Source: Externe

À vous, élus politiques,
 
c'est avec le cœur lourd que j'écris, cherchant à partager le fardeau d'une réalité qui nous interpelle tous. Les mots que je choisis portent le poids de semaines de craintes et d'inquiétudes, face à la tragédie qui s'abat sur Gaza sous le nom de génocide.
Lorsque la trêve a commencé, j'ai espéré qu'elle offrirait aux Gazaouis un répit, le temps d'enterrer leurs morts et de panser leurs blessures. Malheureusement, mes espoirs ont cédé la place à une crainte grandissante, car ce que nous avons vu jusqu'à aujourd'hui pourrait être seulement le prélude à des jours encore plus sombres.
Gaza a déjà subi six campagnes dévastatrices depuis 2009, et la 'communauté internationale' semble, jusqu'à présent, incapable de s'attaquer aux causes profondes de cette violence.

Source: Externe

Le régime israélien déshumanise les Palestiniens en les qualifiant d'«animaux», bombarde les hôpitaux, les ambulances, les maisons et les immeubles de Gaza, causant des milliers de morts. Ces actes barbares sont la manifestation d'un véritable objectif: l'éradication du peuple palestinien pour s'emparer de leur terre.
Pendant que l'Occident se plongera dans les festivités de fin d'année, je crains que le régime israélien ne profite de cette distraction mondiale pour achever son génocide à Gaza.
À vous, élus politiques, nous lançons un appel, car vous détenez le pouvoir d'influencer le cours des événements et de défendre les principes de justice et de dignité. Vous pouvez agir à tous les niveaux de pouvoir, du communal au fédéral, pour exprimer notre solidarité avec Gaza.
Les demandes que nous vous adressons sont urgentes et cruciales:
  • Hissez le drapeau palestinien en signe de solidarité et de soutien envers le peuple de Gaza
  • Engagez des initiatives de jumelage avec Gaza
  • Exigez l'approvisionnement immédiat et sans entrave d'une aide humanitaire à Gaza, incluant le carburant nécessaire à la survie quotidienne
  • Déposez immédiatement une plainte auprès de la Cour internationale de Justice au titre de l'article IX de la Convention sur le génocide, demandant des mesures d'urgence pour prévenir cette tragédie
  • Répondez par des contre-mesures significatives, telles que des sanctions économiques et des restrictions commerciales envers Israël
  • Imposer des sanctions individuelles, fermer les missions diplomatiques d'Israël, et instaurer un embargo bilatéral sur les armes
  • Tenez Israël responsable de ses crimes internationaux, y compris le crime d'apartheid, et œuvrez pour mettre fin à son entreprise coloniale de peuplement
  • Introduisez une législation nationale interdisant l'importation de biens et services issus d'Israël
  • Poursuivez les ressortissants israéliens ayant la double nationalité belge pour les crimes internationaux commis contre le peuple palestinien, notamment l'apartheid et le génocide

    Source: Externe

Nous comprenons les complexités de la politique internationale, mais en tant que représentants du peuple, vous avez le devoir de défendre la vie, la dignité et la justice.
Ne laissez pas la Belgique être complice de ce génocide. Soyez la voix de ceux qui ne peuvent être entendus, et agissez avec la fermeté et la compassion que cette situation critique requiert.
Dans l'espoir que l'humanité prévaudra sur l'indifférence.
Nordine Saïdi -
04.12.23
! Point du Jour !
L’armée d’occupation israélienne a mené de nouvelles frappes meurtrières mercredi sur la grande ville assiégée de Khan Younès, dans le Sud de la bande de Gaza, où les habitants tentent de s’abriter des bombardements et des combats parmi les plus intenses en deux mois de guerre contre la bande de Gaza au motif de combattre le Hamas.

Les Palestiniens de Gaza vivent «dans l’horreur la plus totale», a déclaré le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk, affirmant craindre des «atrocités».

Citant des analystes militaires, le Financial Times rapporte que la dévastation infligée au Nord de Gaza en moins de sept semaines est proche de la dévastation causée par le bombardement massif des villes allemandes pendant des années pendant la Seconde Guerre mondiale.

Source: Externe

Les rues de Khan Younès, où sont aussi engagées des troupes au sol, étaient quasiment vides mercredi tandis que des morts et des blessés continuaient d’affluer dans les hôpitaux, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Selon un récent bilan du gouvernement de Gaza, le chiffre des martyrs depuis le 7 octobre a dépassé les 16.250, dont 70% d’enfants et de femmes et celui des blessés les 43.620. Il a indiqué que des tirs d’artillerie ont fait «des dizaines de morts et de blessés» dans la nuit de mardi à mercredi dans plusieurs villages à l’Est de Khan Younès.

L’armée d’occupation a continué à pilonner l’ensemble de la bande de Gaza, affirmant qu’environ 250 cibles ont été frappées en 24h. Elle a annoncé avoir tué «la plupart des hauts commandants» des brigades du Hamas opérant depuis un réseau de tunnels dans le Nord de Gaza.

Elle a réclamé mercredi que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) puisse avoir accès aux 138 détenus à Gaza par le Hamas et des groupes affiliés. «L’armée israélienne fera tout ce qui est en son pouvoir pour secourir nos otages (…) Nous appelons les autres à faire de même», a déclaré son porte-parole.

Le correspondant d’al-Manar a rendu compte de qu’il y a eu des dizaines de martyrs dans les raids qui ont visé Yarmouk, al-Sahaba, al-Touffah, al-Daraj et Choujaaiya dans la ville de Gaza.

Source: Externe

"Aucun endroit n’est sûr à Gaza. Ni les hôpitaux ni les abris ni les camps de réfugiés. Personne n’est en sécurité. Ni les enfants. Ni les travailleurs de la santé. Ni les humanitaires. Ce mépris flagrant des bases de l’humanité doit cesser", a affirmé le coordinateur de l’aide d’urgence de l’ONU, Martin Griffiths.

"La bande de Gaza est devenue en entier l’endroit le plus dangereux du monde", a déploré l’Office de secours et de travaux des Nations-Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).

Chaque jour, les mêmes scènes de chaos se répètent à l’hôpital Nasser de Khan Younès, le plus grand du Sud de la bande de Gaza, comme dans les autres hôpitaux de la ville, où affluent les blessés, parfois allongés dans de simples remorques ou portés par leurs proches.

Rédaction al-Manar -

07.12.23

Source: almanar.com