Une cinquantaine de militants de la coordination BDS-SUD a mené une action de boycott culturel au Festival de cinéma (CINEMED) contre le partenariat passé entre le consulat général d'Israël et la direction du Festival CINEMED à Montpellier.
"Nous sommes indignés du partenariat et donc de la présence de l’état d’Israël au 36ème Festival CINEMED à Montpellier. Israël est le seul Etat directement partenaire du Festival. Si c’est pour l’argent, c’est sordide et ignoble, si ce n’est pas pour l’argent, c’est pire. Avec ce partenariat, non seulement le Festival CINEMED se fait complice des crimes de cet état mais il se fait depuis plusieurs années, le lieu de blanchiment d’un état coupable d’apartheid et d’incitation au génocide. D’un état qui selon de prestigieux juifs israéliens a viré au fascisme ((Gidéon Levy, Michel Warschawski). On n’entretient pas des liens économiques ou culturels avec un tel état, on le boycotte !
Nous appelons les spectateurs à demander l’exclusion du partenariat d’Israël qui déshonore le cinéma, le public et tous les montpelliérains !

Sur le même sujet en Belgique.

’UPJB ne participera pas au Brussels Jewish Film Festival

C’est avec étonnement que l’Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB) a vu son nom associé à ceux des Ambassades israélienne et états-unienne dans le cadre du festival de cinéma « Sous un même soleil » organisé par l’Institut pour la Mémoire Audiovisuelle Juive (IMAJ).

IMAJ avait pris l’initiative de nous contacter pour une participation à ce festival, dont l’objet est de faire connaître des productions cinématographiques qui mettent en valeur les relations entre les peuples qui vivent sur la terre d’Israël/Palestine. Nous en avions accepté le principe. En aucune façon IMAJ ne nous avait annoncé l’implication d’ambassades.

Or l’UPJB adhère à l’appel international de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) qui vise, comme par le passé vis-à-vis du régime d’apartheid sud-africain, à exercer une pression pacifique sur Israël pour le contraindre à appliquer le Droit International. Cela ne nous empêche pas d’organiser régulièrement, comme nous l’avons toujours fait, des activités publiques avec des artistes, intellectuels et militants israéliens qui nous intéressent, par exemple parce qu’ils critiquent la politique de leur gouvernement : le boycott s’applique, selon nous, non pas aux groupes et individus en vertu de la nationalité israélienne, mais à la politique d’occupation du gouvernement israélien et tout ce qu’elle implique (massacre de la population civile de Gaza, blocus de Gaza, colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, répression politique, …).

Nous avons découvert après-coup le patronage de l’Ambassade d’Israël au festival "Sous un même soleil" et l’absence dans ce cadre de l’Ambassade de Palestine, dont la participation aurait donné une cohérence au thème général de rapprochement entre les peuples vivant sous le soleil d’Eretz Israël / Palestine historique. Nous nous nous sommes sentis pris au piège et avons finalement décidé de nous désolidariser du festival. En aucune manière, nous ne voulons cautionner Israël en tant qu’Etat occupant et colonisateur.

Le CA de l’UPJB, 24 octobre 2014