Les lois d'apartheid d'Israël. 

Cet été, le Parlement israélien, la Knesset, a tenu des débats sur 16 propositions de loi, toutes dommageables en matière de droits de la personne et des droits civils. Entre autres :

1-Une modification à la loi sur les dommages en matière civile. L’État d’Israël sera rétroactivement exonéré de toute responsabilité pour les dommages causés par l’armée aux résidents des territoires occupés. Ce projet a passé l’étape de la première lecture.

2-Une modification du code pénal : La police israélienne ne sera plus tenue de conserver en dossiers les interrogatoires de suspects dans les cas concernant la sécurité, ce qui facilitera le recours à la torture plus courant. Ce projet a déjà passé les 1ère et 2e lecture.

3-Le renouvellement pour la 8e fois consécutive de la législation « temporaire » sur la citoyenneté, une loi qui empêche des citoyens arabes israéliens de vivre en Israël avec des conjoints originaires de Cisjordanie ou de Gaza.

4-Une proposition concernant la disposition des terres du Fonds national juif (FNJ). Le FNJ possède, en Israël, 13% des terres et distribue ces propriétés exclusivement aux Juifs. Le nouveau projet confirme le droit du FNJ de poursuivre cette politique discriminatoire. Ce projet a été approuvé par la Knesset en 1ère lecture à une confortable majorité.

5-L’emprisonnement sans procès de « combattants illégaux ». Ce projet permettra au gouvernement de garder prisonnier, sans aucun procès, toute personne déclarée membre d’une « force ennemie » jusqu’à la fin des hostilités entre Israël et ce groupe. Ce projet a été approuvé en 2e et 3e lectures à la Knesset.

Tous ces projets de loi violent les droits fondamentaux de la personne et les droits civils. Les Israéliens arabes ne peuvent pas acheter de terres ni se marier comme ils le souhaitent, alors qu’il n’y a aucune restriction comparable pour les Israéliens juifs.

Les Palestiniens des territoires occupés peuvent voir leurs maisons et leurs propriétés détruites sans aucun dédommagement. Ils sont exposés à des interrogatoires sans respect des procédures, sans protection contre la torture; exposés à l’emprisonnement pendant des années sans procès. Ces mesures sont déjà d’usage courant en Israël. Avec la nouvelle législation elles deviendront tout simplement « légales ».

Ces lois israéliennes rappellent les pires aspects de l’apartheid sud-africain. Elles ont comme base une politique raciste et leur but, comme dans l’Afrique du Sud blanche est de dépouiller la population d’origine de ses droits, de sa terre et de son avenir.

La législation israélienne est de fait la loi d’un État d’apartheid.

Adaptation d’un extrait de l’article « Face the nation/ Two Right Hands » du Akiva Eldar, publié par le quotidien israélien 

Référence: http://www.haaretz.com/hasen/spages/1012885.html

Distribué par PAJU Palestiniens et Juifs Unis

Ha’aretz le 19 août 2008.

http://www.pajumontreal.org/paju_fr/?/Afficher-masquer-QUE-CESSE-L-OCCUPATION-Bulletin-de-PAJU-No-396-12-septembre-2008-Les-lois-d-apartheid-d-Israel

lire aussi : Applicabilité du crime d'Apartheid à Israël