31 août 2006
Depuis
New York (États-Unis)


Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi Annan, est arrivé à Beyrouth, lundi 28 août. Accueilli à l’aéroport par le Ministre des affaires étrangères libanais, M. Fawzi Sallouh, le Secrétaire général a, en s’adressant à la presse, déclaré qu’il était important qu’il vienne lui-même discuter avec les autorités du Liban de l’après-conflit et des mesures qui sont en train d’être prises pour mettre en œuvre la résolution 1701, tout en leur manifestant la solidarité internationale.

La première réunion de M. Annan au Liban a été celle qu’il a eue avec le Premier Ministre Fouad Siniora, le Ministre des affaires étrangères et les officiels de haut rang. Il a ensuite rencontré le Président de l’Assemblée nationale, Nabih Berri. À la sortie de cette audience, il a déclaré à la presse qu’il avait assuré à M. Berri que la communauté internationale voulait travailler de manière effective avec toutes les parties afin de garantir la pleine mise en œuvre de la résolution 1701 afin de parvenir à une paix de longue durée dans la région.

Le Secrétaire général a eu une deuxième rencontre avec le Premier Ministre Fouad Siniora et son Cabinet. Au cours d’une conférence de presse à laquelle ils ont participé ensemble, M. Siniora s’est réjoui de la visite de M. Kofi Annan au Liban et a indiqué que leurs entretiens avaient couvert un grand nombre de sujets ayant trait à la résolution 1701, y compris le blocus imposé par Israël au Liban, la question des détenus, celle du retrait des forces combattantes, et celle concernant les fermes de Chebaa et les champs de mines. Après avoir exprimé sa confiance envers le Secrétaire général, le Premier Ministre a souligné que le Liban s’engageait à appliquer la résolution 1701 et le plan en sept points adopté par son Gouvernement, et que l’armée libanaise était en train de se déployer dans le sud, dans les aéroports et dans les ports du pays.

Le Secrétaire général a remercié M. Siniora pour les entretiens constructifs et fructueux qu’ils avaient eus et a exprimé sa compassion à la population, à toutes les familles libanaises qui ont perdu l’un des leurs, et aux orphelins de guerre. « La communauté internationale a été profondément marquée par l’unité dont a fait preuve le peuple libanais », a déclaré M. Kofi Annan, en ajoutant que le monde était prêt à aider, assister et porter secours aux Libanais en se basant sur leurs propres décisions, en vue de renforcer leur souveraineté et leur indépendance conformément aux dispositions de la résolution 1701 du Conseil de sécurité. Le Secrétaire général a dit qu’il exhortait ses interlocuteurs israéliens à lever immédiatement le blocus imposé au Liban et il a renouvelé son appel à la libération des soldats enlevés. Dans un premier temps, ils devraient être transférés, sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), soit entre les mains du Gouvernement du Liban, soit entre celles d’une tierce partie, a-t-il indiqué, en précisant que, si nécessaire, l’ONU serait prête à y jouer un rôle. « Nous vous offrons nos services », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a visité le quartier de Haret Hreik, dans le sud de Beyrouth, qui a été touché par la guerre et est allé s’incliner devant le mémorial érigé en hommage à l’ancien Premier Ministre Rafik Hariri, dont il a ensuite rencontré le fils, Saad Hariri. Dans la soirée, il a eu une réunion avec Serge Brammertz, le Chef de la Commission d’enquête internationale sur l’assassinat de l’ancien Premier Ministre libanais.

Dans la soirée, à 21 h 15, M. Kofi Annan a participé, dans le bureau du Premier Ministre Siniora, à une réunion du Mécanisme de coordination de la sécurité à laquelle ont aussi pris part du coté libanais, les Ministres de la défense et de l’intérieur, le Commandant en chef de l’armée, le Commandant des forces de sécurité intérieure, le Secrétaire général du Conseil supérieur de défense, et le Chef de Cabinet des services du Premier Ministre. Les discussions ont porté sur le retrait des troupes israéliennes et sur le déploiement de l’armée libanaise et de la FINUL au sud du Liban.

Mardi, le Secrétaire général a rencontré l’équipe de pays des Nations Unies pour le Liban à Beyrouth, à qui il a fait un exposé sur l’objet de sa visite. Il a exprimé à ces personnels de l’ONU toute son appréciation pour le calme et le stoïcisme dont ils ont fait preuve au cours des cinq dernières semaines. M. Kofi Annan s’est ensuite rendu à Naqoura, au Sud-Liban, pour visiter le quartier général de la FINUL. Après la présentation que lui a faite le Commandant de la Force, le Général Pelligrini, sur des aspects opérationnels de la mission, le Secrétaire général a déposé une gerbe sur le cénotaphe érigé en mémoire des soldats de la FINUL tombés au service de la paix. Il a ensuite partagé le déjeûner des Casques bleus.

Avant de quitter Naqoura, le Secrétaire général a brièvement parlé avec la presse, puis s’est rendu, par hélicoptère, au dessus de la Ligne bleue, en visitant les postes d’observation de Markaba et de Hula, qui ont été endommagés au cours des dernières hostilités. Il a également survolé le poste renforcé de Khiyam, où quatre observateurs des Nations Unies ont été tués par des tirs de l’artillerie israélienne.

Après sa visite au sud Liban, le Secrétaire général s’est rendu à Jérusalem, où il a, en premier, rencontré les familles des trois soldats israéliens enlevés.

Dans la soirée, il a eu une réunion avec le Ministre israélien de la défense, Amir Peretz, qui a lui a exprimé ses profonds regrets, concernant la mort, survenue au cours des hostilités, de quatre soldats de l’ONU. « C’est la conséquence d’une triste erreur », a dit M. Peretz. S’adressant peu après cette rencontre à la presse, le Secrétaire général a de nouveau souligné la nécessité d’une levée du blocus imposé au Liban, de manière à permettre au pays de reprendre des activités commerciales normales et de reconstruire son économie.

Mercredi, le Secrétaire général a eu un petit déjeuner de travail avec le Premier Ministre israélien, Ehud Olmert, avec qui il s’est entretenu de la mise en œuvre, sous tous ses aspects, de la résolution 1701. Au cours de la conférence de presse conjointe qui a suivi cette réunion de travail, M. Kofi Annan a dit que l’ONU ferait tout son possible pour qu’une force internationale de maintien de la paix pour le sud du Liban, crédible, et efficace soit déployée aussi tôt que possible. Il a lancé un appel à toutes les parties y compris les pays voisins, pour qu’elles soutiennent la résolution et l’appliquent totalement. Le Secrétaire général a appelé les Israéliens à mettre fin d’urgence au blocus du Liban, ce qui non seulement aiderait à résoudre la crise économique qui frappe ce pays, mais renforcerait la position du Gouvernement démocratique avec lequel Israël a toujours proclamé qu’il n’avait pas de problème. Il a aussi de nouveau demandé la libération immédiate et sans conditions des soldats israéliens enlevés.

Le Secrétaire général a ensuite rencontré le personnel de l’ONU travaillant en Israël et dans le Territoire palestinien occupé.

Vendredi, il s’est entretenu avec le Vice-Premier Ministre Shimon Pérés au cours d’une réunion pendant laquelle ils ont discuté de la mise en œuvre de la résolution 1701 et de la situation dans le territoire palestinien. La visite de M. Kofi Annan en Israël s’est achevée par sa rencontre avec Tzipi Livni, la Ministre des affaires étrangères. Au cours de la rencontre qu’il a ensuite eue avec la presse, le Secrétaire général a souligné l’importance de la création d’une zone exempte d’armements au sud du Liban. Il a ajouté que la pleine application de la résolution 1701 fournirait une base et une fondation à partir desquelles des progrès pourraient être accomplis pour un règlement définitif des différends entre Israël et le Liban.

M. Kofi Annan s’est rendu à Ramallah, pour y rencontrer le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Ils se sont entretenus de la situation politique et économique dans laquelle vit le Territoire palestinien occupé. Au cours de la conférence de presse qui a suivi leurs discussions, le Secrétaire général a déclaré que le Président Abbas et lui étaient tombés d’accord sur le fait que la fin de l’occupation et la création d’un État palestinien sont la clef qui permettrait de résoudre les problèmes qui se posent à la région, très troublée, du Moyen-Orient.

À sa sortie du bureau de M. Abbas, le Secrétaire général a rendu visite aux familles des Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. En fin d’après-midi, il s’est envolé pour Amman, en Jordanie, à bord d’un hélicoptère militaire jordanien.

 Source ONU (secrétariat général)