Source: Externe

L'aide financière de l'Union Européenne (UE) participe à la fragmentation de la société palestinienne. Le financement par l'UE des organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme n'est pas sans poser problème

 

Conformément à ses prétendues initiatives de construction de l'État, l'UE a longtemps imposé des restrictions aux organisations palestiniennes et à leurs initiatives, en échange d'une aide financière, étouffant ainsi une partie importante de la mobilisation populaire en termes de préservation de la résistance et de la culture palestiniennes.

Alors que les contraintes imposées par l'UE aux organisations palestiniennes ont augmenté au point d'interférer avec la politique palestinienne, la nouvelle campagne nationale palestinienne pour le rejet du financement conditionnel a appelé les organisations palestiniennes et internationales à prendre clairement position contre les prétendues "clauses anti-terroristes" de l'UE.

Dans une lettre ouverte, le Centre de ressources BADIL pour la résidence palestinienne et les droits des réfugiés décrit comment, afin d'accéder aux financements de l'UE, les organisations palestiniennes sont censées agir comme informateurs contre les personnes impliquées dans la résistance.

L'exigence de l'UE est un autre processus qui facilite la fragmentation de la société palestinienne, à un moment où les Etats-Unis isolent rapidement la Palestine, en termes de diplomatie et d'histoire.

La lettre de BADIL indique qu'en raison des campagnes israéliennes contre le financement de l'UE pour les organisations palestiniennes: "Les contraintes de financement de la part de divers donateurs se sont aggravées, ce qui inclut des conditions auxquelles nous avons résisté comme l'empêchement de s'engager dans la campagne palestinienne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), la défense et la promotion du droit au retour, et des programmes et projets dans des zones telles que la bande de Gaza ou la Palestine 1948 (Israël)".

Dans une lettre adressée au (nouveau) ministre des Affaires étrangères de l'UE, Josep Borrell, le ministre israélien de la Sécurité, Gilad Erdan, a appelé à un refus des demandes des organisations palestiniennes, réitérant l'insistance de l'UE pour que les fonds "aillent uniquement à des organisations n'ayant pas de liens avec des groupes terroristes", avec une référence spécifique au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

Cependant, le PFLP n'est pas la seule entité politique visée par les récentes dispositions. Les organisations politiques impliquées dans la résistance, notamment le Hamas, le Jihad islamique et les Brigades Al-Aqsa, sont également mentionnées.

BADIL note: "Cette escalade ne peut être séparée de toutes les politiques et approches visant à anéantir les droits nationaux palestiniens".

Source: Externe

Avec de telles restrictions lorsqu'il s'agit du lien important entre la société civile et la résistance palestiniennes, l'UE sait qu'elle crée un obstacle supplémentaire à la reconnaissance de la lutte légitime des Palestiniens.

Les conditions préalables concernant l'aide financière aux organisations palestiniennes élargissent le fossé entre les institutions politiques palestiniennes, diplomatiquement acceptables, et les factions palestiniennes dont l'engagement à poursuivre la lutte pour la libération leur a valu l'étiquette de 'terroristes'.

Cependant, comme l'a déclaré BADIL dans sa lettre, le statut des factions palestiniennes n'est "pas déterminé par un document européen".

D'autre part, la colonisation sioniste de la Palestine, qui viole tous les aspects des droits de l'homme et de la légitimité politique, a été épargnée de l'étiquette de terrorisme grâce à la complicité internationale dans le processus.

L'UE pourrait se présenter comme une entité qui promeut les droits des Palestiniens, mais son rôle consiste davantage à trouver des entités palestiniennes désireuses de promouvoir sa diplomatie auprès du peuple palestinien - à son détriment, bien entendu.

Compte tenu de toutes les restrictions auxquelles les Palestiniens sont confrontés, y compris de nouveaux crimes de guerre sous la forme d'une expansion des colonies, le moins que l'UE puisse faire est de s'abstenir d'imiter les politiques américaines lorsqu'il s'agit de la Palestine et de ses perspectives de libération et d'indépendance.

Ramona Wadi -

06.01.20

Source: ISM