Source: Externe

Le soutien constant de V.Zelensky à 'Israël'

 

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine à la fin du mois dernier, les comparaisons avec la situation en Palestine ne manquent pas, écrit Ali Abuminah dans Electronic Intifada. Pour beaucoup de ceux qui soutiennent les droits des Palestiniens, il y a une identification instinctive avec l’Ukraine en tant que pays attaqué, se défendant contre une force beaucoup plus puissante.

Personne ne peut être indifférent aux scènes de civils vivant l’horreur de la guerre et à la vie de millions de personnes bouleversée alors qu’ils deviennent des réfugiés.

Les militants pour les droits des Palestiniens ont également noté les parallèles – et les réponses très différentes et hypocrites – aux appels au boycott de la Russie et d’Israël, ainsi que l’application sélective du droit international.

Alors que la Russie a été pratiquement coupée du monde, Israël continue de jouir de l’impunité alors qu’il occupe et colonise la terre des Palestiniens et leur impose un régime brutal d’apartheid.

«Nous sommes comme vous»

Mais l’identification de l’Ukraine avec le sort des Palestiniens est une chose que les dirigeants ukrainiens rejettent avec insistance. Ils se considèrent comme 'Israël' et leurs ennemis russes, vraisemblablement, comme les Palestiniens.

En décembre, par exemple, le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu’'Israël' est «souvent un exemple pour l’Ukraine» et a affirmé que «tant les Ukrainiens que les juifs apprécient la libertéNous savons ce que c’est que de ne pas avoir son propre État», a ajouté Zelensky. 

Source: Externe

«Nous savons ce que cela signifie de défendre son propre État et sa terre les armes à la main, au prix de [leurs] propres vies.» Selon le Jerusalem Post, Zelensky a également insisté sur le fait que «nous devrions être comme 'Israël' dans la défense de notre patrie».

Le dirigeant ukrainien, notoirement, a décrit 'Israël' comme la victime en mai dernier lorsque ses avions de guerre ont bombardé Gaza, massacrant des familles palestiniennes entières dans leurs maisons.

En février, avant l’invasion russe, des responsables ukrainiens se sont même plaints qu’'Israël' traitait leur pays «comme Gaza» en ne leur apportant pas suffisamment de soutien – ce qui implique que de tels mauvais traitements perçus devraient être réservés aux Palestiniens, et non aux Ukrainiens. 

Les responsables ukrainiens ont insisté sur cette identification avec 'Israël' depuis le début de l’invasion russe. «Je pense que notre armée est l’une des meilleures au monde. Peut-être après l’armée israélienne», a déclaré Markiyan Lubkivskyi, conseiller du ministre ukrainien de la Défense au Jerusalem Post

«L’armée est très forte, car l’expérience et le moral sont très élevés, la motivation est très élevée. Nous sommes comme vous.» Le même journal a rapporté que Vitali Klitschko, le maire de la capitale ukrainienne Kiev, dit que «ses modèles pour gagner contre toute attente sont Israël – un pays qu’il a visité et qu’il admire – et l’IDF [l’armée israélienne]».

«Nous devons apprendre d’'Israël' comment défendre notre pays, avec chaque citoyen», a déclaré Klitschko.

Source: Externe

«Enchevêtré»

Le sud de l’Ukraine et la Crimée étaient d’anciennes régions ottomanes conquises par les tsars russes à la fin du XVIIIè et au début du XIXè siècle, note par ailleurs Joseph Massad, professeur à l’Université de Columbia. 

«La ville coloniale ukrainienne d’Odessa sur la mer Noire, anciennement la ville ottomane de Haci Bey, était le lieu où le nationalisme grec anti-musulman est né au début du XIXè siècle et où le sionisme juif colonial est né à la fin du au XIXè siècle», rappelle-t-il.

«En fait, les premiers colons juifs qui sont venus coloniser la Palestine dans les années 1880 étaient des juifs ukrainiens de la colonie de colons d’Odessa.» La Crimée a même été identifiée pendant la période soviétique comme un site potentiel pour une république juive autonome – un plan qui a été abandonné en raison de la forte résistance de la population tatare de Crimée.

Plus récemment, «L’Ukraine et la Russie ont toutes deux des politiques liées au Moyen-Orient», fait observer Massad. L’Ukraine, par exemple, a fourni le troisième plus grand contingent militaire à participer à l’invasion et à l’occupation illégales de l’Irak menées par les États-Unis en 2003.

«En ce qui concerne la Russie, bien sûr le président Poutine a également eu d’excellentes relations avec Israël, en même temps il est intervenu en Syrie contre les ennemis djihadistes du régime et les ennemis soutenus par les États-Unis et le Golfe. Cependant, son intervention en Syrie a continué à permettre aux Israéliens de bombarder la Syrie, mais pas les djihadistes. »

Plus généralement, il analyse les réponses occidentales à la situation en Ukraine, y compris une poussée intense de russophobie qui reflète les précédents épisodes de xénophobie qui accompagnent régulièrement les guerres et les interventions américaines à l’étranger. Ce qui va de pair avec le conformisme de la pensée et la censure dans les démocraties libérales occidentales.

Source: Externe

Dans un autre article Ranjan Salomon souligne que l’hypocrisie ne s’arrête pas là: «L’Occident est occupé à finaliser des envois d’armements qui les enrichissent, mais ne proposera pas d’idées pour faire reculer les plans de l’OTAN ou accélérer un dialogue fructueux pour un règlement. Cela, on suppose, n’est pas prévu parce que les marchands de mort veulent que la guerre continue. Il y a des profits à encaisser. Dans le cas de la Palestine, il s’agit d’exterminer ceux qu’ils considèrent comme de simples 'misérables' et non comme une autre partie de la société humaine qui a besoin de retrouver sa patrie dans un dialogue mené sur un pied d’égalité.»

L'auteur a aussi écrit au président Volodymyr Zelensky:

"Votre récent discours devant la Knesset fut une honte vis-à-vis des luttes mondiales pour la liberté et la libération, en particulier celle du peuple palestinien. Vous avez renversé les rôles d’occupant et d’occupé. Vous avez manqué l’occasion de démontrer le bien-fondé de votre cause et de la cause de la liberté en général. 

Vous avez déclaré: «Nous sommes dans différents pays et dans des conditions totalement différentes. Mais la menace est la même: pour nous comme pour vous – la destruction totale du peuple, de l’État, de la culture. Et même des noms: Ukraine, Israël.»

(...) Je m’inquiète du deux poids, deux mesures que vous semblez appliquer vis-à-vis de la lutte légitime des Palestiniens contre l’occupation, l’oppression et le déplacement.

Vous avez pris publiquement position pour soutenir l’occupation israélienne. En 2020, vous avez choisi de quitter le Comité de l’ONU pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, organisme chargé de soutenir les droits des Palestiniens. Et vous avez même soutenu le droit d’Israël à l’«autodéfense» lorsqu’il pratiquait les formes les plus extrêmes d’agression contre notre peuple.

Depuis le début de l’offensive russe contre votre pays, vous avez continué à pratiquer le deux poids, deux mesures. Bien qu’Israël ait refusé d’accepter les réfugiés unkrainiens non juifs fuyant les bombardements russes – une politique motivée par l’inhumanité et le suprémacisme ethnique, choses qui ne sont que trop familières aux Palestiniens – vous vous tournez quand même vers le 1er ministre israélien, le nationaliste de droite Naftali Bennett (...)»

Asad Ghanem -

24.03.22

Source: europalestine.com