Toujours deux poids, deux mesures ... Et pendant ce temps, Gaza est toujours abandonné du monde, un peuple crève de faim, sans soins, dormant dans des ruines, dans cette atmosphère de mort qui rappelle tant les "camps" ...
Et pendant ce temps, des centaines de logements sont construits dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est, les colonies se développent, les humiliations s'accumulent aux check points, comme  "la peur" et la "haine", "quasi enseignée  dès l'enfance que nous avons envers les palestiniens", comme le déclarait, le week end dernier à Libération, l'actrice israélienne Ronit Elkabetz ...
"Nous somme au-delà de tout, au-delà du dégoût...".
C'est aussi mon sentiment.

lu dans une dépêche Reuters

Des éléments suggèrent que l'armée israélienne et les combattants palestiniens ont commis des crimes de guerre et peut-être des crimes contre l'humanité lors de l'offensive de Tsahal dans la bande de Gaza en décembre-janvier, selon les conclusions d'une mission d'enquête des Nations unies.

"La mission est arrivée à la conclusion que des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être par certains aspects à des crimes contre l'humanité ont été commis par les Forces israéliennes de défense", a déclaré mardi à la presse l'enquêteur Richard Goldstone.

Un résumé de son rapport de 600 pages souligne que les tirs de roquettes par des militants palestiniens sur des cibles non militaires en territoire israélien constituent aussi des crimes de guerre, voire des crimes contre l'humanité.

L'Etat hébreu a réagi rapidement à cette annonce, affirmant dans un communiqué diffusé par sa représentation diplomatique à Genève qu'il n'avait pas coopéré avec l'enquête de Goldstone.

"Son mandat était clairement partial et ignorait les milliers d'attaques de missiles du Hamas contre des civils dans le sud d'Israël qui ont rendu nécessaire l'opération à Gaza", dit le communiqué.

De son côté, un porte-parole du Hamas à Gaza a estimé que les tirs de missiles sur Israël constituaient un acte d'autodéfense, "un droit sacré selon le droit international" .

Richard Goldstone recommande au Conseil de sécurité des Nations unies d'exiger d'Israël l'ouverture d'une enquête sur de possibles crimes commis par ses troupes.

Le magistrat sud-africain souhaite que cette enquête soit "indépendante et en conformité avec les critères internationaux" et que soit instaurée une commission d'experts des droits de l'Homme pour contrôler le processus.

Si Israël refuse, les 15 Etats membres du Conseil de sécurité doivent rendre compte de la situation à Gaza au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, peut-on lire dans son rapport.

Un groupe d'observateurs à Gaza a indiqué que plus de 900 des 1.400 Palestiniens tués lors du conflit étaient des civils. Israël affirme que 300 civils et 900 combattants palestiniens ont été tués.

Treize Israéliens, trois civils et 10 militaires, ont trouvé la mort au cours de ce conflit.