FREE PALESTINE
28 mars 2023

Un assassin de moins...

Source: Externe

Le «Boucher de Tantura», qui se vantait d'avoir tué des Palestiniens, est mort

 

Le «Boucher de Tantura», qui s’est souvent vanté d’avoir assassiné des Palestiniens non armés après avoir envahi leur petit hameau sur la côte méditerranéenne à l’été 1948, est mort. Il avait 96 ans.

Amitzur Cohen a été formé au sein du groupe terroriste sioniste Lehi et a continué à commettre certains des crimes les plus horribles contre l’humanité, y compris le massacre de Tantura.

Après la création de l’entité sioniste illégitime en mai 1948 dans le cadre du projet britannique de colonisation de la Palestine, des centaines de villages et de villes palestiniens ont été ethniquement nettoyés et détruits.

Dans la nuit du 22 au 23 mai, le village côtier palestinien de Tantura, avec une population d’environ 1.500 habitants, a été parmi les derniers à être pris en embuscade et occupé par la Brigade Alexandroni de l’armée israélienne, laissant derrière elle une traînée de morts et de destruction.

Source: Externe

Dans son livre «La naissance du problème des réfugiés palestiniens», l’historien Benny Morris écrit que les forces du régime d’occupation ont pris la décision «d’expulser ou de soumettre» les Palestiniens natifs de Tantura.

Un communiqué publié par l’armée israélienne un jour après le massacre de Tantura se vantait effrontément que «des centaines d’Arabes et une grande quantité de butin sont tombés entre nos mains».

Selon des militants et des chercheurs, plus de 200 Palestiniens ont été tués et enterrés dans une fosse commune à la suite du carnage perpétré par le groupe terroriste sioniste.

L’année dernière, les médias israéliens ont rapporté la découverte d’un charnier dans le village, ce qui a incité des groupes palestiniens à appeler une commission internationale pour enquêter sur la série de massacres qui ont suivi l’expulsion forcée d’au moins 750.000 Palestiniens de leur patrie, connue populairement sous le nom de Nakba ou catastrophe.

Un film documentaire explosif d’Alon Schwarz intitulé «Tantura», dont la première a eu lieu à la fin de l’année dernière au festival de Sundance aux États-Unis, a documenté en détail la tragédie colossale.

L’un des témoignages les plus ignobles du film de Schwarz est celui de Cohen, le meurtrier de masse sioniste qui a parlé avec vantardise de ses premiers mois en tant que soldat du régime israélien et de la façon dont il tuait pour le sport.

"Je ne me souviens pas du nombre d’Arabes que j’ai tués en 1948. Je n’ai jamais compté, car j’étais un meurtrier, et je n’ai fait aucun prisonnier", a admis Cohen en éclatant de rire. "Je n’ai pas compté. J’avais une mitrailleuse avec 250 balles. Je ne peux pas dire combien", a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé combien de Palestiniens arabes il se souvenait avoir tués lors des événements de mai 1948.

Source: Externe

Cohen a étrangement et sans vergogne reconnu que si un groupe d’Arabes se tenait devant lui, les mains levées en signe de reddition, il les abattrait quand même.

Les témoignages du film documentaire, dont celui de Cohen, ont été recueillis par Teddy Katz, qui a interviewé 135 personnes et collecté 140 heures dans le cadre de sa thèse à l’université de Haïfa à la fin des années 1990. Katz a ensuite été harcelé par le régime israélien pour avoir laissé sortir des squelettes du placard.

Cohen, qui était membre du groupe terroriste sioniste 'Lehi' qui a finalement pris la forme de la force militaire israélienne, avait acquis une notoriété pour avoir mené des opérations terroristes complexes, notamment le déraillement de trains de voyageurs et la pose de mines terrestres sur les voies, comme mentionné sur le site de 'Lehi'.

«Amitzur Cohen a participé aux opérations de 'Lehi', telles que le déraillement de trains en posant des mines sur les voies et en faisant exploser le grand pont ferroviaire près de l’hôtel HaCarmel», indique le site Web, faisant référence à la ligne de chemin de fer qui reliait la ville côtière palestinienne de Haïfa et Le Caire.

A.Cohen a rejoint le groupe 'Lehi' «pour résister et exterminer les Arabes en 1946» bien que son père et son frère aient été membres des gangs armés sionistes «Haganah».

«Je cherchais du travail quand j’ai été capturé par l’idéologie clandestine sioniste», a-t-il déclaré dans le rapport. «J’étais prêt à ça, à tuer sans me soucier (des conséquences).»

Samedi dernier, le «Boucher de Tantura» est décédé à l’âge de 96 ans dans la colonie de Binyamina qu’il avait fondée en 1922, du nom du banquier français et partisan du sionisme, Benjamin de Rothschild.

Syed Zafar Mehdi (Téhéran) -

26.03.23

Source: presstv.ir

Commentaires
Derniers commentaires
Recevez nos infos gratuites
Visiteurs
Depuis la création 866 656
Archives