le chef d’état-major de Tsahal, le général Gaby Ashkenazy.

Le rapport Goldstone n’impressionne pas le chef d’état-major

[Mardi 10/11/2009 13:07]

Le rapport Goldstone, qui a suscité des réactions diverses  à l’étranger, n’impressionne pas outre mesure le chef d’état-major de Tsahal, le général Gaby Ashkenazy. Prenant la parole mardi matin devant les membres de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense qui examinaient les conclusions du rapport, il a notamment déclaré qu’il ne « commandait pas une armée de pilleurs, d’assassins et de violeurs ».

Evoquant pour la première fois officiellement le document, qui accuse Tsahal d’avoir commis des crimes de guerre pendant l’opération Plomb Durci à Gaza, il s’est opposé fermement  à la tenue d’une enquête externe. Il a précisé qu’il n’était pas question de soumettre des officiers et leurs soldats, accompagnés d’avocats, à des interrogatoires. Et de souligner : « Israël doit donner une réponse professionnelle aux arguments figurant dans le rapport et surtout ne pas s’excuser. Nous avons le droit de protéger les combattants  que nous avons envoyés au front. C’est ma responsabilité ».

Le général Ashkenazy a encore tenu à dire que l’armée israélienne n’avait commis aucun acte de pillage et n’avait pas visé délibérément des civils, en soulignant encore une fois que Tsahal n’était pas une armée de « criminels ».

Le président de la commission, Tsahi Hanegbi (Kadima), a conclu les débats en rappelant que tous les membres présents partageaient le même point de vue et s’opposaient à l’ouverture d’une enquête externe sur le rapport Goldstone. En revanche, il n’a pas rejeté l’idée d’investigations internes au sein de l’armée.

Le chef d’état-major a également évoqué la question du nucléaire iranien, rappelant que « le régime de Téhéran, qualifié d’extrémiste, avait aussi une part de rationalisme ». Et d’estimer : « Si la communauté internationale change de tactique vis-à-vis de l’Iran et exerce des pressions efficaces, on peut provoquer des changements dans ce pays ».

Ashkenazy a en outre parlé du Hezbollah, pour rappeler qu’il était équipé de dizaines de milliers de missiles, pouvant même atteindre la ville de Dimona, dans le sud d’Israël. « Certains ont une portée de 300 km et d’autres de 325 km», a-t-il averti.  Il a souligné que même si le calme régnait en ce moment , cela n’empêchait pas l’organisation terroriste de se réarmer et de renforcer son potentiel militaire pour riposter en cas de besoin.

par Claire Dana-Picard

http://www.actu.co.il/2009/11/le-rapport-goldstone-n%e2%80%99impressionne-pas-le-chef-d%e2%80%99etat-major/