Source: Externe

“Nous restons anonymes parce que nous craignons des représailles.” Cet extrait est tiré d’une lettre signée par 500 employés de Google en octobre dernier, dans laquelle ils dénonçaient le soutien direct de leur entreprise au gouvernement et à l’armée d’Israël

 

Dans leur lettre, les signataires protestaient contre un contrat de 1,2 milliard de dollars entre Google, Amazon Web Services (AWS) et le gouvernement israélien qui fournit des services cloud à l’armée et au gouvernement israéliens et «permettent [ainsi] une surveillance accrue et une collecte illégale de données sur les Palestiniens, et facilitent l’expansion des colonies illégales d’Israël sur les terres palestiniennes».

C’est ce qu’on appelle le projet Nimbus. Le projet a été annoncé en 2018 et est entré en vigueur en mai 2021, au cours de la première semaine de la guerre israélienne contre Gaza sous blocus, qui a tué plus de 250 Palestiniens et en a blessé un grand nombre d’autres.

Les employés de Google ont non seulement été choqués par le fait qu’en concluant cet accord avec Israël, leur entreprise soit directement impliquée dans l’occupation israélienne de la Palestine, mais ont également été scandalisés par le “schéma inquiétant de militarisation” qui a vu des contrats similaires entre Google – Amazon, Microsoft et d’autres géants de la technologie – avec l’armée américaine, l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) et d’autres agences de police.

La maxime «les gens avant le profit» ne peut être plus appropriée que dans le contexte palestinien, et ni Google ni Amazon ne peuvent prétendre l’ignorer. L’occupation israélienne de la Palestine est en place depuis des décennies et de nombreuses résolutions des Nations-Unies ont condamné Israël pour son occupation, son expansion coloniale et sa violence contre les Palestiniens.

Source: Externe

Si tout cela ne suffisait pas à dissiper l’enthousiasme de Google et d’Amazon à s’engager dans des projets visant spécifiquement à protéger la “sécurité nationale” d’Israël – ils pouvaient lire ce rapport accablant du plus grand groupe de défense des droits de l’homme d’Israël, B’tselem, qui aurait dû servir de réveil.

B’tselem a déclaré Israël un État d’apartheid en janvier 2021. Le groupe de défense des droits internationaux Human Rights Watch (HRW) a emboîté le pas en avril, dénonçant également l’État d’apartheid israélien.

C’était seulement quelques semaines avant que le projet Nimbus ne soit annoncé. C’était comme si Google et Amazon déclaraient délibérément leur soutien à l’apartheid.

Le fait que le projet ait été signé pendant la guerre israélienne contre Gaza en dit long sur le mépris total des deux géants de la technologie pour le droit international, les droits de l’homme et la liberté même du peuple palestinien.

Puis les choses ont empiré. Le 15 mars, des centaines d’employés de Google ont signé une pétition pour protester contre le licenciement de l’un de leurs collègues, Ariel Koren, qui a participé activement à la rédaction de la lettre d’octobre de protestation contre le projet Nimbus.

Koren était responsable du marketing produit chez Google for Education et travaillait pour l’entreprise depuis six ans. Cependant, elle était le genre d’employée qui n’était pas bien vue par Google, car l’entreprise est maintenant directement impliquée dans divers projets militaires et répressifs.

«Pour moi, en tant qu’employée juive de Google, je ressens un sentiment profond et intense de responsabilité morale», a-t-elle déclaré dans un communiqué en octobre dernier. «Lorsque vous travaillez dans une entreprise, vous avez le droit de rendre des comptes et d’être responsable de la manière dont votre travail est réellement utilisé», a-t-elle ajouté.

Source: Externe

Google a rapidement riposté à cette déclaration apparemment scandaleuse. Le mois suivant, son responsable «lui a posé un ultimatum: déménager au Brésil ou perdre son poste». Finalement, elle a été expulsée de l’entreprise.

Koren n’est pas la première employée de Google – ou d’Amazon – à être licenciée pour avoir défendu une juste cause, et elle ne sera malheureusement pas la dernière.

À l’heure du militarisme, de la surveillance, de la reconnaissance faciale injustifiée et de la censure, dire ce que l’on pense et oser se battre pour les droits de l’homme et autres libertés fondamentales n’est plus une option.

Les entrepôts d’Amazon peuvent être aussi mauvais, voire pires, qu’un atelier clandestin typique. En mars dernier, et après un bref démenti, Amazon a présenté ses excuses pour avoir forcé ses travailleurs à uriner dans des bouteilles d’eau – et pire encore – afin que leurs managers puissent remplir les quotas requis. Ces excuses faisaient suite à des preuves directes fournies par le site de journalisme d’investigation The Intercept.

Cependant, l’entreprise, qui est accusée de nombreuses violations des droits des travailleurs – y compris son engagement dans le démantèlement des syndicats – ne devrait pas faire marche arrière de sitôt, surtout lorsque des profits aussi importants sont en jeu.

Mais les profits générés par le monopole du marché, les mauvais traitements infligés aux travailleurs ou d’autres comportements répréhensibles sont différents des profits générés par une contribution directe aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité.

Bien que les violations des droits de l’homme doivent être évitées partout, quel que soit leur contexte, la guerre d’Israël contre le peuple palestinien, désormais avec l’aide directe de ces entreprises, reste l’une des plus graves injustices qui continuent de marquer la conscience de l’humanité.

Source: Externe

Aucune justification de Google ou rationalisation d’Amazon ne peut changer le fait qu’elles facilitent les crimes de guerre israéliens en Palestine.

Pour être plus précis, selon The Nation, le service Cloud Google-Amazon aidera Israël à étendre ses colonies juives illégales en «soutenant les données de l’Autorité foncière israélienne (ILA), l’agence gouvernementale qui gère et attribue les terres de l’État».

Ces colonies, qui sont condamnées à plusieurs reprises par la communauté internationale, sont construites sur des terres palestiniennes et sont directement liées au nettoyage ethnique en cours du peuple palestinien.

Selon le journal israélien Haaretz, le projet Nimbus est «l’appel d’offres le plus lucratif lancé par Israël ces dernières années».

Le projet, qui a déclenché une «guerre secrète» impliquant des généraux en chef de l’armée israélienne – tous se disputant une part des bénéfices – a également aiguisé l’appétit de nombreuses autres entreprises technologiques internationales, toutes désireuses de participer à l’effort technologique d’Israël, dans le but ultime de maintenir les Palestiniens piégés, occupés et opprimés.

C’est précisément la raison pour laquelle le mouvement de boycott palestinien est absolument essentiel car il vise ces entreprises internationales qui migrent vers Israël à la recherche de profits. Israël, au contraire, doit être boycotté, et non autorisé, sanctionné et non récompensé.

Si la génération de profits est naturellement l’objectif principal d’entreprises comme Google et Amazon, cet objectif peut être atteint sans nécessairement nécessiter l’asservissement de tout un peuple, qui est actuellement victime du dernier régime d’apartheid au monde.

Ramzy Baroud -

24.03.22

Source: Chronique de Palestine