IMG_20170617_155649

Le samedi 17 juin, devant le Consulat générale de France à Bruxelles, nous sommes réunis pour porter ici à Bruxelles, les revendications de la manifestation nationale à Paris, organisée par la "Campagne unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah".

Il est nécessaire de rappeler que Georges Ibrahim Abdallah est arrêté dans le contexte de l’agression contre le Liban et les massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila, en 1982.

Aujourd'hui, 33ans après, Georges Ibrahim Abdallah est toujours en prison. Il est devenu le plus vieux prisonnier politique d'Europe.

Toutes ses demandes de libération conditionnelle, neuf au total, ont été rejetées alors qu'il est libérable depuis 1999 selon le code pénal français qui rend cette libération possible après quinze ans de détention. Les gouvernements états-uniens et celui qui occupe la Palestine s'opposent farouchement à sa libération.

Car il ne s'agit  évidement pas d'une question judiciaire mais éminemment une question politique !

Georges Ibrahim Abdallah est un prisonnier politique.

Le destin de Georges Ibrahim Abdallah est intimement lié à la Palestine et aux souffrances de son peuple.

Depuis 1967, plus de 800 000 Palestiniens ont subi l'emprisonnement à un moment de leur vie. Ceci est un des exemples les plus criants de détention massive, ayant pour objectif de briser la volonté d'un peuple tout entier. Certains de ces prisonniers ont passé plus de 30 ans dans les prisons israéliennes, établissant des records des plus longues détentions politiques à travers le monde. D'autres ont perdu leur vie en raison des mauvais traitements, ou le manque de soins médicaux.

A travers Georges Ibrahim Abdallah c'est en réalité la résistance à l’occupation sioniste de la Palestine que l'on condamne.

Le 17 avril, 1500 prisonniers palestiniens ont lancé une grève de la faim pour une série de revendications. Nous les saluons et les félicitons  pour leur victoire après 40 jours de sacrifice, de fermeté et de lutte sans fin.

Nous saluons les Prisonniers Palestiniens pour avoir obtenu leur victoire non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leurs familles, pour l'ensemble du peuple palestinien et pour le mouvement mondial pour la justice et la liberté.

Maintenant nous le savons, les prisonniers palestiniens ont toujours joué un rôle de premier plan, non seulement en se battant pour leur libération, mais en tant que dirigeants du mouvement de libération nationale palestinienne, organisant et luttant depuis les geôles sioniste.

Les prisonniers palestiniens ont clairement mis en lumière, par la lutte pour la Dignité et la Liberté, le pouvoir de l'unité palestinienne. Les dirigeants emprisonnés de toutes les tendances palestiniennes se sont réunis pour affronter l'occupant. Cette unité était ressentie dans la lutte, dans les rues et à l'intérieur des murs des prisons - et les effets de cette unité ont été ressenties dans la réalisation de la victoire des prisonniers.

Nous saluons les dirigeants de la Résistance Palestinienne qui ont participé à la grève de la faim : Marwan Barghouthi, dirigeant du Fatah ; le secrétaire général du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), Ahmad Sa'adat, les dirigeants du FPLP Kamil Abu Hanish et Ahed Abu Ghoulmeh, les prisonniers palestiniens les plus anciens Karim Younes et Nael Barghouthi, les dirigeants du Hamas Abbas Sayyed et Hasan Salameh, les dirigeants du Jihad islamique Zaid Bseiso et Anas Jaradat, le leader du FDLP Wajdi Jawdat, les anciens grévistes Mohammed al-Qeeq et Samer Issawi et des centaines d'autres dirigeants emprisonnés du peuple palestinien.

Le traitement réservé à George Ibrahim Abdallah nous rappel aussi comment nos gouvernement s’inspire des pratiques de l'état sioniste.IMG_20170617_153649

Je pense particulièrement à deux cas emblématique que sont Nizar Trabelsi et Ali Aarrass.

Nizar Trabelsi, condamné en 2003 à 10 ans de prison et extrader après avoir purgé toute sa peine aux USA en 2013.

Ali Aarrass lui a été arrêté le 1er avril 2008 dans l’enclave espagnole de Melilla et extradé deux ans plus tard vers le Maroc. Et  à l’isolement depuis bientôt 10 ans dans des conditions très dures.

Ali Aarrass âgé aujourd’hui de 55 ans, est devenu l’un des visages de la campagne mondiale d’Amnesty International contre la torture, mais le gouvernement belge ne s’en soucis pas.

Que ce soit Ali ou Nizar, on voie que leur cas n’intéresse pas les autorités belges, pire que celle-ci ont collaboré et collabore encore activement avec les gouvernements états-unien ou marocain sous prétexte de leur guerre contre le terrorisme omettant de nous dire qu’ils sont eux même les terroristes numéros un au niveau mondial.

Une pensée particulière également pour Leonard Peltier,Mumia Abu Jamal, RedFawn(militante autochtone incarcérée depuis octobre dernier) et les autres "protecteurs de l’eau" sur la réserve sioux lakota de Standing Rock luttant contre la construction de l’oléoduc DAKOTA ACCESS PIPELINE (DAPL).

En ce jour de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah, une pensée particulière aussi a  tous ceux qui aujourd’hui sont menacé de déchéance de nationalité en Belgique et même d’expulsion pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils ont fait.

Longue vie à Georges Ibrahim Abdallah. Que son exemple serve de référence à la génération de la relève.

Que les hommes épris de paix et de justice dans le Monde nous rejoignent dans ce combat pour la libération de tous les prisonniers politiques qu’ils soient en France, aux Etats Unis, en Belgique, en Palestine, au Maroc...

Mandela a déclaré que notre liberté serait incomplète sans la liberté du peuple palestinien.

Tahya Palestine !!

Vive le droit à la Résistance du peuple palestinien!

                                                                                                                                                         Nordine Saïdi

20170615122453425209

Libérez Georges Abdallah (Manif Paris 17 juin 2017)