Ils ont été accueillis par environ 200 sympathisants et membres de leur famille dans le hall des arrivées


Quatorze Belges qui étaient incarcérés depuis vendredi en Israël sont arrivés lundi soir à Brussels Aiport. Les Belges ont voulu participer à l'opération "Bienvenue en Palestine" pour protester contre le blocus de la bande de Gaza par Israël, mais ont été arrêtés dès leur arrivée à Tel Aviv. Les 14 belges rentrés lundi soir ont été conduits dans un centre de détention pour immigrants illégaux. "Nous étions une dizaine dans des cellules de 30 m2 avec des températures de 30° et plus. Nous avions reçu un papier stipulant les droits des immigrants illégaux mais comme nous n'étions pas dans cette situation, cela ne valait rien pour nous", a expliqué Jan Dreezen, 61 ans, un des 14 Belges.


Par ailleurs, les 14 Belges n'ont pas pu entrer en contact avec leur famille et n'ont jamais su pourquoi ils ne pouvaient pas entrer en Israël. "Nous nous sentions kidnappés par Israël. C'est la preuve qu'Israël ne bloque pas seulement la bande de Gaza mais tout le reste du territoire palestinien", a ajouté M. Dreezen.


Israël expulse 23 militants pro-Palestiniens, 58 toujours détenus

Israël a expulsé lundi 23 militants pro-Palestiniens venus d'Europe, arrêtés à l'aéroport de Tel Aviv depuis jeudi, et continuait à en détenir 58, a annoncé la porte-parole des services d'immigration israéliens, Sabine Hadad. "Il en reste 58 (détenus par Israël, NDLR)", a déclaré Mme Hadad, ajoutant qu'ils seraient expulsés à leur tour dès que possible.

Quinze Belges, six Français et deux Allemands ont été refoulés lundi, a-t-elle précisé. Un Belge a cependant été autorisé dans la matinée à entrer en Israël après s'être engagé par écrit à respecter l'ordre public et à ne pas participer à des manifestations.

Israël est parvenu à bloquer depuis jeudi la venue de centaines de militants qui voulaient atterrir à l'aéroport de Tel Aviv pour se rendre en Cisjordanie occupée, soit en les arrêtant à leur arrivée, soit en dissuadant en amont des compagnies aériennes de les embarquer.

© La Dernière Heure 2011