filles_de_gaza_en_pleurs_attaques_d_israel_jan_2009

Un nouveau massacre israélien à Gaza

Par Haidar Eid

Le dernier massacre israélien perpétré contre la population de Gaza a fait, depuis jeudi après-midi, 16 morts brutalement assassinés, dont une mère et sa fille, 4 enfants et un vieil homme. Au cours des cinq derniers jours, la ville de Gaza a été bombardée par les hélicoptères Apache et les avions de guerre F16 et E15. Ce massacre terrible s'est produit un jour à peine après que le méprisable ministre israélien de la Guerre, Ehud Barak, ait diffusé une déclaration dans laquelle il appelait ses généraux à intensifier l'attaque contre Gaza.

Un nouveau massacre israélien à Gaza

Le génocide lent lui-même a tué plus de 600 patients jusqu'à maintenant. Nous condamnons, dans les termes les plus forts, ces crimes haineux et nous réitérons notre appel aux organisations de la société civile et aux peuples épris de liberté pour qu'ils agissent immédiatement, de toutes les manières possibles, et qu'ils fassent pression sur leurs gouvernements pour mettre fin aux liens diplomatiques avec Israël-Apartheid et pour prendre des sanctions contre lui.

Depuis juin 2006, Gaza endure la politique israélienne d'extermination et de vandalisme. Nous condamnons avec la même force la conspiration internationale du silence et l'impuissance face à ces crimes israéliens incessants. L'ONU n'a pas lancé une seule action contre Israël. Le fait que les Nations Unies et ses nombreux organismes n'aient pas condamné de tels crimes montre leur complicité.

C'est pourquoi nous renouvelons notre appel urgent, non aux Nations Unies et à la communauté internationale moralisatrice, mais à toutes les organisations de la société civile et aux groupes de solidarité pour qu'ils intensifient la campagne de sanctions anti-Israël pour l'obliger à mettre fin à son agression contre Gaza.

Nous renouvelons notre appel à toutes les révolutions arabes pour qu'elles obligent leurs gouvernements à couper leurs liens diplomatiques avecIsraël-Apartheid. C'était l'exigence des milliers d’Égyptiens et d’Égyptiennes qui ont manifesté en face de l'ambassade israélienne du Caire hier.

Nous demandons, combien d'autres cadavres d'enfants et de femmes palestiniens la communauté internationale a-t-elle besoin de voir pour agir ? Que faut-il de plus qu'ils voient pour que les gouvernements arabes traduisent leurs paroles de soutien en actes ? Qu'est-ce qui pourrait convaincre les Nations Unies et son Conseil de Sécurité que les Palestiniens sont aussi des êtres humains ?
 
Haidar Eid
depuis Gaza assiégée, en Palestine occupée
9 avril 2011



Communiqué signé par :
- One Democratic State Group
- Palestinian Students’ Campaign for the Academic Boycott of Israël
- University Teachers’ Association in Palestine
- Association of Al-Quds Bank for Culture and Information 

 

Haniyeh : l'agression sioniste échouera à affaiblir ou casser la volonté solide de notre peuple

Par Palestine Info

Le premier ministre palestinien du gouvernemt national à Gaza, Ismail Haniyeh a condamné fortement la récente escalade agressive et raciste de l'ennemi occupant israélien, confirmant que son agression barbare échouera à influer, affaiblir ou casser la volonté trés solide du peuple palestinien assiégé, il y a presque 5 ans consécutif par un blocus sioniste arbitraire, injuste et inhumain.

Dans une déclaration de presse dont le centre palestinien d'information a reçu une copie, Haniyeh a condamné, vendredi soir 8/4, la nouvelle agression sauvage de l'ennemi occupant israélien qui vise les enfants, les femmes et les civils innocents, faisant allusion au martyre de plus de 15 personnes Gazaouis dont une femme et sa fille.

Haniyeh s'est entretenu par téléphone avec le ministre de la santé, Bassem Nou'aim en se rassurant des blessés et des équipes médicales ciblés par les forces armées de l'occupation, tout en dénonçant solennellement du ciblage barbare au sein des civils et équipes médicales.

De sa part, le ministère de la santé a condamné fermement la barbarie des forces occupantes israéliennes qui prennent en cible les équipens médicales, notamment au cours de leur tentative à sauver les blessés à l'est de la région de Rafah et l'est de Gaza.

"Le cibles des équipes médicales est une violation trés flagrante à la convention de Genève, en particulier à l'article n°21 qui interdit ce genre de ciblage", a dénoncé, dans un communiqué vendredi soir, le ministère de la Santé la sauvagerie de l'ennemi occupant sioniste.

En attirant l'attention à la catastrophe humanitaire qui frappe la bande deGaza à cause du blocus sioniste causant le manque de médicaments et de besoins necessaires pour sauver la vie des blessés, le ministère de la santé à alerté la communité internationale, particulirement les institutions et organisations qui s'occupent des droits de l'homme à intervenir pour arréter la barbarie des forces occupantes israéliennes qui continuent à viser les équipes médicales et bombardent délibérément tout accés à secourir les blessés.

Source : Palestine Info

 

Le gouvernement de Gaza porte plainte auprès des Nations Unis après les frappes aériennes

Par Maan News

Le porte-parole du gouvernement de Gaza, Taher An-Nunu rapporte vendredi qu’il a envoyé une lettre officielle de plainte à l’ONU « ainsi qu’aux autres parties concernées » après la mort des 5 civils dans la journée.

Le gouvernement de Gaza porte plainte auprès des Nations Unis après les frappes aériennes

Les tirs israéliens aériens et terrestres ont touché 10 fois l’enclave terrestre dans la journée. Un communiqué militaire israélien a reconnu les décès, ajoutant qu’« il regrette que l’organisation terroriste du Hamas choisisse d’opérer au sein de sa population civile, les utilisant comme bouclier humain ».

An-Nunu relate qu’Israël, opportuniste, a profité que le monde était « préoccupé par d’autres évènements » dans le Moyen et l’Extrême Orient, « pour effectuer une série d’attaque » affirme-t-il.

Il a ajouté, qu’Israël montrait qu’« il ne respectait pas la trêve sur laquelle les factions s’étaient mises d’accord », au sujet de la proposition d’un cessez-le-feu annoncée par les officiels du Hamas à 23h jeudi soir.

Après une série de frappes aériennes nocturnes tuant 4 personnes, les combattants du Hamas ont repris le lancement de projectiles, en disant dans une déclaration que six projectiles et trois obus de mortier ont été lancés vendredi après-midi vers des cibles militaires israéliennes près de Rafah.

« Nous ne resterons pas silencieux » a-t-il dit à propos de l’escalade de la violence.

Tôt dans la journée un responsable du Hamas a accusé Israël d’avoir utilisé des armes au phosphore blanc pendant cette journée, déclaration niée par un porte-parole militaire israélien.

Les armes au phosphore blanc ont été utilisées dans des zones civiles par les forces israéliennes pendant l’offensive de 2008-2009 "Opération Plomb Durci". Les conventions internationales interdisent l’utilisation de ces armes dans les zones civiles. Dans les combats à ciel ouvert, le phosphore est utilisé afin de brûler les cibles.

Gaza, les docteurs avaient remarqué des brûlures anormales sur les patients qui avaient été admis pendant la guerre, avaient alerté les responsables, incitant à une enquête.

Source : Maan News

La poursuite des massacres et crimes israéliens à Gaza

samedi 9 avril 2011


"En deux jours, par les tirs, les bombardements, les attaques des forces de l’occupation israélienne, plus de 24 palestiniens de Gaza sont morts, et plus de 150 ont été blessés, en majorité des civils, Depuis la fin de la dernière agression israélienne en janvier 2009, ce sont les attaques les plus meurtrières", écrit Ziad Medoukh, enseignant à Gaza.

Parmi les martyrs, beaucoup de femmes, d’enfants et de vieillards ont donné leur sang pour que vive la Palestine. Des jeunes filles qui se préparaient à se marier, des enfants qui jouaient devant leur maison, des personnes âgées qui rentraient du marché ont été surpris par des missiles israéliens.

Les attaques ont détruit beaucoup d’infrastructures de cette prison à ciel ouvert qu’on appelle la bande de Gaza.

Je ne trouve pas les mots pour décrire la situation actuelle :ces attaques, jour et nuit, ces civils qui tombent toutes les heures, ces bombardements toutes les minutes, qui rappellent aux Gazaouis le cauchemar de la dernière guerre de 2009.

Alors que le monde arabe est très occupé par ses révolutions intérieures pour le changement, pour Israël, rien ne change, Israël continue ses massacres à Gaza

Tandis que Monsieur Goldstone, soumis à des pressions, a manqué de courage et a changé son rapport sur les crimes israéliens commis lors de dernière guerre israélienne, l’armée de l’occupation continue de commettre ses crimes à Gaza.

Bien sûr, les médias étrangers parlent moins des attaques israéliennes, c’est donc une occasion pour Israël de poursuivre son escalade militaire

Alors que l’ONU, les Etats-Unis, et l’Union Européenne, ne condamnent pas le camp israélien, son armée continue à détruire Gaza.

Alors que personne ne bouge dans ce monde dit libre, l’armée israélienne poursuit ses massacres et ses crimes contre les civils de Gaza.

Nous savons bien, que, ni les cris de nos femmes, ni les larmes de nos enfants, ni nos appels désespérés, ni le sang de nos innocents ne parviendront à faire bouger et à émouvoir ce monde régi par l’argent , l’intérêt et le profit, ce monde aveugle, mais, nous voulons adresser à Israël, ainsi qu’à ce monde immobile et silencieux, un seul et unique message :

C’est ici notre terre, c’est ici que nous resterons, nous ne partirons pas ! Tous les massacres, tous les crimes israéliens ne vont pas changer en nous, Palestiniens, l’attachement à cette grande patrie qui est la nôtre : la Palestine."

Ziad MEDOUKH

CAPJPO-EuroPalestine


Traduction : BL pour ISM

A lire : "Chroniques de Gaza", par le Pr. Christophe Oberlin

Par Christophe Oberlin

On connait le Pr. Christophe Oberlin pour ses missions régulières depuis dix ans à Gaza, où il se rend pour opérer et former des chirurgiens gazaouis.

A lire : 'Chroniques de Gaza', par le Pr. Christophe Oberlin

Son premier livre, "Survivre à Gaza", biographie de Mohamed al-Rantissi, chirurgien palestinien, frère du dirigeant historique du HAMAS assassiné parIsraël, a marqué les esprits. Il permet en effet, ce qui est rare dans la littérature contemporaine, de comprendre le parcours incroyable de bon nombre de diplômés vivant dans la bande de Gaza, qui ont dû faire preuve d’un courage et d’une volonté époustouflantes pour parvenir à faire des études et exercer leurs compétences.

C’est toujours dans l’optique de faire vivre les Gazaouis, de comprendre comment ils tiennent le coup, et de démystifier la propagande diabolisant la bande de Gaza, ses dirigeants, ses tunnels, son ambiance, que Christophe Oberlin a écrit ce deuxième livre, recueil de choses vues et entendues.

"Chroniques de Gaza", c’est la vie de tous les jours, les anecdotes, les espoirs et réalisations que l’auteur, curieux de tout, parfois un brin provocateur, a glanés au cours de ses dizaines de voyages et ses centaines de rencontres sur place. 

A lire et à faire lire. (Editions Demi-Lune, 224 pages. Illustrations et cartes. Prix : 17 euros).

Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des missions chirurgicales enPalestine, particulièrement dans la bande de Gaza où il a effectué près d’une trentaine de séjours.

Source : CAPJPO-EuroPalestine