Vous n'auriez pas envie d'établir un État juif en Allemagne ?

Benny Ziffer

8 juillet 2008

www.haaretz.co.il/hasite/spages/1000103.html

Ce n'est pas une mauvaise idée de vouloir donner vie, au cœur de l'Europe,  à un pays dont la capitale serait le berceau de la culture allemande, la ville des Lumières et du Romantisme. Les excursions de la jeunesse israélienne vers les camps d'extermination seraient meilleur marché, le camp de Buchenwald étant vraiment tout près de Weimar.

On a trop peu évoqué ici, en Israël, le projet lancé par un Israélien nommé Ronen Eidelman,  qui vit en Allemagne et qui a fondé une association afin de promouvoir l'idée de créer un nouvel État juif en Allemagne, en Thuringe, dans l'ancienne Allemagne de l'Est, et qui s'appellerait « État de Weimar ». Cette association dispose d'un site Internet ([i]) et le très sérieux quotidien « Die Welt » a, dernièrement, traité de ce projet avec tout le sérieux qui convient ([ii]).

Pour ce qui est de la localisation de cet État de Weimar, elle est idéale. La Thuringe est le Land allemand le plus à la traîne, avec une population clairsemée, elle dispose d'espace et n'est pas pauvre en ressources naturelles. Ce qui lui a manqué c'est de l'initiative et on peut supposer que si des Juifs s'y établissaient pour en faire un État, elle prospérerait rapidement.

Le grand avantage de ce futur État de Weimar est qu'il n'y a pas là-bas de problème palestinien et qu'au contraire, ses voisins allemands seront charmants avec lui, même lorsqu'il les énervera, car ils n'oseront pas ouvrir la bouche contre lui, à cause du génocide.

Il y a sur le site de Weimar un clip avec le futur hymne national, chanté en yiddish, en allemand, en hébreu, en russe. Je n'ai pas exactement compris laquelle de ces langues deviendrait la langue officielle. J'ai vu aussi que le mouvement « l'Arc-en-ciel mizrahi » [Hakeshet Hademocratit Hamizrahit] appuyait le projet et en faisait la promotion sur son site.

Personnellement, je trouve que ce n'est pas une mauvaise idée de vouloir donner vie, au cœur de l'Europe, à un pays dont la capitale est le berceau de la culture allemande, Weimar étant la ville de Goethe et Schiller, la ville des Lumières et du Romantisme. Les excursions de la jeunesse israélienne vers les camps d'extermination seraient meilleur marché, le camp de Buchenwald étant vraiment tout près de Weimar.

Le seul problème que j'ai avec tout ça est qu'il n'y a aucune garantie que si le sionisme a échoué une fois à rassembler en un seul lieu tous les Juifs et à constituer pour eux un environnement de vie normal, l'Etat de Weimar n'échoue pas dans cette tâche une deuxième fois. Et peut-être l'écrivain français à moitié juif et homosexuel, Marcel Proust, avait-il tout de même raison quand il écrivait que fonder un État juif était une chose pas moins irréaliste que de créer un État pour les homosexuels. Ou un État pour les bossus ou pour les migraineux.

Un des exemples montrant que les Juifs tirent le meilleur d'eux-mêmes hors du cadre israélien, c'est la libération de l'otage colombienne Bétancourt après de longues années de captivité aux mains de l'organisation clandestine des « Farc ». D'après ce qu'on dit, des conseillers et des instructeurs israéliens ont participé à cette libération. Voyez comment, ici, on ne parvient pas à libérer Gilad Shalit, alors que là-bas, dans un endroit totalement étranger, dans la jungle colombienne, on réussit à aider à la libération d’otages. C'est tout de même bizarre, non ?

Mais pourquoi aller si loin ? Hier matin, je suis entré dans un supermarché « Kadouri », rue Schocken, face au journal, pour y acheter quelques yaourts. La demoiselle à la caisse était d'origine russe. Elle tenait, ouvert sur ses genoux, le livre « Anna Karénine », en hébreu, qu'elle lisait entre deux clients. Nous nous sommes mis à parler traduction. Elle m'a dit que c'était tellement agréable de lire Tolstoï en russe, et une véritable torture en hébreu, mais elle continuait néanmoins afin de perfectionner son hébreu.

Je me suis dit que nous devons vivre dans un cycle incessant d'exil et de rédemption, parce que la première génération de rédemption est toujours la seule à valoir quelque chose et que sitôt que son séjour s'institutionnalise en un lieu, elle s'atrophie, comme ce qui se passe ici pour nous, à une grande échelle. Montrez-moi une caissière israélienne parmi les vétérans qui lise Anna Karénine pendant le travail !

Nous ne pouvons pas, vraiment nous ne pouvons pas, perdre notre touche cosmopolite en devenant uniculturels et unilingues. Et à ma grande désolation, c'est en train de se passer à pas de géant. Nous nous transformons en un peuple pseudo-proche-oriental qui se montre assurément hostile à l'égard des Arabes, les habitants naturels du Proche-Orient, et qui a pris à l'Orient tout ce qui s'y trouvait de mauvais. La corruption du pouvoir, la violence, les intrigues.

Lorsque j'apprends que l'ancien Président de l'État, Moshe Katsav, réclame effrontément une somptueuse Audi et un bureau dans un luxueux immeuble, je me prends immédiatement à rêver du futur Etat de Weimar où les Katsav seront tenus de près, par le fait même que les normes européennes de gouvernance auraient pour effet que quelqu'un comme Katsav ne serait d'emblée par élu à la présidence d'un État. Tout au plus y serait-il choisi comme concierge pour le bureau du Président. Et encore, peut-être pas.

Tout est là. Nous vivons avec un pied dans les normes déréglées des États du Proche-Orient, et l'autre pied en Occident. D'ici quelques années, l'ancrage occidental sera laissé de côté et le katsavisme ne sera alors plus quelque chose d'exceptionnel mais la norme. Personne ne lira Anna Karénine dans les supermarchés mais tout le monde marmonnera les Psaumes dans les autobus, tout comme dans les pays de l'Islam, on marmonne en tous lieux des versets du Coran.

Face à tous ceux-là, il ne vous est pas venu l'envie de commencer une nouvelle page, dans un pays propret dont la capitale est Weimar ? Ça vaudrait la peine et pas seulement pour balayer toute la saleté accumulée ici et qui colle si bien qu'aucun produit n'y pourrait porter remède. C'est vrai qu'il faut s'attendre à ce que là aussi, après une ou deux générations, les choses tourneront de nouveau mal. Mais c'est apparemment ce que nous faisons le mieux, nous détruire et recommencer à construire à zéro. Alors ne méprisez pas l'idée d'un État de Weimar. Il se pourrait encore que vous imploriez d'en obtenir la citoyenneté et que cela survienne plus vite que vous ne vous l'imaginez.

(Traduction de l'hébreu : Michel Ghys)


[i]    http://medinatweimar.org/ 

[ii]   www.welt.de/politik/article2127667/In_Thueringen_soll_ein_neues_Israel_entstehen.html