IMG_0482
CONTRE LE BUSINESS 
DE L’OCCUPATION ET DE 
LA COLONISATION DE LA PALESTINE,
- - - - -
POUR LA JUSTICE EN PALESTINE !

JPEG - 6.3 ko

A l'occasion de la Saint-Valentin, rassemblement et courte marche
>>> Samedi 12 février 2011, 15 h <<<
Dans le zoning de Liège-Airport à Bierset


Quelle est la nature exacte des cargaisons qui transitent par Liège-Airport, plus particulièrement en direction et en provenance d’Israël et de ses colonies?

Amnesty International a souligné la difficulté de contrôler effectivement les cargaisons de l’aéroport. Le Ministre des finances ne nous a pas fourni les listes précisant la nature du commerce avec Israël passant ou partant de Bierset.

La société israélienne CAL-LACHS, Cargo Air Lines-Liège Air Cargo Handling Services,ne cache pas sa spécialisation dans le commerce des produits dangereux et toxiques, ainsi que de pièces mécaniques et aéronautiques.

Le transit d'armes vers Israël pose problème. Nous voulons plus de transparence.En sus de nombreux crimes de guerre, l'armée israélienne a, lors de « l'offensive contre Gaza », détruit des bâtiments appartenant à l'ONU et à l'Union Européenne.

La compagnie israélienne AGREXCO-CARMEL est le principal exportateur des produits des colonies illégalement situées dans les territoires palestiniens occupés. Chaque année, à la Saint Valentin, elle réalise d’importants bénéfices via les fleurs qui arrivent à Bierset et sont vendues ensuite sous différents labels dissimulant leur réelle origine (par ex. « made in Benelux » ).

Alors que les populations palestiniennes sont privées de l'accès le plus élémentaire à l'eau potable, l'agriculture israélienne, notamment la culture des fruits, des légumes ainsi que celle des fleurs capte une grande part de l'eau disponible. Cette situation est une conséquence concrète de la politique israélienne d'apartheid : une politique de séparation, sur base ethnique des Israéliens et des Palestiniens.

VENEZ MANIFESTER AVEC NOUS.

Mot d'ordre :
  • Plus de transparence sur les cargaisons partant ou transitant par Liège-Airport à destination et en provenance d’Israël et de ses colonies
  • Ouverture des registres de douane par le ministre des finances
  • Traçabilité réelle des produits d’Israël et des colonies
  • Application du Code de Conduite en matière d’armement
  • Pas d’argent public pour soutenir la colonisation et l’occupation israélienne
  • Boycott des produits de l’occupation et de la colonisation, « Israël occupe la Palestine, je boycotte »

Signataires de cet appel

ABP-Liège, Comité Verviers-Palestine, MIR-IRG, ABP-Wallonie-Bruxelles, Action pour la Paix, Association France Palestine Solidarité Nord-Pas de Calais, Campagne BDS France, Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers-monde CADTM, Coordination Boycott Israël, Comité de Soutien au peuple Palestinien, Communauté Palestinienne en Belgique, EGALITE, Fédération Unie de Groupements d'Eleveurs et d'Agriculteurs FUGEA, Femmes Prévoyantes Socialistes -Réseau Solidaris-, Intal, Leuvense Actiegroep Palestina, Ligue Communiste révolutionnaire, Musulmans Proactifs, Palestina Solidariteit, Plate-forme Charleroi-Palestine, Mouvement Citoyen Palestine, Mouvement des Jeunes Socialistes – Fédération de Verviers, Union des Progressifs juifs de Belgique, Vrede, Vredesactie


Photos et vidéos ...

 
ABP Liège 
 
Yamina Bounir 
 
Antonio Gomez Garcia

Merci à tous ceux qui nous ont envoyé leurs photos et vidéos 
Merci au TEC Liège-Verviers d’avoir affrété un bus normal (au lieu du minibus) sur la ligne 57 à 14h10 spécialement pour l’occasion ...

 

De Schiphol  à Bierset : trop d’opacité, pas assez de transparence ! 

Dans la presse, il est régulièrement question de l’emploi et de la rentabilité financière de 

l’aéroport de Bierset, mais beaucoup moins de la transparence, de la sécurité et des contrôles 

douaniers.  

 

Ce sont ces derniers points qui ici nous intéressent. 

D’autant plus, depuis le dernier accident fin octobre de cette année, de l’avion de Southern 

Air, ce Boeing 747 qui a du atterrir d’urgence avec à son bord, seulement cinq personnes, 

après avoir survolé le ciel de Bierset en feu (La Meuse, 31 octobre 2009 et Belga).    

 

   

Hollande, aéroport de Schiphol, 1992 : la boîte de Pandore 

Le 4 octobre 1992, un Boeing commercial 747 de la société israélienne El Al s’écrase sur une 

série d’immeubles de Bijlmeer, tuant sur le coup, quarante-trois personnes dont les quatre 

membres de l’équipage et provoquant un dramatique et spectaculaire incendie dans cette 

banlieue d’Amsterdam (plusieurs  films disponibles sur le net). 

 

Peu de temps après l’accident, une série d’ « experts » équipés de tenues de protection sont 

vus investissant le lieu de l’accident. On constate aussi la mort de plusieurs animaux de 

compagnie. Très vite, la question se pose du type de produits composant le fret de ce  747 en 

provenance de New York et volant vers Tel Aviv. Le Ministre des transports de l’époque aux 

Pays-Bas déclare aussitôt que l’avion  transportait « des fleurs et des parfums » et cette 

version sera la version officielle jusqu’en 1998. 

 

En réalité, la question du commerce d’armes chimiques avec Israël venait de surgir sur la 

scène médiatique à l’occasion de cet accident dans  une des zones les plus peuplées du 

monde : la boîte de Pandore était ouverte …  

 

Que s’est-il passé ?  

Une enquête parlementaire aura lieu aux Pays-Bas, doublée d’une procédure judiciaire, mais 

en 1999 seulement !  

 

 Entre l’accident et l’enquête, il y a eu des centaines de plaintes  tant de la part d’habitants de 

ce quartier pauvre où habitent beaucoup de migrants que du personnel présent sur place (des 

pompiers et d’autres secouristes, des travailleurs de l’aéroport) : pertes de cheveux, troubles 

respiratoires, articulaires, dermatologiques, cancers … Les médecins ne savaient pas comment 

traiter les patients par manque d’informations relatives aux causes des problèmes dont ils se 

plaignaient et pour lesquels ils voulaient les soigner. Très vite, on a suspecté que l’avion 

transportait autre chose que des fleurs et du parfum. Les investigations ont continué, les 

controverses se sont multipliées notamment au sujet de l’UA (uranium appauvri) présent dans 

le Boeing 747 et mis en cause très tôt après le drame par la LAKA, un centre hollandais de 

recherche et de documentation sur l’énergie nucléaire (Landerlijk (Anti) Kernergie Archief).     

 

Lors du 6

ème

 anniversaire du drame, alors qu’il y avait encore  des centaines de plaintes, le 

gouvernement hollandais, le gouvernement israélien  et la société El Al ont été contraints de 

dévoiler … partiellement… une toute autre version des choses. Il s’est en effet avéré que 

l’avion en provenance des USA transportait notamment dans sa cargaison militaire 

d’importantes quantités de composés chimiques cyanogènes permettant la fabrication de gaz 

sarin. Ces produits provenaient d’une filiale de Solvay aux USA (Solkatroniks) qui entretemps avait  été vendue à Air Products. Ils étaient destinés à l’IIRB, l’Institut israélien de 

recherches biologiques situé à Ness Tziona, au Sud de Tel-Aviv. Mais la quantité était en fait 

bien plus importante que ce qu’Israël  justifia à partir de ce moment là  comme nécessaire 

pour sa défense (tests de masques à gaz) : il y avait en réalité dans l’avion qui s’est écrasé à 

Amsterdam de quoi produire un quart de tonne de ce gaz à usage militaire.  

 

 

 

 

 

Cela violait les traités signés par les USA et cela à un moment délicat au niveau international 

 

 

(1

 

 

ère

 

 

guerre d’Irak), cependant, en 1998 il n’était plus possible de garder secret ce commerce 

 

 

dangereux. Le parlement des Pays-Bas s’est donc résolu à ouvrir une enquête publique.  

 

 

 

Elle produisit en 1999 un très gros rapport de 2000 pages, mais les Etats-Unis ont été absents  

 

 

dans cette enquête. 

 

 

 

Pendant ce temps, les habitants craignaient que des armes soient encore transportées en secret 

 

 

car les vols continuaient entre New York et Tel-Aviv via Amsterdam.  

 

 

 

La question de la présence d’UA et de plutonium, qui pouvaient provoquer entre autre une 

 

 

explosion nucléaire de grande puissance, n’était pas non plus rassurante.  

 

 

 

Plusieurs enseignements  

 

 

Sans cet accident, tout cela serait resté secret ! 

 

 

 

Ce qui s’est passé montre la complicité des responsables politiques des Pays-Bas dans le 

 

 

commerce des substances dangereuses.  

 

 

 

C’est pourquoi l’Etat néerlandais a freiné si longtemps la recherche de la vérité. 

Pendant plusieurs années il a prétendu qu’il n’y avait pas de document attestant de la 

 

 

composition du fret, jusqu’ en 1998, moment où un document a prouvé qu’il ne s’agissait pas d'

 

 

 

un transport de fleurs et de parfums mais bien d’une cargaison militaire dangereuse, en 

 

 

dehors de tout traité réglementant le commerce  d’armes chimiques. 

 

 

 

Le procès nous apprend que des documents, des enregistrements et la boite noire ont disparu 

 

 

ou ont été détruits. Quant à l’unité de sécurité de El Al à Schiphol, il a été déclaré qu’elle était 

 

 

un avant-poste du Mossad. 

 

 

 

Il est aussi question d’une « procédure El Al » et d’un accord  entre les Pays-Bas et Israël, 

 

 

accordant depuis 1973 un statut spécial aux avions  israéliens qui pouvaient faire le plein à 

 

 

Schiphol sans  être inspectés par les douaniers et les agents de sécurité , le contrôle se limitant 

 

 

aux documents. Il est signalé que les  horaires de ces avions n’étaient pas affichés. 

 

 

 

Déjà dans les années 50, il existait des procédures spéciales autorisant les avions israéliens à 

faire le plein dans l’aéroport commercial, en dehors du cadre OTAN.  

Après l’enquête, 4804 personnes (majoritairement des personnes qui habitaient l’endroit du 

crash et des secouristes), ont demandé un examen médical mais celui-ci fut rapidement 

bouclé.  

La présence de plusieurs centaines de kilos d’UA dans le Boeing 747 a donné lieu à plusieurs 

controverses avec les organismes et experts officiels. (Pour information, les bombes GBU 

sont construites par Boeing dans son usine du Missouri et à ce titre Boeing a encore été 

interpelé en janvier 2009 au sujet de l’UA lors de l’attaque de Gaza. )  

 

En Belgique aujourd’hui   

Bierset : l’avenir, le développement durable, le commerce avec Israël et ses 

colonies  

L’aéroport de Bierset, nous interpelle à plus d’un  titre. On a réalisé à Bierset plusieurs 

milliards de FB d’investissements publics et de subventions aux entreprises. C’est une base 

militaire mais c’est aussi un important pôle cargo accueillant depuis les années 90 les vols (et 

le travail) de nuit. Encore récemment on a vu s’y installer plusieurs compagnies aériennes 

comme El Al et Ethiopian Air Lines (en 2008) ou encore, il y a peu,  la société Avient, une 

société-cargo anglaise dont la flotte est immatriculée au Zimbabwe . Les vols commerciaux ont commencé à Bierset en 1996 vers New-York et Tel-Aviv. La 

société israélienne CAL (Cargo Airlines) s’est installée à ce moment là sur l’aéroport liégeois. 

Elle louait d’abord des avions à El Al mais ensuite elle a commencé l’exploitation de services 

réguliers avec ses propres avions. La société israélienne LACHS, dont CAL est actionnaire, 

s’est également installée à Bierset en 1997, afin d’assurer la logistique.  

 

La société israélienne Cargo Air Lines (CAL)  

CAL est responsable entre autre du commerce des produits agricoles et horticoles de la 

société AGREXCO, une société israélienne dont la moitié du capital est propriété de l’Etat 

d’Israël, et qui a du reconnaître lors d’un procès en Grande-Bretagne participer au commerce 

de 70% des produits des colonies israéliennes implantées dans les territoires palestiniens 

occupés notamment dans la vallée du Jourdain (des produits de marques Carmel, Jaffa, Sabra 

…  que nous trouvons dans les grandes surfaces ou sur les marchés européens commercialisés 

ici de manière trompeuse en tant que « produits d’Israël ». Quant aux fleurs en provenance 

d’Israël et de ses colonies, elles sont très vite exportées « door to door » vers les Pays-Bas 

d’où elles peuvent être réexportées vers toute l’Europe comme « fleurs de Hollande », « fleurs 

du Benelux » …  

Mais CAL ne transporte pas que des poivrons, des tomates, des fleurs …d’Israël et de ses 

colonies. Sur son site (www.cal.co.il), CAL se présente comme une société spécialisée 

également dans le transport de produits toxiques et dangereux, de matériel inflammable et 

explosif, de substances magnétiques et radioactives et comme spécialiste du transport de 

produits de haute technologie (drones,  satellites …). CAL  précise que le matériel transporté 

est autorisé par l’autorité responsable de l’aviation civile et que le personnel reçoit toutes les 

infos.  

La transparence, les douanes et la sécurité  à  Bierset 

En 2000, lors d’une étude qu’il a effectuée avec d’autres sur l’efficience des investissements 

wallons (coûts et gains cachés) pour les activités  nocturnes de Bierset, Souhail Chichah a 

indiqué combien était difficile la coopération avec la société et ses responsables dans la 

recherche d’informations complètes, fiables et comparables.     

De son côté, Amnesty International a encore évoqué  le 29 mai 2008, à l’occasion de la 

semaine d’action sur les armes légères, les problèmes que rencontraient les douaniers pour 

contrôler la totalité des conteneurs transitant chaque année dans notre pays, notamment par 

Bierset . 

D’autre part, l’A.S.B.L. Net Sky a publié beaucoup  d’informations critiques sur la 

concertation des citoyens avec la Région Wallonne et sur les inquiétudes et les plaintes des 

riverains, non seulement au niveau des vols de nuit mais aussi de la sécurité et de 

l’environnement ( on trouve notamment sur ce site séparé d’une quinzaine de kilomètres du 

centre de Liège, un important parc pétrolier, et il est établi sur une importante nappe aquifère 

fournissant de l’eau potable à la région liégeoise).  

De plus trois zonings industriels sont directement menacés par les vols à Bierset: la poudrerie 

de Hermalle, la centrale nucléaire de Tihange et l’usine chimique d’Engis. Un crash à cet 

endroit pourrait intoxiquer immédiatement plusieurs milliers de  personnes. 

Last but not least, début 2009, dans le cadre de l’attaque de Gaza, Bierset s’est retrouvé au 

centre de la polémique du commerce des armes avec Israël après la publication d’une carte 

blanche du MIR-IRG et de Vredeactie (Le Soir, 15 janvier 2009) où il était question de Bierset comme plaque tournante du transit d’armes vers et en provenance d’Israël, pays qui 

viole de nombreux critères du Code de conduite européen.  

Inquiétant : on voit aussi régulièrement à Bierset, où ils font le plein de kérosène, des avions 

de la société Kalitta, une société du Michigan que  d’aucuns ont qualifiée de « société 

poubelle » et dont l’interdiction complète des vols aurait été tout récemment demandée par 

l’UBCNA, suite aux nombreux accidents de ses vieux  avions cargos et qui semble être un 

fournisseur régulier de l’armée américaine et de la CIA (Frédéric Soumois, Le Soir.be),  

spécialisée dans le transport …du courrier des GI d’Irak dans un sens et en sens inverse des 

corps de ceux-ci (Marco Van Hees, Solidaire). 

Pour rappel, lors de l’accident du Boeing de Kalitta le dimanche 25 mai 2008 à Zaventem 

celui-là, l’accident avait été qualifié de « frappé de bizarreries », la question de la cargaison 

avait été posée et on avait vu de nombreux militaires américains sur place, la présence 

possible d’armes avait été évoquée et démentie par l’ambassade US.  Selon Luc Delval, le vol 

qui s’est mal terminé à Zaventem n’était semble-t-il pas mentionné dans les horaires.  

 

 

Décidément, à Bierset, on ne transporte pas que du parfum et des fleurs pour la St Valentin ! 

Quelques références :

- Le bulletin périodique de l’ASBL Net-sky (disponible via www.net-sky.be) 

- Rédaction en ligne , Liège-Airport : avion en feu dans le ciel de Bierset , le 31 octobre 

2009 

- Belga , Un Boeing 747 atterrit à Bierset avec un moteur en feu, RTBF info, 30-10-09 

- Sept sur Sept, 12 novembre 2009 

- Y.C. Shimatsu, novembre 1999,  Jinn Magazine, http://newsamericamedia.org

- A. Constantine open index, « Spécialités chimiques », 4 octobre 2006    

- Note d’analyse du GRIP, 7 février 2009 

- Campaign against the arms trade, posté le 15 janvier 2009, sur www.spectrezine.org

- www.cal.co.il

- http://flyfan.fte2.org/lgg.htm

- Peter Reydt, Le gouvernement hollandais ébranlé par un rapport parlementaire relatif à 

l’accident de l’avion d’El Al de 1992, publié le 27 avril 1999, sur World Socialist Web 

Site 

- Waroquiez Dominique, L’UE complice de la colonisation et des crimes de guerre 

israéliens, Contradictions n°s 119-120, 2007 

- Frédéric Soumois, Le crash si étrange de Zaventem (Le Soir.be, mardi 27 mai 2008)   

- Marco Van Hees, Les étranges transferts financiers de l’aéroport de Bierset, Solidaire, 

5 septembre 2007 

- Luc Delval, La CIA nous tombe sur la tête, www.lesdoigtsdanslacrise.info, 25 mai 

2008  

-     Carte Blanche -----------------------------------MIR-IRG , Le Soir, 15 janvier 2009

 

visiter aussi : 

http://www.coalitioncontreagrexco.net/

Champs de fraises Favorite