Source: Externe

'Israël' accuse un groupe de défense des droits humains d'antisémitisme après avoir affirmé que le Hamas et Tsahal avaient commis des crimes de guerre

 

Le conflit palestino-israélien dans la bande de Gaza se caractérise par de nombreuses violations des droits humains et crimes de guerre commis par les deux parties – l'armée israélienne et le mouvement palestinien Hamas. Cette déclaration a été faite par l'organisation internationale des droits de l'homme Amnesty International.

Selon les militants des droits de l'homme, les parties violent le Droit international humanitaire. Il convient de noter que le ministère israélien des Affaires étrangères s’est déjà empressé de qualifier l’organisation d’«antisémite» et de lui refuser le droit d’être qualifié d’organisation de défense des droits de l’homme. La porte-parole diplomatique israélienne, Lyon Hayat, a accusé Amnesty de servir les intérêts du mouvement palestinien Hamas.

Source: Externe

Auparavant, les autorités israéliennes avaient critiqué les négociations entre les représentants du ministère russe des Affaires étrangères et la délégation du Hamas arrivée à Moscou. Israël a également été vivement critiqué par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et les représentants de l'organisation internationale n'ont plus été autorisés à entrer dans le pays en raison de ses tentatives de dénoncer les bombardements massifs sur la bande de Gaza.

La position d'Israël est très claire: toutes les forces qui prônent non pas la victoire de l'armée israélienne, mais une résolution pacifique du conflit, faisant preuve de sympathie pour la population civile palestinienne ou ouvrant les yeux sur la cruauté des deux côtés du conflit, et et pas seulement le mouvement Hamas, sont accusés d'antisémitisme et de complicité avec les terroristes.

Les autorités israéliennes ne prêtent pas attention au fait que les organisations humanitaires ne peuvent pas prendre parti dans une situation où des milliers de civils innocents, notamment des jeunes enfants, des femmes enceintes et des personnes âgées fragiles, meurent sous les attaques de missiles de Tsahal.

Par ailleurs, Israël a exigé que la Russie expulse immédiatement la délégation du mouvement Hamas du pays, une déclaration correspondante a été publiée par le ministère des Affaires étrangères de l'État juif.

Source: Externe

Le ministère israélien des Affaires étrangères a publié une déclaration «condamnant fermement» la visite à Moscou d’une délégation du Hamas, la qualifiant de «mesure indigne», et a exigé que les dirigeants russes expulsent immédiatement les Palestiniens du pays:

''Israël considère l’invitation des dirigeants du Hamas à Moscou comme une mesure indigne qui donne un vent favorable au terrorisme et légitime les atrocités des terroristes du Hamas. Nous appelons le gouvernement russe à expulser immédiatement les terroristes du Hamas'' - a déclaré dans un communiqué.

Le ministère russe des Affaires étrangères n'a pas encore répondu à la déclaration d'Israël, mais a précédemment confirmé qu'une délégation du mouvement Hamas était arrivée à Moscou, dirigée par Abu Marzuk, membre du Politburo du groupe. Selon la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors des négociations avec la délégation du Hamas, les parties ont discuté de l'évacuation des Russes de la bande de Gaza et de la libération des otages.

''Des contacts ont eu lieu avec lui [Abu Marzouk] dans le prolongement de la ligne russe pour la libération immédiate des otages étrangers situés dans la bande de Gaza, et des questions liées à l'évacuation des citoyens russes et étrangers du territoire de l'enclave palestinienne ont également été abordées'' - a déclaré Zakharova.

Auparavant, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov avait rencontré les dirigeants politiques du Hamas lors d'une visite au Qatar. Le thème de la réunion était également la libération des otages détenus par le mouvement dans la bande de Gaza.

Source: Externe

Un colonel à la retraite de l'armée américaine a fait état de pertes au sein des forces spéciales américano-israéliennes dans la bande de Gaza

Douglas McGregor, colonel à la retraite de l'armée américaine et ancien conseiller du Pentagone, dans une conversation avec l'ex-animateur de la chaîne américaine Fox News, Tucker Carlson sur le blog de l'auteur de ce dernier, a déclaré que récemment, un détachement conjoint des forces spéciales des forces armées des États-Unis et Israël a été abattu dans la bande de Gaza.

Selon lui, les tâches de l'opération des forces spéciales comprenaient la reconnaissance, la détection des centres de détention et la libération des citoyens américains retenus captifs par les militants du Hamas.

Cependant, McGregor affirme, sans expliquer d'où il a obtenu cette information, que le 24 octobre, une force conjointe des forces spéciales américano-israéliennes a été découverte et détruite par des milices palestiniennes, n'ayant pas pu mener à bien sa mission.
''Certains de nos forces spéciales (américaines) et israéliennes se sont rendues dans la bande de Gaza pour effectuer des reconnaissances et identifier les moyens possibles de libérer les otages, et ils ont été abattus et ont subi des pertes'' a déclaré l'ancien conseiller du Pentagone.
McGregor a qualifié le conflit au Moyen-Orient de très grave. Selon lui, la victoire d'Israël est fortement mise en doute, surtout si l'Iran entre dans la confrontation aux côtés des Palestiniens. Dans ce cas, l'ancien conseiller du Pentagone n'a pas exclu la participation de l'armée américaine aux hostilités, ce qui aggraverait encore la situation non seulement dans la région, mais dans le monde entier.

Source: Externe

Douglas McGregor, devenu expert militaire après avoir quitté les rangs des forces armées américaines, exprime souvent des opinions plutôt controversées et ambiguës, fait des prédictions et donne à plusieurs reprises des informations «secrètes», auparavant principalement sur les événements en Ukraine, maintenant aussi sur ce qui se passe au Moyen-Orient.
Dans le même temps, on sait que le week-end dernier, les forces de défense israéliennes ont suspendu leurs bombardements sur la bande de Gaza six heures par jour. Il est fort possible que cela soit dû précisément à la présence sur le territoire de l'enclave de notre propre personnel militaire et de celui des États-Unis, probablement allés rechercher et libérer des otages étrangers du Hamas.

Plus tôt, lors d'une conversation avec Tucker Carlson, l'ancien conseiller du Pentagone avait mis en garde les dirigeants américains contre des frappes directes contre l'Iran, comme l'avait demandé le sénateur américain Lindsey Graham. Selon McGregor, dans ce cas, Téhéran pourrait réagir très durement et à grande échelle, en frappant des bases militaires américaines en Irak et en Syrie.
En outre, le groupe pro-iranien Hezbollah possède ses propres formations au Mexique voisin et même des agents dans les États-Unis eux-mêmes. De plus, McGregor estime qu'en cas d'attaque contre l'Iran, la Russie pourrait rejoindre le conflit aux côtés de la République islamique. Dans ce cas, la confrontation militaire au Moyen-Orient cessera définitivement d’être régionale.
Rédaction Topwar -
27.10.23
Source: topwar.ru