FREE PALESTINE
5 décembre 2019

Bon débarras: Federica Mogherini a bientôt fini de cirer les pompes de Netanyahu

Source: Externe

Federica Mogherini termine son mandat de Haute-Représentante de la politique étrangère de l’Union européenne comme elle l’a commencé: en caressant Israël dans le sens du poil

 

Peu après son entrée en fonction en 2014, Mogherini a rendu visite à Benjamin Netanyahu. Elle a assuré au Premier ministre israélien qu’il pouvait «compter sur l’Union européenne» pour prendre un «nouveau départ».

Mogherini n’avait pas précisé ce qu’elle voulait dire par là, mais elle a modifié – et pas en mieux – les relations internationales. Sous sa direction, l’UE a adopté un discours encore plus lénifiant sur les graves violations des droits de l’homme.

En février 2001, la position officielle de l’UE était de «déplorer» les assassinats ciblés dont Israël se rendait coupable. Mais après le dernier assassinat ciblé commis par Israël en novembre 2019, l’équipe de Mogherini a simplement parlé d’une «opération» sans exprimer la moindre critique.

La dite «opération» a causé la mort du commandant du Djihad islamique Baha Abu al-Atta et de son épouse. Le refus de l’équipe de Mogherini de dénoncer l’acte manifestement illégal d’Israël, revenait en fait à l’approuver. 

Caresses et cajoleries

Mogherini a maintenu un contact régulier avec les principaux politiciens israéliens au cours des cinq dernières années. Lorsque le Likud de Netanyahu est sorti vainqueur des élections de 2015, Mogherini s’est empressée de le féliciter.

Elle disait à cette occasion qu’elle considérait les relations d’Israël avec l’Union européenne comme «mutuellement bénéfiques». Cajoler de la sorte l’État d’apartheid témoigne d’un grand mépris pour les Palestiniens qui réclament justice et égalité.

La meilleure expression de leurs aspirations est sans doute l’appel palestinien de 2005 au Boycott, Désinvestissement et Sanctions [BDS] d’Israël. Mais après un entretien avec Netanyahu en 2016, Mogherini a exprimé son «ferme rejet» du BDS.

Pour être tout à juste, Mogherini a parfois dit la vérité: en 2017, le parlement israélien, la Knesset, a approuvé un projet de loi visant à «régulariser» le vol de terres palestiniennes, en reconnaissant officiellement les colonies de peuplement en Cisjordanie occupée, jusqu’alors jugées illégales même par Israël.

Mogherini a formulé une critique inhabituellement franche. Si la loi entrait en vigueur, elle «enracinerait davantage la réalité d’un État unique aux droits inégaux», a-t-elle regretté. Pour une fois, elle identifiait nommément le problème à résoudre.

Source: Externe

Une boussole morale?

Au niveau de la base, de nombreux Palestiniens cherchent à faire évoluer la «réalité d’un État unique aux droits inégaux» vers celle d’un seul État qui garantisse l’égalité à tous.

Bien que Mogherini ait exposé la vraie nature du problème, elle a continué à traiter par le mépris ceux qui cherchaient à y mettre fin.

Plutôt que de plaider en faveur d’une véritable égalité, elle n'a eu de cesse de râbacher la solution à deux États qui, selon toute probabilité, ne donnerait aux Palestiniens la souveraineté que sur tout petit morceau de leur patrie historique. Mogherini a répété le fait qu’«il n’y avait pas d’alternative» à une solution à deux États.

En parlant récemment de son mandat, Mogherini a déclaré: «Je suis fière que nous, Européens, n’ayons jamais perdu notre boussole» et que nous ayons «toujours travaillé pour préserver et permettre une solution négociée à deux États pour Israël et la Palestine».

Heureusement qu’elle n’a pas parlé de «boussole morale» car la position de l’UE sur ces questions clés est profondément immorale.

Depuis le 30 mars 2018, Israël a attaqué à plusieurs reprises les Gazaouis qui participaient à la Marche du Grand Retour. Lorsque des manifestants ont été tués, l’équipe de Mogherini a laissé entendre qu’ils étaient responsables de leur propre mort. Les déclarations de son équipe suggéraient que, si des manifestants avaient été abattus, c’est parce qu’ils étaient violents.

Elle passait sous silence des éléments de contexte cruciaux, comme le fait que les pierres lancées par les manifestants ne sont en rien comparables aux balles explosives ou aux grenades lacrymogènes tirées à grande vitesse par des tireurs d’élite israéliens. D’ailleurs, depuis quand jeter une pierre sur un soldat lourdement armé est devenu un délit passible de la peine de mort?

Euphémismes

Une population sous occupation militaire a le droit de résister (par tous les moyens-ndlr) selon l’ONU. Mais apparemment, Mogherini ne veut pas le savoir.

Son «nouveau départ» s’est traduit par une frénésie d’euphémismes. Ce n’est plus de mode, selon elle, de qualifier la situation à Gaza de siège ou de blocus. Elle préfère utiliser le mot de «fermeture».

L’exquise courtoisie de Mogherini et son équipe avec Israël n’a pas d’égal. Dans leurs déclarations, l’équipe demande à Israël de bien vouloir «reconsidérer» les démolitions prévues de maisons palestiniennes.

L’année dernière, l’équipe de Mogherini a même déclaré qu’elle «espérait» qu’Israël «reviendrait» sur des décisions qui allaient chasser les Palestiniens de Cisjordanie occupée. Évidemment, il n’y avait pas la moindre menace de sanction si Israël ne tenait pas compte de la frileuse demande de l’UE.

Le successeur de Mogherini au poste de Haut-Représentant de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, sera peut-être plus franc. Lorsqu’il était ministre espagnol des Affaires étrangères, Borrell n’a pas dansé de joie quand Israël a célébré le 70è anniversaire de sa création en mai 2018.

Source: Externe

Il a déclaré, dans Republica, que les célébrations étaient «ensanglantées» parce qu’Israël avait commis un massacre à Gaza quelques jours auparavant(*).

Borrell se comportera-t-il différemment de Mogherini lorsqu’il prendra ses nouvelles fonctions?

Son aptitude antérieure à dénoncer Israël ne fait pas de lui un vaillant défenseur des droits de l’homme. Il a fait partie d’un gouvernement qui a essayé d’écraser brutalement le mouvement indépendantiste catalan.

Borrell a même émis de fausses allégations contre des personnalités éminentes de ce mouvement. Il est même allé jusqu’à publier un document classifié pour tenter de salir une de ses personnalités.

Être ministre des Affaires étrangères de l’Espagne n’est pas la même chose que représenter l’UE, qui compte aujourd’hui 28 pays. Collectivement, leurs gouvernements ont toujours plié devant Israël.

Borrell pourrait introduire quelques petits changements, mais il est très probable que la complaisance de l’UE envers Israël ne prendra pas fin. Il est donc vital que les Européens ordinaires fassent ce que les dirigeants politiques ne feront pas: boycotter et isoler Israël.

Note:

(*) Dans un éditorial cinglant du 18 mai 2018, le ministre des Affaires étrangères a condamné Israël pour son massacre à la clôture de Gaza quatre jours auparavant, qui coïncidait avec le 70è anniversaire de la création de l’État d’Israël et l’ouverture de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.
Ces célébrations ont été «couvertes de sang car ce lundi noir reflète la déshumanisation des Palestiniens par une grande partie de la classe politique et de la société israéliennes», a-t-il dit dans Republica.
Dans l’article de Republica, Borrell dénonce les campagnes militaires israéliennes contre le Hamas à Gaza comme de «terribles bombardements» et dénonce «l’arrogance guerrière» de Netanyahu

David Cronin -

26.11.19

Source: Chronique de Palestine

Commentaires
Derniers commentaires
Recevez nos infos gratuites
Visiteurs
Depuis la création 865 193
Archives