"J'ai tué b

eaucoup d'Arabes dans ma vie. Et il n'y a aucun problème avec ça".

http://displacedpalestinians.files.wordpress.com/2011/01/kill-arabs.jpg?w=620

"Les supporters israéliens chanteront "Tuons les Arabes" en hébreu"

(Tagtik) Ce mardi soir, à Tel Aviv, le Maccabi reçoit le FC Basel en match retour du troisième tour préliminaire de la Champions League. Après les incidents du match aller où Mohamed Salah, le joueur égyptien de l'équipe suisse avait refusé de serrer la main des joueurs israéliens, les dirigeants du Macabi craignent des débordements racistes de certains de leurs supporters.
Le FC Barcelone est passé ce week-end en Israel et en Palestine pour promouvoir la paix. Si la démarche du club catalan a été saluée de tous côtés, elle n'en a pas moins eu un effet limité. Pour preuve, le climat délétère qui règne avant le match retour du troisième tour préliminaire de la Champions League entre le Maccabi Tel Aviv et le FC Bâle. Au match aller, l'Egyptien Salah avait refusé avant le match de serrer la main des joueurs israéliens. Puis en semaine, le même joueur avait annoncé qu'il boycotterait le match retour "chez les Sionistes", avant finalement de se raviser. Mais le mal était fait et la provocation est très mal passée du côté de certains supporters israéliens. C'est ce qu'affirme le journaliste israélien Adi Rubinstein, contacté par le journal suisse Le Matin. "Ca va être très chaud... Même des gens qui habituellement détestent le Maccabi seront derrière l'équipe...  Parmi les 15.000 supporters, il y aura aussi des supporters du Beitar Jérusalem, des fascistes qui voient là une belle occasion d'exprimer leurs idées. Ils vont chanter "Tuons les Arabes" en hébreu". Sensationnalisme médiatique? Hélas, non, puisque cette crainte est également partagée par la direction du club de Tel Aviv qui a publié un communiqué sur son site internet appelant au calme. "Le Maccabi Tel Aviv FC prie les supporters qui rempliront le Bloomfield Stadium mardi soir de soutenir leur équipe plutôt que de dépenser leur énergie à propos de l'adversaire... Il s'agit d'un match international organisé par l'UEFA dont la politique de tolérance zéro pourrait mener à des sanctions sévères envers le club en cas de mauvais comportement de ses supporters". Quant à Mohamed Salah, le joueur égyptien qui a mis le feu aux poudres à Bâle, il s'est engagé à adopter un profil bas. Sans pour autant promettre de serrer la main de ses collègues du camp adverse. Bref, si Salah est surnommé Picasso (ndlr. ça ne s'invente pas), tout porte à croire qu'on verra très peu de colombes de la paix voler ce mardi soir au-dessus de Tel Aviv. (Source : Le Matin) (DFD/Picture : Keystone)