Haaretz (Le pays)
LES COLONS DURCISSENT LEUR PROTESTATION

ET SE PREPARENT A BLOQUER DES CARREFOURS DANS TOUT LE PAYS

The Jerusalem Post
LES COLONS SE PREPARENT A UN GRAND RASSEMBLEMENT DE PROTESTATION

DEVANT LA RESIDENCE DU PREMIER MINISTRE

« Jour de colère » contre le gel : Des routes seront bloquées dans tout le pays / Haïm Levinson et Barak Ravid – Haaretz


A droite on prépare ces jours-ci une opération visant à bloquer lundi prochain des routes et des carrefours à travers le pays, pour protester contre le gel de la construction dans les colonies. Cette opération sera baptisée « jour de colère ».
Le Premier ministre Netanyahu a rencontré hier vingt-deux élus locaux de Cisjordanie à qui il a indiqué que, malgré leurs protestations légitimes, « la loi doit être respectée et les décisions du cabinet appliquées ». M. Netanyahu s’en est aussi pris à l’Autorité palestinienne, affirmant que sa réaction à la démarche israélienne et le refus de son président, Mahmud Abbas, de reprendre les négociations prouvent qu’il « refuse la paix ».

Le Premier ministre a souligné qu’il ne reviendrait pas sur la décision de geler la construction et que celle-ci serait appliquée dans son intégralité.
Vingt-deux maires de Cisjordanie et trois des dirigeants du Conseil de Judée et Samarie étaient présents à cette rencontre. L’un après l’autre, ils ont fait part de leurs griefs contre l’ordonnance de gel de la construction et son application et contre le ministre de la Défense, Ehud Barak.

Le Premier ministre a soutenu son ministre de la Défense, soulignant que ce que fait Ehud Barak se fait avec son accord et après concertation avec lui. M. Netanyahu a demandé aux élus de rencontrer le ministre de la Défense, mais ceux-ci ont refusé.
M. Netanyahu a tenté d’expliquer aux dirigeants des colons le bien-fondé de la décision de geler la construction. « La décision qui a été prise par le cabinet est la meilleure décision pour Israël, dans la situation politique complexe qui s’est créée et face aux nombreux défis auxquels nous devons faire face. Cette démarche indique aux principaux acteurs de la communauté internationale qu’Israël souhaite sérieusement parvenir à la paix tandis que les Palestiniens refusent d’entamer des négociations de paix. Il y a un camp qui veut, l’autre qui ne veut pas. Cette démarche montre qui sont ceux qui refusent la paix ».

Le Premier ministre a ajouté que, plutôt que de créer une atmosphère de crise, il est préférable de se focaliser sur ce qui se passera à la fin du moratoire. « Cette ordonnance ne se répétera pas et il reste neuf mois et trois semaines. Ensuite, nous reprendrons la construction », a-t-il déclaré.

La mise en œuvre du gel de la construction s’est poursuivi hier, mais aucun ordre d’arrêt des travaux n’a été distribué. Les inspecteurs ont visité plusieurs dizaines de colonies. A Talmon, des habitantes de la localité leur ont barré le passage. Au cours des affrontements qui ont éclaté, une femme a été arrêtée pour avoir agressé un officier de police. Les habitants se sont plaints de la violence dont ont fait preuve les forces de l’ordre. Des affiches ont été collées à travers la Cisjordanie qui appellent à participer à une grande manifestation qui se tiendra mercredi prochain à Jérusalem.

L’administration américaine a échoué dans sa tentative d’obtenir le soutien du Quartette au gel de la construction / Barak Ravid – Haaretz

L’administration américaine a échoué dans sa tentative d’élaborer une déclaration internationale en soutien de la décision israélienne de geler la construction dans les colonies pendant dix mois. Les Américains espéraient pouvoir publier un communiqué exceptionnel au nom des membres du Quartette, les Etats-Unis, la Russie, l’UE et l’ONU, mais la Russie a torpillé cette initiative en émettant des réserves.

Au cœur de l’opposition russe se trouvent deux clauses du projet de déclaration très bref rédigé par les Américains : l’affirmation de l’identité juive d’Israël et la volonté de tracer la future frontière entre Israël et l’Etat palestinien de manière à ce qu’elle prenne en compte les évolutions sur le terrain.

Les Américains ont proposé que la déclaration du Quartette se base sur celle publiée par Hillary Clinton la semaine dernière, selon laquelle il faut reprendre les négociations israélo-palestiniennes sans conditions préalables et parvenir à un accord qui permettra « d’aboutir à l’objectif palestinien de créer un Etat indépendant et viable sur la base des lignes de 1967 et d’échanges agréés de territoires, ainsi qu’à l’objectif israélien d’avoir un Etat juif dans des frontières sûres et reconnues qui reflèteront les évolutions sur le terrain et répondront aux exigences israéliennes en termes de sécurité ».

Les Russes ont répondu qu’ils n’acceptaient pas d’affirmer qu’Israël est un Etat juif ou que les frontières prendront en compte les évolutions sur le terrain, c’est à dire que les blocs d’implantions seront annexés à Israël ; selon eux, il s’agit là d’une tentative de préjuger des résultats des négociations.

Les tentatives de convaincre les Russes ayant échouées, les Américains ont décidé qu’il serait inutile de publier un communiqué.

Al-Hayat : Les propositions transmises par le médiateur dans les négociations sur Guilad Shalit ont été rejetées / Roï Nahmias – YNET (site internet du Yediot Aharonot)

Informations pessimistes dans la presse arabe. Un haut responsable du Hamas déclare dans l’édition d’aujourd’hui du journal londonien al-Hayat : « Les négociations concernant Shalit se heurtent à trois obstacles principaux : Le refus d’Israël de libérer cinquante des 450 prisonniers qui figurent sur la liste remise par le Hamas, son insistance concernant l’expulsion de 130 des 400 prisonniers dont il a accepté la libération et, enfin, son refus de libérer dans le cadre de l’échange des prisonniers arabes israéliens ».

Selon lui, le médiateur allemand continue à faire quotidiennement la navette entre la bande de Gaza et Israël et transmet des propositions de compromis pour tenter de surmonter les obstacles. Parmi les idées évoquées : l’expulsion à l’étranger d’une partie des cinquante prisonniers qu’Israël refuse de libérer, l’expulsion vers la bande Gaza de l’autre partie, une troisième partie restant en prison. Selon lui, les négociations progressent mais nul ne peut en prédire les résultats.

Le journal saoudien al-Watan publie des informations semblables et cite des sources selon lesquelles le Hamas aurait rejeté la proposition israélienne que lui a transmise le médiateur. Selon le journal, le désaccord porte sur le refus d’Israël de libérer quinze prisonniers dont Marwan Barghuti, Ahmed Saadat et dix des dirigeants de la branche armée du Hamas, dont Abdallah Barghuti et Ibrahim Hamed. « C’est une ligne rouge et il est pratiquement impossible que l’échange ait lieu sans qu’ils soient libérés », ont déclaré ces sources.

Hier, certains médias arabes affirmaient que Guilad Shalit a été transféré en Egypte. Mais le porte-parole de Comités de résistance populaire, Abu Mujahed, a déclaré qu’il s’agit là d’un « ballon d’essai » que les Israéliens lancent dans les médias pour obtenir des informations quant à la position des organisations palestiniennes. Selon lui, la balle se trouve aujourd’hui dans le camp israélien et le gouvernement israélien peut mettre un terme à l’affaire s’il accède aux demandes des organisations qui détiennent Guilad Shalit.

Le représentant du Hamas au Liban, Osama Hamdan, a lui aussi démenti les informations publiées par le journal koweïtien al-Jarida selon lesquelles Shalit aurait été transféré au Caire escorté par Mahmud a-Zahar et le chef de la branche militaire du Hamas, Ahmed Jaabri. Selon Hamdan, ces informations sont sans fondement.

DIPLOMATIE
Une embrassade française / Lior Zilberstein et Zvi Zinger – Yediot Aharonot

Le chef de l’opposition, Tzipi Livni, a rencontré hier le président français, Nicolas Sarkozy, au palais de l’Elysée. Au cours de cette rencontre d’une heure, Tzipi Livni a demandé au président Sarkozy que la France s’oppose à la résolution concernant Jérusalem proposée par la Suède. Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, était lui aussi présent à la rencontre. Concernant l’Iran, Mme Livni a déclaré : « Il est temps de prendre des sanctions plus dures et plus significatives. Le temps qui passe ne joue pas en faveur de ceux qui souhaitent empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire »./.

http://www.ambafrance-il.org