Le calvaire des enfants palestiniens dans les geôles israéliennes


La grande majorité des enfants palestiniens incarcérés chaque année dans les prisons israéliennes ont subi des violences pendant leur détention et souffrent de troubles psychologiques après leur libération, selon un rapport de l’organisation Save the Children.

Emprisonnés pour avoir lancé des pierres

Le rapport de Save the Children est basé sur le témoignage de 292 Palestiniens âgés de moins de 18 ans qui ont purgé une peine dans les prisons israéliennes.

Depuis 2000, l’armée israélienne a arrêté plus de 8 000 enfants palestiniens en Cisjordanie, la plupart accusés d’avoir lancé des pierres sur les forces de sécurité. Des suspects d’à peine 12 ans ont été traduits devant des tribunaux militaires.

Violences et stress post-traumatique

Sur ces enfants détenus, 98 % ont déclaré avoir subi des violences physiques ou verbales de la part des soldats israéliens, a expliqué Eyad al Aradj, l’un des responsables de l’organisation de protection de l’enfance.

Ces jeunes détenus, une fois sortis de prison, ont des cauchemars et des crises d’angoisse, précise ce document publié lundi.

« La détention a des effets dévastateurs sur les enfants, leurs familles et leur environnement », souligne le rapport de Save the Children. « Les enfants souffrent notamment de stress post-traumatique, ils ont peur de sortir de chez eux, ils ont des crises d’anxiété et des cauchemars. »

Attitude de l’armée israélienne décriée

Lors de la conférence de presse, le responsable de la protection de l’enfance à l’Unicef a critiqué l’attitude de l’armée israélienne qui n’hésite pas à traduire des enfants devant des tribunaux militaires. « Nulle part ailleurs des enfants sont ainsi traînés systématiquement devant des cours militaires ».