Le 6 novembre 2006

Monsieur,

Je m’adresse à vous avec l’espoir sincère que le gouvernement belge, prendra des mesures sérieuses contre la nomination du membre de la Knesset, Avigdor Lieberman, en tant que vice-Premier ministre et ministre pour les " Affaires stratégiques " dans le gouvernement israélien actuel.

Le lundi 30 octobre 2006, la " seule démocratie du Moyen-Orient " a créé un nouvel obstacle à la paix au Proche-Orient. Avigdor Lieberman, le chef du parti ultra nationaliste Israël Beiteinou (" Israël notre Maison "), est entré dans la coalition d’Ehud Olmert. Ce dirigeant d’extrême-droite a démissionné en 2002 du gouvernement de Sharon pour protester contre une répression anti-palestinienne qu’il jugeait trop faible et a proposé en 2001 de bombarder Téhéran ainsi que le barrage d’Assouan.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Lieberman, personnage brutal au-delà de ce que l’on peut imaginer, sachez que nous parlons du chef du quatrième parti politique d’Israël. L’idéologie de ce parti est raciste et en totale opposition avec les valeurs démocratiques qu’Israël prétend défendre. Lieberman est au minimum un xénophobe. Il prône notamment le transfert " chirurgical " des Arabes d’Israël " (1) afin d’avoir " deux Etats ethniquement homogènes, dit-il " [2].

C’est réellement un politicien démagogue dangereux et un va-t-en-guerre qui prône le nettoyage ethnique, le génocide et la guerre nucléaire. Il serait trompeur de considérer cet homme et son parti manifestement raciste comme un phénomène marginal en Israël. Lieberman est tout particulièrement dangereux parce que son idéologie a une légitimité démocratique. Adolf Hitler n’a-t-il pas été élu par le peuple, lors d’élections libres et régulières ?

Au cours d'un débat au Parlement israélien, Lieberman s'en est pris aux députés arabes israéliens qui y siègaient. Selon lui, les députés qui rencontrent des membres du Hamas sont des traîtres qui doivent êtres jugés. " La deuxième guerre mondiale s'est terminée par le procès de Nuremberg et l'exécution de la direction nazie. Non seulement les dirigeants nazis mais aussi ceux qui ont collaboré avec eux ont été exécutés. J'espère que ce sera aussi le sort des collaborateurs siégeant dans ce Parlement "

Il est vraiment difficile de comprendre, et encore moins de justifier, le silence européen sur l’arrivée de ce fasciste dans le gouvernement israélien.

Comment l’Europe pourrait-elle continuer à faire des affaires avec un gouvernement dont l’un des ministres appelle ouvertement au retrait des droits civiques et à la délégitimation de près d’un quart de la population israélienne, sur le seul motif que ces personnes ne sont pas juives ? Rappelons également que la nomination de Lieberman s’oppose aux bases légales de l’accord d’association, notamment l’article 2.

Selon les termes de Ze’ev Sternhell, professeur à l’université hébraïque de Jérusalem, Liebermann serait " l’homme politique le plus dangereux dans l’histoire de l’Etat d’Israël ". L’Europe prend le chemin de l’hypocrisie et de la duplicité morale, en la jouant aveugle, sourde et muette alors qu’Israël affiche son fascisme aux yeux du monde entier.

L'entrée au gouvernement de ce parti d'extrême droite et son dirigeant Lieberman augure mal pour le futur proche des Palestiniens d’Israël, pour qui si les circonstances s'y prêtent, un possible transfert deviendrait réalité.

En 2000, les pays de l’Union européenne avaient adopté une mesure sans précédent en imposant des sanctions diplomatiques contre l’un de leurs propres Etats membres, l’Autriche. En 2006, pourquoi l’Union européenne, au nom de la protection des valeurs démocratiques, n’utilise-t-elle pas ce même moyen de pression ?

(1) Le Soir du 06 novembre2006
[2] Le Soir des 28 et 29 octobre 2006

Saidi Nordine
Mouvement Citoyen Palestine

faschoantinazi