LE SABBAT DE LA TORAH ET LE 'SABBAT' SIONISTE

Nous publions ci-dessous un texte du site www.bloggen.be/yechouroun. L'administrateur se plaignant d'être censuré par Google et demandant à faire connaître sont site, c'est avec un réel plaisir que nous publions un de leur texte et sans doute d'autres qui suivront par la suite.
Au risque de décevoir les esprits chagrins qui aimeraient nous faire passer pour des cryptos antisémites utilisant l'antisionisme comme paravent, en publiant depuis les débuts de ce site les textes de mouvements juifs antisionistes comme les Neturai Karta en autres, nous voulons simplement montrer notre respect sincère de toutes les religions et particulièrement des trois monothéismes. N'en déplaise aux sionistes qui s'acharnent à faire croire que sionisme et Judaïsme seraient intrinsèquement liés, des Juifs sincères luttent contres les mensonges sionistes et connaissent nos motivations et le sens de notre lutte.


LE SABBAT DE LA TORAH ET LE 'SABBAT' SIONISTE

Le Sabbat de la Torah et le “Sabbat” sioniste 

Un attrape-nigaud de la propagande religieuse sioniste est de prétendre que nulle part d'autre au monde il y aurait autant de Juifs observant le Sabbat que dans l'entité sioniste et surtout que le Sabbat y est jour férié étatique.

Qu'en est-il en réalité ?

Déjà au début du vingtième siècle, le rabbin Dr. Raphael BREUER (1881-1932), donc bien avant la fondation de l'Etat sioniste, a démontré que le Sionisme est à l'opposé de l'idée même du Sabbat. Nous espérons traduire et apporter plus tard son exposé intitulé Le Sionisme et le Sabbat, la prière de Mincha.

Les conditions auraient elles changées ?

Rappelons d'abord en grands traits ce qu'est et doit être le Sabbat juif, le Sabbat prescrit de la Thora :

« Le ciel, la terre et tout ce qu'ils renferment étaient achevés; Dieu, après avoir terminé son ouvrage au septième jour, se reposa en ce jour de toutes ses œuvres. Dieu bénit le septième jour et le sanctifia : car en ce jour il se reposa de toutes les œuvres qu'il avait créées » et « Sois loué, Eternel notre Dieu, Roi de l'univers qui nous a sanctifié par tes commandements, qui nous a agréés et qui dans ton amour et ta bienveillance nous adonné en héritage ton saint jour de Sabbat, souvenir de la création du monde. Ce jour est la première des solennités, instituée en mémoire de la sortie d'Egypte. Oui, c'est nous qui tu as choisis entre tous les peuples et qui nous a sanctifiés, et c'est à nous qui dans ton amour et ta bienveillance tu as donné ton saint jour de Sabbat en héritage. Sois loué, Eternel, qui sanctifies le Sabbat » (Rituel de prières, traduction DURLACHER).

Le Sabbat juif est caractérisé par l'interdiction des trente neuf catégories de travaux et de leurs dérivés (basé sur les travaux nécessaire à la construction du Sanctuaire) ainsi que par des prescriptions rabbiniques. Ceci est impératif pour tout Juif et Juive, quelque soit leur condition. La seule dérogation partielle possible est « en vue de sauver une vie humaine », dans ce cas le Juif est obligé d'enfreindre les lois et prescriptions du Sabbat. Mais dans tous les autres cas, celui qui délibérément passe outre la moindre prescription d'observer le Sabbat est un mécréant, commet une des infractions les plus graves.

Même si les Sionistes au pouvoir n'avaient pas émis des décrets et des lois contraires à la Thora, rien que le fait que leur Etat proclame et assure la « liberté » de conscience, la « liberté » d'observer à sa guise les commandements divins, dont le Sabbat, est un reniement de la Torah et son enseignement. Dieu récompense ceux qui observent les commandements et punit ceux qui les transgressent.

Même à supposer que les Sionistes appliqueraient vraiment les Commandements de la Thora, mais non pas parce que Dieu a commandé ainsi aux Juifs au Mont Sinaï, mais parce qu'eux ont décidé, parce que cela leur convient, parce que c'est de leur « gré », une telle pratique de la Thora serait sans valeur, serait de l'hérésie, car ils nient que Dieu est le Maître absolu, ce qui compte pour eux n'est pas Sa parole, mais le bon vouloir de chacun. Un tel « Sabbat » serait un FAUX TEMOIGNAGE.

Dès sa fondation, l'Etat « juif » était basé sur le principe que le Klal Jissroél n'a pas de Torah et pas d'Emounoh, que le peuple est « libre » de faire comme bon lui semble et d'y observer ou non les commandements à leur guise ou même pas du tout. En vue de satisfaire les « Mizrachistes » (sionistes national religieux) et de gagner les rabbins non sionistes à leur cause, les sionistes ont adopté quelques lois en apparence conformes à la Thora dès 1948. Une de ces lois était d'instituer le jour de repos étatique officiel le samedi. Aussi certains Jours de Fêtes Juives sont fériés. Les mariages sont du ressort des rabbins. La nourriture « cachère » (selon les normes du Rabbinat étatique) est servie à l'Armée sioniste. Il y a encore quelques « réalisations » similaires. Leur « Sabbat » légal, pour autant, n'est nullement le Sabbat de la Torah. Le « Sabbat » sioniste n'interdit ni de cuisiner, ni de fumer, d'écrire, de laver le linge ou de faire ses emplettes. Les établissements commerciaux, sauf dans certains quartiers peuplés de Juifs de stricte observance, sont « librement » ouverts, les voitures roulent etc. Et les orthodoxes peuvent tout au plus s'ériger moralement contre les multiples violations publiques du Sabbat en Terre Sainte par les « juifs » sionistes et les 'païens Juifs' induits en erreur par eux. C'est simplement un jour de repos comme en Europe chez les non-Juifs le dimanche. L'Etat sioniste ne veille donc en rien à l'observation et la pratique véritable du Sabbat.

Les non observants, soit en tant que mécréants, soit en tant qu'ignorants haïssent profondément les « Noirs » qui veulent leur imposer, ne fut-ce que publiquement et pour la forme, l'observation du Sabbat. Dans les quartiers peuplés de Juifs de stricte observance, les sionistes agoudistes ont organisé à reprise des manifs pour « que l'Etat garantisse au moins dans ‘nos' quartiers que les voitures ne roulent pas ». Voilà encore un autre attrape-nigaud pour amener de braves Juifs à reconnaître l'Etat sioniste anti-Thora, de lui donner une certaine « légitimité ».

Mais même dans l'hypothèse que véritablement un grand nombre de Juifs en Terre Sainte observe consciencieusement le Sabbat et ses prescriptions, le mérite n'en revient en rien à l'Etat sioniste, mais bien plutôt malgré l'Etat sioniste. Le nombre de Juifs de stricte observance est très loin d'être la majorité, n'est même pas une grande minorité, des habitants Juifs du pays. Proportionnellement leur nombre n'est pas supérieur à ceux des autres pays, même si en apparence l'Etat sioniste « facilite » l'observation du Sabbat « par ceux qui le désirent ». Ce qui en soit est déjà de l'hérésie. Même dans la supposition où ce nombre serait très élevé, cela resterait toujours un « Sabbat » faussé car basé sur le vol et la rapine, sur la spoliation de la Palestine, de la Terre Sainte, par les idolâtres et hérétiques sionistes. Les rabbins sionistes ne savent que trop bien qu'on ne peut pas commettre un péché, une infraction en vue d'accomplir un commandement.

Conclusion : Le discours religieux sioniste sur le rôle « bénéfique » de l'Etat sioniste pour l'observance du Sabbat en « Isra-l » est une leurre, une fois de plus un mensonge délibéré.


Mardi 26 Février 2008




illustration: le Rabbin Raphael BREUER, de mémoire bénie