Source: Externe

Quatre ministres arabes des Affaires étrangères ont participé à un sommet de normalisation dans le sud d’Israël, dimanche et lundi derniers

 

Il s’agit d’Abdullah bin Zayed Al Nahyan des EAU, de Nasser Bourita du Maroc, d’Abdullatif bin Rashid Alzayani du Bahreïn et de leur homologue égyptien Sameh Shoukry.

Ils ont rejoint le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid et le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui a rencontré le dirigeant de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas avant de se joindre à la conférence.

Le sommet du Néguev s’est tenu au kibboutz 'Sde Boker', dans la région du Naqab (Néguev), où le premier 1er ministre israélien, David Ben-Gurion, a vécu et est enterré.

Né David Grun dans l’actuelle Pologne, Ben-Gurion s’est rendu en Palestine en tant que colon au début des années 1900 et, en tant que chef du mouvement sioniste, a été le fer de lance de la Nakba de 1948, le nettoyage ethnique de ~ 800.000 Palestiniens par les milices juives.

On a même servi aux participants de l’agneau provenant du plateau du Golan syrien occupé pendant la conférence. Cela symbolisait peut-être involontairement les victimes du colonialisme israélien et leurs sacrifices involontaires pour ce nouveau mariage israélo-arabe.

La conférence avait pour but de stimuler la coopération militaire entre les États participants, qui sont unis par une inimitié mutuelle envers l’Iran. Mais elle doit être considérée comme un rassemblement des clients américains dans la région, dont Israël, avec d’autres régimes non démocratiques, n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Source: Externe

Lors de la clôture de la conférence lundi, M. Lapid a déclaré que les pays travaillent à la construction d’une «nouvelle architecture régionale» qui comprend «une coopération en matière de sécurité et de renseignement.»

«Cette nouvelle architecture, les capacités partagées que nous construisons, intimident et dissuadent nos ennemis communs, en premier lieu l’Iran et ses mandataires», a-t-il ajouté.

«Ils ont certainement quelque chose à craindre», a menacé Lapid, ajoutant que la conférence deviendra un «forum permanent».

Alliance anti-Iran

Blinken, Lapid et le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn ont souligné l’importance d’une alliance anti-Iran.

Parmi les «groupes intermédiaires» mentionnés par Abdullatif bin Rashid Alzayani du Bahreïn figurent les rebelles Houthis au Yémen et le groupe de résistance libanais Hezbollah, qui rendent la coopération plus «urgente», a-t-il déclaré.

Il a également évoqué «la nécessité de résoudre le dossier nucléaire iranien».

En 2020, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc ont officialisé leurs relations avec Israël dans le cadre des accords dits d’Abraham, qui ont révélé au grand jour des décennies de relations secrètes avec Israël.

Le Soudan a également accepté de normaliser ses relations cette année-là, mais a officiellement signé les accords en janvier 2021. L’alliance militaire contre l’Iran a été le fondement des accords d’Abraham.

Source: Externe

Le sommet intervient alors que des signaux indiquent que l’administration Biden pourrait rejoindre l’accord nucléaire de 2015 – connu sous le nom de JCPOA – qu’Israël a travaillé sans relâche à saboter.

Exclusion de la Jordanie et de l’AP

Il est à noter qu’il n’y avait aucun représentant de la Jordanie ou de l’Autorité palestinienne à la conférence.

Le Soudan et la Jordanie ont été les seules nations arabes ayant des relations diplomatiques officielles avec Israël à être exclues du forum.

Le roi Abdallah de Jordanie et son fils le prince héritier Hussein sont arrivés lundi à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée, pour s’entretenir avec les dirigeants de l’AP.

Tamara Nassar (Amman) -

28.03.22

Source: ISM