Source: Externe

L'armée israélienne annonce la chute d'un de ses drones en territoire libanais. Netanyahu: "Le Liban et la Syrie seront tenus responsables de toute agression contre Israël"

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé qu'il tiendra le Liban et la Syrie responsables de toute attaque contre Israël, alors que l'armée israélienne a renforcé cette semaine sa présence à la frontière nord.

"Sur le front nord, nous poursuivons une politique constante qui ne permettra pas à l'Iran d'établir une base militaire à notre frontière nord. Le Liban et la Syrie sont responsables de toute attaque contre Israël", a déclaré M. Netanyahu lors d'un Conseil des ministres, selon des propos relayés par des médias israéliens.

"On ne peut pas saper notre sécurité, menacer nos citoyens et causer des dommages à nos forces armées", a-t-il ajouté, assurant que l'armée israélienne était "prête à répondre à toute menace".

Le ministre de la Défense Benny Gantz a lui effectué dimanche après-midi une visite au commandement nord de l'armée israélienne, et a averti que l’État hébreu continuera de défendre ses intérêts en matière de sécurité, rapporte le 'Jerusalem post'.

"La situation au Liban et en Syrie n'est pas bonne, que ce soit au niveau économique, du coronavirus ou des infrastructures. Je rappelle à la fois au Liban et à la Syrie qu'ils sont responsables de ce qui se passe sur leur territoire", a averti M. Gantz.

"L’État d'Israël exigera cette responsabilité. Nous ne recherchons pas des escalades inutiles, mais celui qui nous testera aura une réponse très forte. J'espère que nous n'aurons pas à le faire", a-t-il ajouté.

Quelques heures plus tard, le numéro 2 du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, a affirmé dans un entretien avec la chaîne 'al-Mayadeen', qu'il écartait la possibilité d'une guerre dans les prochains mois avec Israël.

Ces propos interviennent deux jours après la visite surprise en Israël du chef d'état-major américain, le général Mark Milley, pour y discuter de "l'Iran et des défis sécuritaires régionaux".

Source: Externe

Chute d'un drone

En soirée, l'armée israélienne a annoncé qu'un de ses drones était tombé à l'intérieur du territoire libanais. "Lors d'une opération de l'armée à la frontière libanaise, un drone est tombé en territoire libanais. Il n'y a aucune crainte de fuite d'informations classifiées", a annoncé le porte-parole arabophone de l'armée israélienne, Avichay Adraee, sur Twitter.

En outre, l'aviation militaire israélienne a une nouvelle fois violé l'espace aérien libanais. Dans les détails, des avions ont survolé de manière intensive et à basse altitude la région de Marjeyoun, et à moyenne altitude celle de Jezzine dans l'après-midi, tout comme les régions de Hasbaya, Arkoub, Jabal Cheikh, Chebaa à basse altitude, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Des raids fictifs ont également été lancés au-dessus de Nabatiyé. Des avions ont par ailleurs été observés au dessus du Metn, du Kesrouan et de Jbeil. 

Dans un communiqué publié samedi soir, l'armée libanaise a indiqué que 20 avions israéliens avaient violé l'espace aérien libanais vendredi, et neuf autres samedi. 

Vendredi, l'armée israélienne avait affirmé qu'elle tiendrait le gouvernement libanais pour responsable "de toutes les actions provenant du Liban".

Le même jour, l'armée israélienne avait frappé, en soirée, des cibles militaires dans le Sud syrien en représailles à des tirs de "munitions" depuis la Syrie plus tôt dans la journée.

La tension, déjà vive depuis des mois entre le Liban et Israël, est montée d’un cran au cours des derniers jours. Le 19 juillet, l’armée israélienne avait réussi à prendre le contrôle d’un drone envoyé depuis le Liban-Sud, qui était utilisé pour tourner une vidéo commémorative de la guerre de juillet 2006.

Source: Externe

Le lendemain, Israël avait mené des frappes près de Damas, en Syrie, au cours desquelles un combattant du Hezbollah, Ali Kamel Mohsen, a été tué, selon le parti chiite.

Depuis la mort de ce dernier, des partisans du parti chiite mènent campagne sur les réseaux sociaux pour que la formation pro-iranienne riposte, rappelant une promesse de son chef, Hassan Nasrallah, dans un récent discours de se venger si jamais Israël tuait des combattants de la formation.

Dernièrement, l'armée israélienne avait annoncé un renforcement de sa présence à la frontière nord. Selon les médias israéliens, il s'agissait de se préparer à une possible riposte du Hezbollah. Le lendemain, un soldat israélien de 20 ans avait été tué et un lieutenant blessé dans un accident de voiture dans les fermes occupées de Chebaa.

Après cet accident, les militaires israéliens ont tiré une salve d’obus fumigènes pour masquer la zone, provoquant des feux dans le secteur.

Rédaction de L'Orient-Le Jour -

26.07.20

Source: OLJ