Source: Externe

«Qu'on en finisse avec eux»: Comment les dirigeants occidentaux accusent la victime palestinienne et saluent l’agresseur

 

Dans un cas classique de blâme de la victime et de blanchiment effronté des atrocités du régime israélien, de nombreux dirigeants du monde ont une fois de plus pris la défense de l’apartheid.

Depuis que le mouvement de résistance palestinien, Hamas, a lancé samedi 7 octobre son opération militaire dans les territoires occupés, en représailles aux violations incessantes de la mosquée Al-Aqsa, la 'communauté internationale' s'est empressée de réaffirmer son soutien au régime de l'apartheid.

Source: Externe

Depuis le lancement de l’opération, plus d’un millier de soldats et de colons israéliens ont été tués et des centaines d’autres sont détenus comme prisonniers de guerre dans la bande de Gaza assiégée.

Les bombardements aveugles du régime israélien contre les zones civiles de la bande côtière ont également entraîné la mort de plus de 500 Palestiniens, tous des civils, contrairement aux cibles situées dans les territoires occupés.

Le régime israélien a également intensifié son blocus de la bande de Gaza, coupant l’eau et l’électricité et attaquant sans relâche les zones civiles et les bâtiments résidentiels.

Le blocus a laissé les 2,3 millions d’habitants de la région largement coupés du monde extérieur. Cependant, les dirigeants du monde entier ont fermé les yeux sur l’occupation du régime israélien, son siège paralysant et ses atrocités quotidiennes contre les Palestiniens, qualifiant la Résistance palestinienne de «groupes terroristes».

Le président américain Joe Biden, en réaction aux récents développements, a promis un soutien «solide» à Benjamin Netanyahu, qualifiant l’opération palestinienne d’«attentats terroristes». «J’ai clairement fait savoir au 1er ministre Netanyahu que nous étions prêts à offrir tous les moyens de soutien appropriés au gouvernement et au peuple israéliens», a déclaré Biden dans un communiqué. «Le terrorisme n’est jamais justifié. Israël a le droit de se défendre et de défendre son peuple», a-t-il dit.

Source: Externe

Il a facilement oublié ce que le régime israélien fait dans les territoires occupés depuis sept décennies, et continue d’assassiner des Palestiniens, y compris des femmes et des enfants, en toute impunité.

Le président américain a également oublié ce que le régime de Tel-Aviv a fait à Shireen Abu Akleh, une journaliste palestino-américaine, qui a été tuée de sang-froid en plein jour à Jenin, en Cisjordanie occupée, l’année dernière. Personne n'a été puni pour ce meurtre.

Samedi soir, Nikki Haley, ancienne ambassadrice américaine à l'ONU et candidate républicaine à la présidentielle, a également envoyé un message à Netanyahu sur Fox News, lui disant d'en «finir avec le Hamas. Ils devraient avoir l’enfer à payer pour ce qu’ils viennent de faire», a déclaré la républicaine belliciste.

La déclaration de Halley a généré un débat intense sur les réseaux sociaux, de nombreux utilisateurs de X (Twitter) lui reprochant d'avoir fait une remarque provocatrice. Certains utilisateurs ont même exhorté le chef de X, Elon Musk, à suspendre son compte.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré dans un communiqué que le monde «devrait être révolté» par les développements en Palestine, faisant référence à l’opération du Hamas. «Nous condamnons sans équivoque les attaques effroyables des terroristes du Hamas contre Israël. Nous sommes solidaires du gouvernement et du peuple israéliens et présentons nos condoléances pour les vies israéliennes perdues dans ces attaques», a-t-il écrit dans un post X, sans même mentionner les Palestiniens assassinés par le régime.

Source: Externe

Mardi, il a écrit qu’il avait parlé au ministre des Affaires étrangères du régime israélien, Eli Cohen, de «la façon dont les États-Unis soutiennent Israël alors qu’il se défend contre l’attaque terroriste du Hamas et ont réaffirmé leurs efforts pour obtenir la libération immédiate de tous les otages».

Il faut rappeler au plus haut diplomate américain que des milliers de Palestiniens croupissent dans les prisons israéliennes sans aucune inculpation, sans aucun crime, en vertu de la politique draconienne dite de «détention administrative».

Les Européens ont également pris le train en marche, défendant l’indéfendable. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission de l’Union européenne, a défendu dans un message posté sur X le droit du régime infanticide à «se défendre», affirmant que l’opération les avait «essoufflés».

Dimanche, le 1er ministre britannique Rishi Sunak a également promis le «soutien constant» de son pays à Israël. Son bureau, 10 Downing Street, a également arboré le drapeau du régime sioniste en signe de solidarité. Il a proposé de fournir un soutien diplomatique, de renseignement ou de sécurité au régime de Tel-Aviv si cela lui était demandé et a déclaré que le Royaume-Uni était «prêt» à aider militairement Israël s’il demandait de l’aide.

Le président français Emmanuel Macron, dans un message en hébreu samedi sur son compte X, a également exprimé son soutien au «droit d’Israël à se défendre».

Le chancelier allemand Olaf Scholz a fait des commentaires similaires dans un communiqué dimanche et s’est adressé aux Israéliens en disant que «l’Allemagne est de leur côté».

Le 1er ministre indien Narendra Modi a également qualifié l’opération d’«attaque terroriste», affirmant que l’Inde «est solidaire d’Israël en cette heure difficile». Le message de Modi était accompagné de plusieurs autres messages des Hindutva cheerleaders en Inde, qui ont promis leur soutien au régime israélien, incitant beaucoup à lier le sionisme au terroriste indien Hindutva.

Source: Externe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également déclaré qu’Israël avait un droit «incontestable» à se défendre.

Selon le Bureau des Nations-Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui suit les décès dans les territoires occupés depuis 2008, plus de 6.400 Palestiniens, dont plus de 1.400 enfants, ont été tués par le régime jusqu'au 19 septembre 2023. Plus de 152.000 Palestiniens ont été blessés sur la même période. Pendant qu'au cours de ce même laps de temps, 308 Israéliens sont morts et 6.300 ont été blessés lors d’opérations palestiniennes.

Mais, tandis que le meurtre de colons israéliens, légitime et justifié, suscite la colère et l’indignation de l’Occident, le meurtre de sang-froid de Palestiniens chaque jour est devenu normal.

Maryam Qarehgozlou (Téhéran) -

11.10.23

Source: presstv.ir