Source: Externe

!APPEL! Aux lecteurs de notre blog: svp, ne vous contentez pas de lire nos infos... diffusez-les par tous vos moyens au plus grand nombre de vos contacts... Informer, c'est participer à notre humble niveau à relayer la voix des Palestiniens que le régime terroriste israélien veut réduire au silence! Et abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre lettre d'infos (voir colonne de droite)

Les luttes de libération, les révoltes d’esclaves et les révolutions sont sanglantes mais nécessaires

Les Palestiniens devraient jouir des mêmes droits et normes que le reste de l’humanité. Cette affirmation semble aller de soi, mais nombreux sont ceux qui proclamant y croire, en réalité ne soutiennent pas cette notion. Le peuple palestinien refuse de rester une victime et la seule façon pour lui d’obtenir justice est finalement la lutte armée.

En Occident, l’opération menée par le mouvement Hamas le 7 octobre dernier a été présentée comme un acte de ''violence terroriste'' injustifié, survenu dans un vide total. Le choc de ce qui s’est produit a même mis en transe de nombreuses personnes bien intentionnées qui faisaient campagne pour les droits des Palestiniens. Une émotion si forte qu’ils acceptent que l’événement soit analysé comme une atrocité indépendante et qu’elle soit condamnée comme telle.

Source: Externe

D’autres se sont empressés de condamner la Résistance palestinienne pour ses actions ce jour-là, tout en concoctant un récit pour tenter de maintenir l’idée populaire des Palestiniens, selon laquelle ils sont la victime éternelle, qui devrait toujours être traitée comme une victime et rester ainsi. Cette idée, même si elle peut provenir de personnes bien intentionnées en Occident, est intrinsèquement raciste, condescendante et s’inscrit dans un complexe de sauveur occidental.

Le peuple palestinien a le droit, après 75 années de massacres, de nettoyage ethnique, de vols de terres, de tortures et d’abus, de combattre son occupant par ''tous les moyens nécessaires''. Bien qu’on puisse justifier cette notion en faisant référence au Droit international, je l’argumenterai en faisant d'abord appel au bon sens et à un appel à l’humanité de chacun.

Tout au long de l’histoire, les groupes opprimés, qu’ils aient souffert du colonialisme de peuplement, des systèmes d’esclavage, de l’apartheid ou de la domination coloniale, ont utilisé la lutte armée comme stratégie pour se libérer et restaurer leur dignité humaine. Souvent, après l’échec des stratégies non-violentes telles que les boycotts, les grèves générales et les appels à la bonne volonté de leurs oppresseurs, la violence devient l’outil ''naturel'' des opprimés.

Les ''experts'' des médias occidentaux soulignent la nécessité d’un Nelson Mandela palestinien. Bien que cette option soit souvent posée de mauvaise foi, elle constitue un excellent point de départ pour expliquer la situation difficile de la Palestine. Tout comme l’Afrique du Sud, la Palestine est soumise à un système d’apartheid, une forme d’injustice contre laquelle le Congrès national africain (ANC) s’est battu en recourant à diverses formes de lutte, dont la résistance armée. Nelson Mandela, qui est aujourd’hui largement salué dans le monde occidental, a été considéré pendant un certain temps comme ''terroriste'' dans la plupart des capitales occidentales. Pourquoi a-t-il été considéré comme tel? Parce que l’ANC, dont il était un membre actif, a eu recours à la lutte armée et a tué des Blancs sud-africains qui n’étaient en effet pas armés. En fait, lorsque Mandela a été arrêté par les autorités de l’apartheid, il venait tout juste de rentrer dans son pays natal après avoir voyagé pour suivre une formation militaire.

Bien qu’il s’agisse d’un événement quelque peu caché, la révolution haïtienne, qui a conduit à l’abolition de l’esclavage dans cette nation insulaire, n’a pas été exempte de violences et de meurtres aveugles. En effet, lorsque les Français déposèrent et arrêtèrent le leader haïtien Toussaint Louverture en 1802, le révolutionnaire déclarait ceci: "En me renversant, vous n’avez coupé à Saint-Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté; il renaîtra de ses racines, car elles sont nombreuses et profondes".

Source: Externe

Moins de deux ans plus tard, Jean-Jacques Dessalines avait repris la révolution et signé un décret ordonnant la mise à mort de tous les Blancs; c’était seulement quelques mois après que Dessalines eut déclaré Haïti nation indépendante le 1er janvier 1804. Bien qu’il y ait eu des moments où la paix prévalait et où le peuple haïtien, qui s’était révolté violemment pour mettre fin à l’esclavage, avait épargné la vie des Blancs non combattants, il y eut aussi des moments de grande effusion de sang.

Dans le cas de la lutte algérienne pour l’indépendance, il est également vrai que le Front de libération nationale algérien (FLN) a utilisé des tactiques violentes visant directement les colons européens, connus sous le nom de Pieds-noirs. Des milliers de colons ont été tués dans diverses attaques, ce qui a conduit environ un million d’Européens à fuir le pays après la guerre d’indépendance. Bien que des tactiques telles que tirer sur des colons dans leurs communautés privilégiées et poser des bombes dans des zones bondées soient objectivement déplaisantes, elles n’ont pas été commises sans raison et dans le vide. Les immenses souffrances du peuple algérien l’ont poussé vers les seules options disponibles pour se libérer de l’occupation française (qui, pour rappel, a duré plus de 130 ans!-ndlr).

Résistance violente en Palestine

Passer en revue l’intégralité du dossier historique à ce stade serait une tâche trop ardue pour un seul article; cependant, nous devons comprendre la légitimité historique de la lutte armée contre l’entité sioniste.

Depuis l’époque du mandat britannique en Palestine, les seules fois où le peuple palestinien a réussi à convaincre le Royaume-Uni de lui accorder des solutions favorables ont été lors de soulèvements violents. L’autorité britannique sous mandat encourageait l’immigration de colons juifs en provenance d’Europe, et les dirigeants de Londres étaient clairement déterminés à respecter la promesse faite, à travers la Déclaration Balfour de 1917, de créer un soi-disant «État juif» sur la terre de Palestine.

Il était donc nécessaire que les Palestiniens s’organisent, éduquent et poussent à une grève qui ferait pression sur les autorités mandataires pour qu’elles adoptent une position plus favorable à leur sort. En fin de compte, le violent soulèvement de 1929, puis la révolte arabe de 1936-1939, se sont avérés suffisants pour que les Britanniques cèdent du terrain sur leurs solutions antérieures pour la lutte sioniste-palestinienne.

Source: Externe

Bien que les Britanniques aient infligé une défaite brutale à la Résistance palestinienne à la fin de la révolte arabe, le Livre blanc de 1939 fut publié, un document qui s’engageait à limiter le nombre de colons juifs en Palestine, tout en revenant sur l’idée de partition de la terre ou la création d’un «État exclusivement juif» dans toute la Palestine. C’est ce document qui a motivé les terroristes sionistes à commencer à lancer des attaques contre des cibles civiles affiliées au Royaume-Uni, ce qui a une nouvelle fois influencé la position britannique sur l’avenir de la Palestine.

Après l’occupation de 78% de la Palestine historique et la défaite de ce qui restait de la Résistance arabe en 1948, la cause palestinienne était dans un état de désarroi total, avant d’être relancée par la bataille de Karameh en 1968. Cette bataille fut techniquement un défaite militaire à la fois pour les partis de la résistance palestinienne – en particulier le Fatah – et pour l’armée jordanienne qui avait rejoint le combat, mais cela a infligé aux Israéliens des dégâts que personne n’aurait pu croire possibles.

Tout au long de l’histoire, la Résistance palestinienne, qu’il s’agisse du Mouvement nationaliste arabe, du Fatah, du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) ou d’autres, a été qualifiée de «terroriste» par les Israéliens et leurs soutiens occidentaux. Les groupes mentionnés ci-dessus sont tous des groupes nationalistes laïcs ou marxistes, tandis que les groupes de résistance islamique palestinienne ne sont devenus un facteur majeur que dans les années 1990.

Lorsque l’Égypte a repris la péninsule du Sinaï à l’entité israélienne, elle ne l’a fait qu’après la guerre d’octobre 1973. Lorsque le Sud-Liban a été libéré de l’occupation sioniste en 2000, c’était grâce aux décennies de lutte armée de la Résistance libanaise. Même lorsque le désengagement de Gaza a eu lieu en 2005, c’était parce que la Résistance palestinienne était implacable dans ses attaques contre les soldats et les colons, ce qui a provoqué un ras-le-bol de l’entité sioniste. L’entité israélienne n’a jamais restitué de terres par bonté d’âme, n’a jamais conclu un accord qui n’ait été obtenu par la violence et a toujours travaillé dans son meilleur intérêt pour gérer cette violence. Cette entité raciste coloniale et d’apartheid n’a aucune réflexion.

Source: Externe

Par ailleur, il faut insister sur le fait que la population de Gaza s’est soulevée de manière non-violente en 2018-2019 lors de ce qui est  connu sous le nom de ''Grande Marche du retour'', au cours de laquelle des centaines de milliers de civils non armés ont manifesté pour leurs droits en vertu du Droit international : leur droit au retour et la fin du blocus illégal. La réponse de l’armée israélienne a été de massacrer 310 personnes innocentes, tandis que les dirigeants occidentaux affirmaient que les sionistes «se défendaient».

Sur la question de la violence: dans certaines circonstances, tout le monde est partisan de la violence, même le plus fervent prédicateur de la non-violence et du pacifisme fera des exceptions. Si vous n’êtes pas d’accord, imaginez le scénario suivant: un kamikaze d’Al-Qaïda se prépare à se faire exploser au milieu d’une foule bondée de civils innocents. Il y a un policier armé qui peut tirer sur l'agresseur potentiel et sauver ainsi des centaines de vies. Dans un tel cas, est-il justifié d’utiliser une arme à feu?

Dans un aute domaine, une autre expérience de pensée: si vous voyez un homme battre une femme, est-il justifié de le frapper en réponse? Et si la femme battue riposte et blesse gravement son agresseur, est-ce sans justification?

Les questions mentionnées ci-dessus démontreront que la majorité des gens soutiennent une certaine forme de violence, mais seulement de manière limitée et défensive. Lorsque nous observons le sort des Palestiniens, pourquoi soutiennent-ils massivement la lutte armée contre leur occupant? Est-ce parce qu’ils sont des ''sauvages'' qui aiment le sang et la violence, ou est-ce parce qu’ils considèrent la lutte armée comme dernière forme légitime d’autodéfense et avec laquelle ils peuvent restaurer leur dignité et atteindre la liberté? Toute personne impartiale qui prend le temps d’étudier la lutte conclurait à cette dernière solution.

Les Palestiniens ne devraient pas être obligés d’accepter leurs souffrances pour pouvoir être considérés comme des victimes. Cela pourrait inciter certains Occidentaux à soutenir leur sort, mais cela conduirait finalement à leur élimination complète en tant que peuple. L’entité sioniste repose sur la suprématie juive et la création d’un «État» qui ne sert que les juifs, ce qui signifie que le nettoyage ethnique et/ou le génocide des Palestiniens est un sous-produit inévitable de leur idéologie.

À moins que vous ne soyez un Palestinien qui souffre sous le régime de l’apartheid, personne n'est en mesure de leur faire la leçon sur la manière dont ils ripostent contre leur oppresseur. Comme tous les peuples opprimés, les Palestiniens utiliseront tous les moyens nécessaires pour réaliser leur droit à vivre dans la dignité et à être libres. Vous n’êtes pas obligés d’être d’accord avec toutes les tactiques, mais il n’y a aucune équivalence morale qui puisse être établie entre la violence réactionnaire des opprimés et la violence de l’oppresseur.

Robert Inlakesh -  

07.11.23

Source: ISM                                      ÉVÈNEMENT CE SAMEDI 18.11