FREE PALESTINE
30 août 2021

Analyse pointue sur ce que signifie l'apartheid israélien + Infos du jour

Source: Externe

Le problème quand on parle de l’apartheid israélien

 

Nous devrions être reconnaissants de ce que le terme d’«apartheid», pour désigner le régime israélien entre le fleuve et la mer, devienne de plus en plus banal et de plus en plus légitime, et qu’il devienne même à la mode. Mais comme avec toute mode, il y a un problème ici aussi. Pas avec la définition elle-même, mais avec ce qui en est omis.

Le problème est que dans toute l’ardeur du discours sur l’apartheid, une de ses dimensions, une dimension dynamique, active et dangereuse —le colonialisme d’occupation juif — s’en est trouvée atténuée et émoussée.

Selon l’idéologie et les politiques du colonialisme d’occupation juif, les Palestiniens sont inutiles. En bref, il est possible, rentable et désirable de vivre sans les Palestiniens dans ce pays, entre le fleuve et la mer. Leur existence ici est conditionnelle, elle dépend de nos souhaits et de notre bonne volonté — c’est une question de temps.

L’idéologie de cette «inutilité» est un poison qui s’étend particulièrement quand le processus du colonialisme d’occupation est à son comble. Et c’est actuellement la situation en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est). L’illusion qu’Israël arrêtera l’entreprise de colonisation a été détruite avant même que l’encre des Accords d’Oslo ne soit sèche.

La vision que l’Autre est inutile est à la base des ordres militaires et des activités de l’administration civile et de la municipalité de Jérusalem — comme le fait d’empêcher des constructions, la démolition des maisons et l’expulsion des résidents palestiniens vers des quartiers et des enclaves surpeuplés. Elle explique la violence des colons et la facilité avec laquelle nos soldats et nos officiers de police tuent des Palestiniens, ainsi que le contexte dans lequel Bezalel Smotrich, membre de la Knesset pour le parti du sionisme religieux, parle des membres palestiniens de la Knesset comme de «citoyens, pour le moment».

Source: Externe

Le colonialisme d’occupation est un processus continu au cours duquel les terres sont accaparées, les frontières historiques déformées et remodelées, puis les peuples autochtones expulsés. L’apartheid comme nous l’avons connu en Afrique du Sud était le dernier stade avancé du colonialisme d’occupation mené par les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et le Portugal, puis les citoyens des autres nations européennes. 

En fait, inhérent au terme «séparation» est le fait que différents groupes de personnes vivent à l’intérieur d’un seul cadre — sous le contrôle d’un unique centre principal de pouvoir. La séparation, que le parti travailliste et son rejeton (le parti Bleu & Blanc et ceux de son acabit) aiment tant brandir — avec leur manque caractéristique de conscience sur sa signification accusatrice en afrikaans (apartheid) — ne constitue pas une reconnaissance du droit à l’auto-détermination pour les Palestiniens, mais plutôt l’accélération de la création d’enclaves palestiniennes et d’un auto-gouvernement limité à l’intérieur de l’espace qu’Israël contrôle.

L’apartheid institutionalisé solidifie la discrimination entre les colons victorieux et le peuple colonisé vaincu — au moyen de la législation, de divisions géographiques claires et de la délimitation de frontières définitives — tout en maintenant une certaine stabilité dans les relations entre le supérieur et l’inférieur.

Néanmoins, la dépossession des résidents autochtones de leurs terres n’a jamais cessé complètement, que ce soit en Afrique du Sud ou dans d’autres régimes de suprématie blanche établis dans des terres et des continents que les Européens ont conquis et colonisés dans les siècles récents, dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Brésil, les Etats-Unis, etc.

Dans l’apartheid, les autochtones rendus inférieurs et les colons victorieux supérieurs vivent ensemble sous un seul toit. Par souci de pérennité, le régime a besoin des autochtones survivants pour rester en vie. Ils sont exploités autant que possible, leurs vies sont bon marché, le doigt sur la gâchette qui les tue est aisé. Mais ils sont essentiels. Ils sont comptés.

Source: Externe

Cependant, à un stade précoce, celui de la colonisation — qui vise à s’emparer de tout le territoire — les habitants d’origine, qui sont contraints à un statut d’infériorité, deviennent inutiles. il est possible et rentable, et même désirable, de vivre sans eux (et de compenser leur absence en amenant des esclaves et d’autres mains d’oeuvre bon marché d’autres pays).

L’idéologie qu’un peuple entier est inutile — ou de larges groupes de gens [vus comme] inférieurs — consumme et ébranle et supplante toute valeur de l’égalité humaine qui peut exister dans la culture du peuple conquérant. Plus forte devient la dimension du colonialisme dévoreur de terres, plus inutiles les inférieurs sont-ils considérés aux yeux des supérieurs. Plus fraîche et plus vibrante est la composante colonialiste, plus le peuple supérieur — dans notre cas les juifs, honte aux doigts qui doivent écrire cela — sera favorable à la disparition des autres. C’est pourquoi la droite adepte du «transfert» est si forte dans les colonies d’Israël.

L’existence de l’apartheid israélo-juif a été mis en relief dans deux textes publiés cette année, par l’organisation des droits humains B’Tselem et par Human Rights Watch. Ces groupes, cependant, ne sont pas les premiers à appeler le monstre par son nom. Avant eux, il y avait bien sûr les Palestiniens eux-mêmes – à travers les activités de BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) les réseaux sociaux ou les rapports des ONG.

Il est regrettable, et attendu, que c’est seulement quand B’Tselem a publié sa position qu’une large discussion internationale a commencé sur le sujet. Parce que c’est l’une des caractéristiques de la stratification raciste, ethnique et de classe dans le monde entier: les définitions et les descriptions de la réalité dans laquelle des subalternes et des inférieurs existent (femmes, minorités, migrants, travailleurs, etc) doivent obtenir un tampon d’approbation du groupe hégémonique et académique pour être acceptées comme correctes.

Source: Externe

Ces deux rapports font effectivement le lien avec l’ingénierie de l’espace géographique et la prise de contrôle juive hostile sur les terres palestiniennes. Mais à un moment où la définition du régime israélien en tant qu’apartheid s’enracine dans le discours international, l’élément concernant le caractètre «inutile» des Palestiniens s’estompe.

Estompée aussi la différence entre les types d’apartheid qui coexistent sous un seul toit: à l’intérieur des frontières de 1948 d’Israël, l’apartheid est plus mûr et plus consolidé. Les Palestiniens sont inférieurs, mais ils sont aussi des citoyens qui sont comptés dans les statistiques. Dans les territoires occupés en 1967, le processus de dépossession et de colonisation est encore en action, à pleine force. Les autochtones palestiniens sont là bien plus exposés au danger d’une expulsion discrète et massive comprise dans l’idéologie de l’«inutile», qui est répandue par les colons et les mouvements de colonisation.

Amira Hass -

27.08.21

Source: Agence Medias Palestine

Source: Externe

INFOS DU JOUR:

- selon Palinfo, le mouvement de résistance islamique 'Hamas' a blâmé l'occupation israélienne pour les répercussions et les conséquences du resserrement du siège de la bande de Gaza, et de l'escalade de la crise humanitaire parmi ses habitants. "Ces politiques extrémistes pousseront fortement à créer une atmosphère d'escalade et d'explosion", a déclaré dimanche le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, dans un communiqué, dont notre CPI a reçu une copie. Barhoum a ajouté: "Nous saluons la fermeté de notre peuple palestinien et de la jeunesse révoltée contre l'occupation, le siège injuste et inhumain et le colonialisme à Gaza, Naplouse, Jénine, Jérusalem et Hébron". Il a souligné que le peuple palestinien n'acceptera jamais les politiques de l'occupation ni ne compromettra ses droits nationaux, soulignant la poursuite de la lutte et de la résistance pour obtenir ses droits. Barhoum a appelé chacun à assumer ses responsabilités et à faire pression sur l'occupation, pour qu'elle mette fin à son siège, soulignant que le calme ou la stabilité ne seront pas atteints tant que notre peuple n'aura pas une vie libre;

Source: Externe

- Almanar signale que l’aviation israélienne a bombardé plusieurs régions de la bande de Gaza dans la nuit de samedi à dimanche. Selon les médias palestiniens, les factions de la résistance palestinienne ont activé leur DCA pour les repousser. Selon la version officielle israélienne, les sites bombardés sont utilisés par le Hamas pour fabriquer des armements ainsi que des tunnels. Aucune victime n’a été signalée. Selon le site d’information palestinien Quds Press, les raids ont visé un site de la résistance au milieu de Gaza et un point d’observation au nord de la bande de Gaza. L’agression israélienne se veut réprimer les actions de confusion nocturne qui ont été déclenchées de nouveau pour protester contre l’embargo imposé à la bande de Gaza par les Israéliens, de concert avec les Egyptiens. Des snipers israéliens déployés tout au long de la barrière ont ouvert le feu sur les jeunes protestataires. Il y a eu six blessés, dont un dans état grave car dans la tête.  «Notre peuple n’acceptera jamais les politiques de colonisation et de compromis aux dépens de ses droits nationaux. Nous poursuivrons notre lutte et notre combat pour récupérer nos droits», a déclaré le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum selon lequel ce sont les politiques extrémistes de l’occupation israélienne qui poussent les choses avec force pour créer une atmosphère favorable à l’escalade et à l’explosion. Dans un communiqué, les comités de la résistance qui regroupent les factions de résistance palestinienne dans la bande de Gaza ont pour leur part assuré que «les actions des jeunes révolutionnaires se poursuivront de toutes leurs forces jusqu’à la levée du siège de la bande de Gaza». La chambre commune des Unités de ballons incendiaires et explosifs et de confusion nocturne a organisé une rencontre au cours de laquelle elles ont discuté de moyens de riposte aux mesures de l’occupation israélienne qui font perdurer l’embargo et empêchent les travaux de reconstruction dans la bande de Gaza. «L’embargo qui se poursuit contre la bande de Gaza nous pousse à rendre impossible la vie des colons de l’enveloppe et la région», a-t-elle averti dans un communiqué.

Rédaction du MCP -

29.08.21

Commentaires
Derniers commentaires
Recevez nos infos gratuites
Visiteurs
Depuis la création 865 317
Archives