Source: Externe

Plaidoyer personnel d’un ami de Gaza

 

«J’avais prévu d’écrire sur la vie quotidienne pendant la trêve», m’a écrit mon ami Bassam Nasser vendredi matin depuis la bande de Gaza. «Les défis liés à l’approvisionnement en eau; les prières pour qu’il ne pleuve pas ou que le temps ne soit pas nuageux afin que les panneaux solaires continuent à produire un peu d’électricité pour recharger les téléphones; la recherche de n’importe quoi de mangeable.. les types de conversations avec les gens; l’odeur des écoles-abris, les kilomètres de file d’attente pour remplir une bouteille de gaz de cuisine et les autres nombreux défis quotidiens. Mais au lieu de cela, je me suis réveillé au son des canons et des bombardements».

J’ai rencontré Bassam il y a 32 ans, alors qu’il étudiait la sociologie et le travail social à l’université al-Najah de Naplus (avant qu’Israël ne commence à interdire aux étudiants de la bande de Gaza d’étudier en Cisjordanie). Il a obtenu une maîtrise en histoire du Moyen-Orient à l’université de Tel-Aviv. Ayant travaillé l’essentiel de sa vie dans des organisations d’aide et de résolution des conflits, il a également terminé un cours sur les droits de l’homme aux États-Unis.

Source: Externe

En raison des bombardements des premiers jours de la guerre, lui et sa famille se sont arrachés de la ville de Gaza pour Deir al-Balah, puis pour Rafah. «C’est l’endroit le plus proche de l’enfer», m’a-t-il écrit en hébreu. La plupart de ses messages sont en anglais, et c’est ce qu’il a écrit lorsque les bombardements ont repris: «Les espoirs d’une trêve prolongée étaient grands, certains étant optimistes quant à un cessez-le-feu à plus long terme. La directive décisive est venue de personnalités influentes souvent qualifiées de 'maîtres de l’univers', qui ont exhorté Israël à faire preuve de retenue à mesure que ses opérations militaires progressaient dans le sud de la bande de Gaza.»

«Ces entités sont celles qui ont ordonné aux habitants de Gaza de se déplacer vers ce qu’elles ont qualifié de zones sûres dans le Sud. Elles ont également plaidé pour une augmentation de la distribution de l’aide humanitaire aux Palestiniens de Gaza… Malgré un bilan quotidien dépassant les 370 civils innocents, pour la plupart des enfants, elles persistent à qualifier ces actions de ‘légitime défense'».

«La seule différence entre aujourd’hui et la situation d’il y a 55 jours réside dans la nature de l’autorisation accordée. Au départ, il s’agissait d’une autorisation illimitée pour des actions telles que le meurtre, le massacre, la destruction, l’invasion et le siège de 2,3 millions de personnes. L’autorisation actuelle permet essentiellement la poursuite de ces actions dans le but de les achever avant Noël. Le message a été reçu et son exécution a commencé. Au moins 30 personnes ont été massacrées en moins de quatre heures. [Samedi midi, le nombre de Palestiniens tués s’élevait à 270, selon le ministère de la santé contrôlé par le Hamas–A.H.]. Les hypocrites impliqués semblent vouloir célébrer Noël sans être dérangés par les images d’enfants palestiniens tués».

Source: Externe

Le 27 novembre, encore durant la trêve temporaire, Bassam écrivait: «En me promenant dans les rues de Rafah, j’évite le contact visuel avec les autres, une multitude de personnes – adultes et enfants confondus – qui, comme moi, ne connaissent pas la ville et cherchent de la nourriture ou un abri pour dormir. De nombreuses personnes marmonnent pour elles-mêmes, et leur intention n’est pas claire. Ils ne semblent ni prier, ni psalmodier un hymne, ni même chanter. Le désir d’arrêter chaque personne et de s’enquérir de ses besoins est fort, mais le défi consiste à croiser leur regard. Ils semblent découragés, perdus et tristes, à la recherche de quelque chose, demandant silencieusement de l’aide sans regard direct. Je me demande comment ils me perçoivent. Mon visage et mes yeux transmettent-ils de l’optimisme ou de l’espoir? Je me rends compte que j’émets peut-être un sentiment similaire de découragement, de frustration et de tristesse. Je voudrais avoir le courage de les arrêter tous et de m’excuser d’être impuissant. M’excuser d’avoir cru en un monde et une communauté internationale si injustes».

Le 7 novembre, Bassam a écrit, s’adressant à des amis ayant une formation en psychologie et en psychiatrie: «Je vous demande de bien vouloir vous abstenir d’essayer de diagnostiquer ma situation. Je ne suis ni post-traumatique ni tout à fait 'normal'. Ne me regardez pas avec pitié ou sympathie, car je ne suis pas malade et je n’ai pas besoin d’aide. Je ne suis pas un toxicomane ni un agresseur, et je n’ai pas besoin de traitement ni de médicaments. J’ai été élevé à peu près de la même manière que vous, et mes enfants ont été élevés de la même manière que les vôtres. La seule différence est que je suis né sur la même terre que Jésus-Christ… Notre principal problème est notre aspiration à la liberté et à l’autodétermination… Nous refusons de vivre en captivité, que ce soit dans des espaces clos ou dans des prisons à ciel ouvert… Nous ne tolérerons pas l’humiliation. Nous ne tendrons pas l’autre joue à ceux qui nous oppriment et nous ne donnerons pas notre manteau à ceux qui nous volent notre chemise».

Source: Externe

Le même jour, il écrivait avec nostalgie sur la ville de Gaza, «qui n’est peut-être pas la ville la plus confortable ou la plus sophistiquée, mais qui possède un charme captivant qui rivalise avec des lieux plus privilégiés. Gaza se caractérise par la générosité, la magnanimité et la fierté de ses habitants… C’est une ville située au bord de la mer et qui reste inébranlable face aux tempêtes».

Et le 2 novembre, il a écrit: «En tant que personne née en Palestine et ayant vécu toute ma vie sous l’occupation, j’ai plein droit de demander pourquoi ma famille, mes amis, mes proches et mes voisins sont tués… Si notre destin est scellé et que nous sommes voués au martyre indépendamment de nos actions ou de nos paroles, et si nos tombes ont déjà été ouvertes et nos linceuls préparés, cela ne nous dérange pas d’endurer la soif et la faim. La communauté internationale peut poursuivre les livraisons d’aide prévues à Gaza. Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de bulldozers pour creuser et nous enfouir profondément dans notre terre. J’ai cependant une requête personnelle à vous adresser. Si vous le pouvez, veillez à ce que les corps de mes enfants soient bien recouverts».

Amira Hass -

05.12.23

Source: Aurdip

Source: Externe

! Point du jour !

Pour aller toujours plus loin dans le raffinement meurtrier dont ils sont devenus experts, les forces terroristes israéliennes ont largué dans la nuit de jeudi à vendredi un grand nombre de bombes incendiaires et fumigènes sur une école abritant des Palestiniens déplacés dans la partie Nord de la bande de Gaza.

Le photojournaliste palestinien Mahmud Abusalama a rapporté que les troupes israéliennes bombardaient le camp de réfugiés de Jabaliya depuis des heures et utilisaient des gaz fumigènes, ajoutant que "les enfants et les femmes étouffent dans leurs maisons".

Hossam Shabat, journaliste sur place, a publié vendredi sur X une vidéo montrant des personnes se précipitant pour éteindre l'incendie.

Jamais satisfaits de leur carnage, les avions de combat israéliens ont encore intensifié leurs frappes sur plusieurs parties de la bande assiégée dans la nuit, notamment la ville de Gaza et Beit Lahia au Nord.

Parmi les zones pilonnées figurent le camp de réfugiés de Deir al-Balah et de Nuseirat, au centre de la bande, ainsi que Khan Younès et Rafah, au Sud.

Rédaction MCPalestine -

08.12.23

Source: divers