Source: Externe

 

La nomination du général de division Herzi Halevi a été approuvée dimanche

 

L’armée israélienne entretient depuis longtemps des relations étroites avec les colons juifs de Cisjordanie. Ces liens sont sur le point de s’approfondir. Pour la première fois, un colon sera le chef d’état-major de l’armée israélienne, devenant ainsi l’exécuteur de l’occupation illimitée de la Cisjordanie par Israël, qui en est à sa 56è année.

L’ascension de Herzi Halevi couronne la transformation du mouvement des colons, qui a duré des décennies, passant d’un petit groupe d’idéologues religieux à une force diversifiée et influente au cœur du courant dominant en Israël, dont les membres ont atteint les plus hauts rangs du gouvernement et d’autres institutions clés.

Mouvement de colonisation

Selon ses détracteurs, l’influence politique démesurée des colons compromet tout espoir de création d’un État palestinien indépendant et met en péril l’avenir du pays en tant que démocratie. Ils affirment que la nomination de Halevi montre à quel point les colons et l’armée sont réellement liés.

"Il n’est pas surprenant que nous soyons arrivés à un point où le chef d’état-major est aussi un colon", a déclaré Shabtay Bendet, du groupe de surveillance anti-colonisation La Paix Maintenant.

D’autres disent que Halevi, actuellement chef d’état-major adjoint, a eu une carrière militaire distinguée et que son lieu de résidence n’affectera pas ses décisions. Il a été à la tête de l’unité d’élite Sayeret Matkal, ainsi que des services de renseignement militaire et a dirigé le Commandement Sud, d’où il supervisait les opérations dans la bande de Gaza.

Source: Externe

Le ministre de la défense Benny Gantz a fait l’éloge de Halevi en tant qu’officier éthique. "Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il est l’homme idéal pour diriger l’armée", a déclaré M. Gantz lors de sa nomination.

Né quelques mois seulement après la guerre du Moyen-Orient de 1967, lorsqu’Israël s’est emparé de la Cisjordanie, et élevé à Jérusalem, Halevi est le descendant d’un rabbin considéré comme le père du mouvement de colonisation moderne. Halevi vit à Kfar HaOranim, une colonie qui jouxte la ligne invisible entre Israël et la Cisjordanie.

Beaucoup de ceux qui se sont installés à Kfar HaOranim ont peut-être été attirés par les prix moins élevés des logements dans une situation centrale entre Jérusalem et Tel-Aviv, plutôt que par une idéologie radicale. Pourtant, choisir de vivre dans une colonie indique souvent un certain penchant politique nationaliste. De nombreux Israéliens hésitent encore à visiter certaines parties de la Cisjordanie.

Système à deux vitesses

"Nous sommes fiers que le nouveau chef d’état-major soit un résident", a déclaré Israël Ganz, le chef du conseil régional des colonies qui comprend Kfar HaOranim. Il a ajouté qu’il s’attendait à ce que tout chef d’état-major agisse en croyant à la «justesse» de la colonisation juive et en «approfondissant les racines» des colons juifs.

«Les Palestiniens veulent que la Cisjordanie fasse partie de l’État qu’ils espèrent, avec Jérusalem-Est et la bande de Gaza», rappelle l’agence de presse américaine Associated Press (AP).

Depuis 1967, la population des colons est passée à plus de 600.000 personnes, qui vivent dans plus de 130 colonies et avant-postes en Cisjordanie. Près de 3 millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie, la plupart dans des centres de population semi-autonomes administrés par l’Autorité palestinienne.

Une grande partie de la communauté internationale considère les colonies comme illégitimes et comme obstacles à la paix, tandis qu’Israël considère le territoire comme son cœur biblique et comme essentiel à sa sécurité.

Un système à deux vitesses est en place en Cisjordanie, les colons jouissant des mêmes droits que les citoyens d’Israël, tandis que les Palestiniens sont soumis à un régime militaire. L’Autorité palestinienne administre certaines parties de la Cisjordanie, mais elle est entravée à bien des égards par l’occupation.

Source: Externe

Pour les Palestiniens, les soldats sont les exécutants les plus visibles de l’occupation. En vertu du droit international, une armée d’occupation est censée protéger les civils sous son autorité, mais les Palestiniens considèrent généralement les soldats comme hostiles à leur égard.

Les soldats tiennent les postes de contrôle que les Palestiniens doivent franchir pour entrer en Israël ou ceux qui sont installés entre leurs villes, perturbant ainsi leur déplacement. Les soldats effectuent souvent des raids d’arrestation dans les zones autonomes palestiniennes, à la recherche de militants présumés.

Les Palestiniens accusés de violence sont jugés, et presque toujours condamnés, par des tribunaux militaires. Israël considère ces mesures comme essentielles à sa sécurité.

Rédaction Le Monde Arabe -

24.10.22

Source: lemondearabe.fr