Source: Externe

Le Hamas gagne la bataille de Gaza

 

Le cessez-le-feu récemment annoncé est une bénédiction pour les Palestiniens comme pour les Israéliens: une chance pour les prisonniers d’être échangés, de l’aide humanitaire pour ceux qui en ont besoin et pour que les émotions des deux côtés du conflit s’apaisent.

Même si le cessez-le-feu, négocié entre Israël et le Hamas par le Qatar, a été mutuellement convenu entre les deux parties, que personne ne se laisse tromper en pensant qu’il s’agit de rien de moins qu’une victoire du Hamas. Israël a adopté une position très agressive: compte tenu de son objectif déclaré de détruire le Hamas en tant qu’organisation, il n’accepterait un cessez-le-feu sous aucune condition.

Le Hamas, de son côté, a fait de la libération des prisonniers palestiniens, et en particulier des femmes et des enfants, détenus par Israël, l’un de ses principaux objectifs en lançant le cycle actuel de combats avec Israël. Vu sous cet angle, le cessez-le-feu représente une victoire importante pour le Hamas et une défaite humiliante pour Israël.

Source: Externe

L’une des raisons pour lesquelles Israël a évité un cessez-le-feu était qu’il était convaincu que l’opération offensive qu’il avait lancée dans le Nord de Gaza allait neutraliser le Hamas en tant que menace militaire, et que tout cessez-le-feu, quelle que soit la justification humanitaire, ne ferait que gagner du temps pour un nouveau cessez-le-feu. a vaincu l’ennemi du Hamas pour se reposer, se rééquiper et se regrouper. Le fait qu’Israël ait signé un cessez-le-feu est le signe le plus sûr que tout ne va pas pour le mieux dans l’offensive israélienne contre le Hamas.

Ce résultat n’aurait dû surprendre personne. Lorsque le Hamas a lancé son attaque contre Israël le 7 octobre, il a lancé un plan en préparation depuis des années. L’attention méticuleuse aux détails qui était évidente dans l’opération du Hamas a souligné la réalité selon laquelle il avait étudié les services de renseignement et les forces militaires israéliennes déployés contre lui, révélant des faiblesses qui ont ensuite été exploitées. L’action du Hamas représentait bien plus qu’une planification et une exécution tactiques et opérationnelles solides: elle était également un chef-d’œuvre de conceptualisation stratégique.

L’une des principales raisons de la défaite israélienne du 7 octobre était le fait que le gouvernement israélien était convaincu que le Hamas n’attaquerait jamais, indépendamment de ce que disaient les analystes des services de renseignement chargés de surveiller les activités du Hamas à Gaza. Ce manque d’imagination est dû au fait que le Hamas a identifié les buts et objectifs politiques d’Israël (l’annulation du Hamas en tant qu’organisation de résistance en entreprenant une politique fondée sur «l’achat» du Hamas à travers un programme élargi de permis de travail délivrés par Israël aux Palestiniens vivant à Gaza.) En jouant avec le programme de permis de travail, le Hamas a endormi les dirigeants israéliens dans la complaisance, permettant au Hamas de préparer son attaque à la vue de tous.

Source: Externe

L’attaque du Hamas du 7 octobre n’était pas une opération isolée, mais plutôt une partie d’un plan stratégique comportant trois objectifs principaux: remettre la question d’un État palestinien sur le devant de la scène internationale, libérer les milliers de prisonniers palestiniens détenus par Israël, et contraindre Israël à cesser et à s’abstenir de profaner la mosquée Al-Aqsa, le troisième lieu saint de l’Islam. L’attaque du 7 octobre, à elle seule, n’a pas permis d’atteindre ces résultats. L’attaque du 7 octobre visait plutôt à déclencher une réponse israélienne qui créerait les conditions nécessaires pour que les objectifs du Hamas se concrétisent.

L’attaque du 7 octobre avait pour but d’humilier Israël au point de devenir irrationnel, afin de garantir que toute réponse israélienne serait régie par un besoin émotionnel de vengeance, par opposition à une réponse rationnelle destinée à annuler les objectifs du Hamas. Ici, le Hamas a été guidé par la doctrine israélienne établie de punition collective (connue sous le nom de doctrine Dahiya, du nom de la banlieue Ouest de Beyrouth qui a été lourdement bombardée par Israël en 2006, afin de punir le peuple libanais pour l’échec d’Israël à vaincre le Hezbollah au combat).

En infligeant à Israël une défaite humiliante qui a brisé à la fois le mythe de l’invincibilité israélienne (en ce qui concerne les Forces de défense israéliennes) et de son infaillibilité (en ce qui concerne les renseignements israéliens), et en prenant des centaines d’Israéliens en otage avant de se retirer dans son repaire souterrain sous Gaza, le Hamas a tendu un piège dans lequel, comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement du 1er ministre israélien B.Netanyahu s’est précipité.

Source: Externe

Le Hamas a préparé un réseau de tunnels sous la bande de Gaza qui s’étend au total sur plus de 500 kilomètres! Surnommés «Métro de Gaza», ces tunnels sont constitués de bunkers souterrains profonds interconnectés utilisés pour le commandement et le contrôle, le soutien logistique, les soins médicaux et le cantonnement, ainsi que d’autres réseaux de tunnels dédiés aux opérations défensives et offensives. Les tunnels sont enfouis suffisamment profondément pour éviter d’être détruits par la plupart des bombes en possession d’Israël et ont été aménagés pour résister à un siège pouvant durer jusqu’à trois mois (90 jours).

Le Hamas sait qu’il ne peut pas engager Israël dans une confrontation classique force contre force. Au lieu de cela, l’objectif était d’attirer les forces israéliennes à Gaza, puis de soumettre ces forces à une série interminable d’attaques-éclair de la part de petites équipes de combattants du Hamas qui émergeraient de leurs repaires souterrains, attaqueraient une force israélienne vulnérable, puis disparaître sous terre. Bref, soumettre l’armée israélienne à ce qui équivaut à “une mort par mille blessures”.

Et ça a marché. Alors que les forces israéliennes ont réussi à pénétrer dans les zones les moins urbanisées du Nord de la bande de Gaza, en profitant de la mobilité et de la puissance de feu de ses troupes blindées, les progrès sont illusoires, car les forces du Hamas harcèlent continuellement les Israéliens, en utilisant des roquettes mortelles à ogives-tandem pour désactiver ou détruire des véhicules israéliens, tuant des dizaines de soldats israéliens et en blessant des centaines d’autres. Alors qu’Israël s’est montré réticent à divulguer le nombre de véhicules blindés perdus de cette manière, le Hamas affirme que ce nombre se compte par centaines.

Source: Externe

Les affirmations du Hamas sont renforcées par le fait qu’Israël a interrompu la vente des anciens chars Merkava 3 et a plutôt organisé son inventaire de ces véhicules en nouveaux bataillons blindés de réserve pour compenser les lourdes pertes subies à la fois à Gaza et le long de la frontière Nord avec le Liban, où les forces du Hezbollah sont engagées dans une guerre d’usure meurtrière avec Israël dans le cadre d’opérations destinées à soutenir le Hamas à Gaza.

Mais la principale raison de la défaite d’Israël jusqu’à présent est Israël lui-même. Après avoir mordu à l’hameçon et être tombé dans le piège du Hamas, Israël a ensuite appliqué sa doctrine Dahiya contre la population palestinienne de Gaza, en menant des attaques aveugles contre des biens civils, au mépris flagrant du droit de la guerre. On estime que près de 15.000 civils palestiniens ont été tués par ces attaques, dont près de 6.000 enfants (chiffres actualisés-ndlr). Plusieurs milliers d’autres victimes restent ensevelies sous les décombres de leurs logements détruits.

Même si Israël a pu obtenir le soutien de la communauté internationale à la suite de l’attaque du Hamas du 7 octobre, sa réaction excessive et flagrante a plutôt retourné l’opinion publique mondiale contre lui – ce sur quoi le Hamas comptait. Aujourd’hui, Israël est de plus en plus isolé, perdant son soutien non seulement dans ce qu’on appelle le Sud global, mais aussi dans les bastions traditionnels du sentiment pro-israélien aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe. Cet isolement, combiné au type de pression politique à laquelle Israël n’est pas habitué, a contribué à l’acquiescement du gouvernement Netanyahu au cessez-le-feu et à l’échange de prisonniers qui a suivi.

Reste à savoir si le cessez-le-feu tiendra ou non. De même, la question de savoir comment transformer le cessez-le-feu en une cessation durable des hostilités reste une question ouverte. Mais une chose est sûre: après avoir déclaré que la victoire est définie par la défaite totale du Hamas, les Israéliens ont préparé le terrain pour une victoire du Hamas, ce que le Hamas obtient simplement en survivant.

Source: Externe

Mais le Hamas fait plus que survivre: il gagne

Après avoir combattu les Forces de défense israéliennes (FDI) jusqu’à l’arrêt sur le champ de bataille, il a vu chacun de ses objectifs stratégiques dans ce conflit se concrétiser. Le monde exprime activement la nécessité absolue d’une solution à deux États comme condition préalable à une paix durable dans la région. Les Palestiniens détenus par Israël sont échangés contre les Israéliens pris en otage par le Hamas. Et le monde islamique est uni pour condamner la profanation de la mosquée Al Aqsa par Israël.

Aucune de ces questions n’était sur la table le 6 octobre. Le fait qu’elles y soient maintenant témoigne du succès remporté par le Hamas le 7 octobre, ainsi que dans les jours et les semaines qui ont suivi, alors que les forces israéliennes ont été vaincues grâce à la ténacité du Hamas et leur propre prédilection pour la violence aveugle contre les civils. Loin d’être éliminé en tant que force militaire et politique, le Hamas est devenu peut-être la voix et l’autorité la plus pertinente lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts du peuple palestinien.

Scott Ritter -

23.11.23

Source: ISM