Source: Externe

«Les journalistes doivent être impartiaux – du côté de ceux qui souffrent»

 

Pour moi, ces mots du regretté journaliste Robert Fisk (1946-2020) constituent l’une des déconstructions les plus tranchantes de la nature hypocrite du journalisme occidental: un journalisme qui s’enorgueillit de son impartialité, mais qui n’a aucun scrupule à se défaire de son éthique professionnelle auto-congratulante comme un serpent se défait de sa peau lorsque l’opportunité politique l’exige.

Et nulle part ailleurs l’opportunité politique ne définit la raison d’être du journalisme occidental et l’impartialité ne se révèle être une plus grande arnaque, rien de plus que l’arrogance eurocentrique, que dans le reportage de ce que la sagesse conventionnelle (qui est bien trop souvent plus ignorante que sage) a appelé le “conflit israélo-palestinien”.

Cette expression géopolitique a été habilement conçue pour masquer la seule culpabilité d'”Israël” en rejetant la faute, contre toutes les réalités factuelles et les règles de décence, sur les seules victimes, les Palestiniens. Ce faisant, les médias pro-israéliens créent artificiellement un terrain de jeu égal dans le récit pour compenser l’absence de terrain de jeu égal dans le monde réel.

Ainsi, sous couvert d'”impartialité”, les journalistes occidentaux qui rendent compte de la Palestine font régulièrement le contraire de ce que Fisk exigeait de ceux qui pratiquent ce métier: ils sont impartiaux non pas du côté de ceux qui souffrent, mais du côté de ceux qui provoquent ces souffrances, à savoir “Israël”.

Source: Externe

 

Un exemple récent de cette “impartialité” occidentale pro-“Israël” a pu être observé lors de la dernière campagne de bombardements d'”Israël” sur la bande de Gaza assiégée, qui a tué 49 Palestiniens, dont 17 enfants: «La situation au Moyen-Orient s’aggrave», a écrit l’un des organes de presse les plus fiables d’Allemagne, tagesschau.de, à propos de la campagne de bombardement de trois jours du régime d’apartheid.

Alors que cette déclaration se lit comme une déclaration totalement impartiale jusqu’à la vacuité sémantique, elle est en fait très révélatrice d’un positionnement partisan du côté de ceux qui causent la souffrance, à savoir “Israël”, un positionnement orchestré de manière vraiment magistrale.

Je m’explique. Le dilemme auquel est confronté tout journaliste (libéral) blanc de l’establishment colportant des récits coloniaux au XXIè siècle est le suivant: sachant que le colonialisme est aujourd’hui mal vu, mais que vous continuez néanmoins à profiter des privilèges que lui et son successeur – le capitalisme racial moderne – vous offrent, comment prendre le parti d’un autre colonisateur sans mentir sur sa véritable nature (ce qui impliquerait de violer votre code d’éthique professionnel) et sans laisser votre public comprendre que vous êtes incorrigiblement et sans réserve pro-colonialisme?

La réponse est simple: par la construction minutieuse de l'”impartialité”. Et quel meilleur moyen de le faire que de rester aussi vague et abstrait que possible? Dans le titre susmentionné, «Situation» n’est qu’une abstraction de la formule plus véridique “bombardements israéliens aveugles”, et «escalade» n’est qu’un substitut abstractif à l’obligation de mentionner le nombre incalculable de victimes palestiniennes tuées par “Israël”, comme la décence et le respect de la véracité l’exigeraient de tout journaliste digne de ce nom.

Et «Moyen-Orient»? L’utilisation de ce terme dans le contexte de la guerre israélienne contre les civils palestiniens a un objectif bien plus malhonnête que de simplement ne pas laisser son lecteur sur ses inclinations pro-coloniales: la dernière fois que j’ai vérifié, le Moyen-Orient comprenait 17 pays reconnus par l’ONU, et pas seulement la Palestine et “Israël”, une colonie de colons européens installée en Palestine.

Ainsi, l’utilisation d’un terme tel que «Moyen-Orient» dans le contexte de la Palestine est une tactique occidentale éprouvée qui consiste à réduire la culpabilité d'”Israël” à des niveaux encore plus élevés de distorsion des faits en réattribuant faussement la responsabilité non seulement aux Palestiniens, mais à l’ensemble du Moyen-Orient.

Source: Externe

 

En outre, lisez le livre d’Edward Said: “L’Islam dans les médias: comment les médias et les experts façonnent notre regard sur le reste du monde“, de 1981, et vous comprendrez pourquoi ce n’est pas une coïncidence si tagesschau.de n’ait jamais publié un article sur la guerre en Ukraine sous le titre “La situation en Europe s’aggrave” (bien qu’il ait publié un article intitulé “Le vrai visage de la Russie”, dont le sous-titre comprenait des expressions totalement non impartiales telles que “oppression impitoyable” et “pas vers le totalitarisme” alors que c’était la Russie, et non “Israël”, qui interdisait les organisations de défense des droits de l’homme… Quelle hypocrisie!)

Les reportages occidentaux sur la Palestine peuvent être décrits par le terme de «doublepensée», inventé par George Orwell dans son roman dystopique '1984' et que l’encyclopédie en ligne Wikipedia [édition en anglais-ndt] décrit comme «un processus d’endoctrinement dans lequel les sujets sont censés accepter simultanément deux croyances contradictoires comme la vérité, souvent en contradiction avec leur propre mémoire ou sens de la réalité».

Transposé à la question de la Palestine: le consommateur de nouvelles occidentales est censé accepter une vérité dans laquelle les deux parties au “conflit”, l’oppresseur et l’opprimé, sont des victimes égales, même si cette “vérité” est en désaccord avec le bon sens du consommateur.

Le journalisme occidental n’est pas impartial. Il est fortement partisan du côté de l’unique auteur d’un conflit qui n’en est pas un. Et à cause de cela, son “impartialité” autoproclamée du côté d'”Israël” a prouvé à maintes reprises qu’elle n’était rien d’autre qu’une indifférence calculée et totale à l’égard de la souffrance des Palestiniens aux mains de ce qui ne peut être décrit que comme le plus grand coupable de meurtres et de carnages racialisés du monde occidental après les États-Unis.

Timo Al-Farooq (Londres) -

30.08.22

Source: ISM