la région, les Arabes se dirigent vers une autre voie. Mais malgré cette position arabe faible, nous avons confiance dans les peuples arabes. Cette situation d’humiliation arabe et de dépendance envers les Etats-Unis et 'Israël' ne durera pas.

Source: Externe

Le peuple palestinien sera debout pour affronter les plans de liquidation de la cause palestinienne, et même l’Autorité palestinienne, responsable du projet de règlement, n’acceptera pas de signer ce que veulent les Etats-Unis. Le président de l’Autorité a même évoqué, suite au transfert de l’ambassade américaine à al-Quds, 'la colonie américaine', cette position signifie que les Palestiniens ne signeront pas ce qui s’appelle 'paix  avec Israël'. Les peuples découvriront la vérité et réaliseront que la dépendance envers la politique américaine emmenera toute la région vers le projet sioniste.
Concernant la Syrie : malgré les multiples changements en Syrie tout au long des sept années, la politique syrienne n’a pas changé envers 'Israël', et c’est pourquoi 'Israël' vise la Syrie, en tant que soutien à la résistance palestinienne et libanaise. Selon la vision commune de cet axe solide, la défense de la Syrie est nécessaire car elle fait partie d’un large front, qui s’élargit de jour en jour, pour affronter le projet américano-'israélien'. 
La déclaration de Sayyid Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah au Liban, disant que la victoire de l’axe de la résistance est une victoire pour la Palestine est juste, car cet axe est celui qui soutient la résistance en Palestine, et lorsque cet axe remporte une victoire, il consolide nos capacités vers la Palestine pour affronter l’ennemi sioniste.
Les tirs de fusées à partir de la Syrie vers les buts 'israéliens' sont un message important en direction des intéressés, en premier lieu 'Israël', car la Syrie fait partie de ceux qui s’opposent au projet sioniste.
La Syrie est un Etat qui a des positions claires concernant le conflit arabo-'israélien', qui est le soutien aux organisations de la résisstance et à l’alliance qui affronte 'Israël', la Syrie a conservé cette position stable et historique. Nous souhaitons que la Syrie sorte totalement de la crise qui la secoue et qu’il ne reste sur le terrain qu’une Syrie ayant une position claire dans le conflit. Lorsque cela aura lieu, la Syrie conservera son attitude de soutien à la résistance palestinienne, car c’est une question de concepts et non de politique. La Syrie a un long rôle historique dans le soutien à la résistance."
19.05.18
Source: Cirepal