Sionisme

Sujet de débat ou de combat ?

Ehud-Olmert-and-Ariel-Sharon

Soirée MCP vue par Nidal Bent Loubnan et Rachid Z, le 09 novembre 2006

Des débats où les citoyens sont bâillonnés, invités à modérer leur hostilité à l'égard des politiques meurtrières de l'Etat sioniste, le Mouvement Citoyens Palestine (MCP) organisait, ce mercredi 08 novembre, un débat dans lequel les citoyens belges ou autres avaient l'opportunité d'interpeller, à ce propos, quatre représentants des différentes "démocratiques" formations politiques francophones de notre petite Belgique.

Alors que tous les jours, les médias ne cessent de nous dénombrer les victimes que perpétuent l'entité sioniste

Une première invitée, Marianne Blume, interpelle les représentants politiques présents, Mohamed Boukourna (PS), député fédéral et conseiller communal, fraîchement élu, Paul Galand (Ecolo), le retardataire Dominique Weerts, secrétaire national (CDH) et l'activiste sioniste du MR, Viviane Teitelbaum, députée régionale et conseillère communale : "que peut faire la Belgique, étant donné que ce pays est membre fondateur de l'Union Européenne, membre de l'OTAN, et prochainement membre du Conseil de Sécurité de l'ONU, pour l'établissement d'un Etat palestinien ? "

De l'avis de Paul Galand (Ecolo) : "la Belgique se situe dans un groupe de pays qui essayent de faire, mais on souffre de l'absence de politique européenne."

Le représentant socialiste, Mohamed Boukourna, membre de la commission des relations extérieures à la chambre des députés confirme : "nous cédons une grande partie de notre souveraineté à l'Europe mais la Belgique peut sensibiliser ses partenaires pour que cette Europe puisse peser sur le conflit israélo-palestinien", pensant probablement à l'habile manoeuvre "citoyenne" de l'actuel sénatrice, (ex)eurodéputée (PS) Olga Zrihen, d'origine marocaine comme lui qui, il y a deux ans, avait voté contre un amendement à l'accord de coopération technique et scientifique avec Israël présenté par le groupe écolo au parlement européen.

La sioniste du (MR), Viviane Teitelbaum, prétend, elle, sans vergogne, que "la Belgique a un rôle à jouer dans le cadre européen", tout en s'en pressant d'indiquer que la coopération entre notre respectueuse démocratie et les populations palestiniennes est largement soutenue ; "ce sont les septièmes bénéficiaires en termes de coopérations". Elle conteste la légitimité du gouvernement issu du mouvement HAMAS, tant que cette "organisation terroriste" se refuse de "reconnaître" et "l'Etat d'Israël" et les "directives de la feuille de route".

N'a-t-on pas vu, justement, à ce propos notre ministre de la coopération, Armand de Dekker, issu du même bord politique que notre propagandiste sioniste, déclarer, à l'issu du processus électorale dans les territoires occupés, qu'il ne peut admettre "une dictature islamique" et par conséquent, il envisageait, pour marquer sa désapprobation, "de suspendre les accords de coopération en cours".

D'autres questions ont été posées par les deux autres interpellants, le conseiller communal (Ecolo) Ahmed Mouhssin et Georges Spriet, un militant contre l'usage d'armes illégales. C'est après avoir entendu les superficielles réponses, quasi sionistement correctes, aux appels de ces deux derniers que la parole était donnée au public dont une bonne partie était dévouée au projet prôné par Théodor Hertzel et mis en oeuvre par Ehoud Olmert et ses prédessesseurs.

C'est pertinemment, suite à cet hypocrite jeu de questions réponses, éloigné des réalités criminelles qu'ont fait et que ne cessent de faire subir les successifs terroristes dirigeants de l'entité sioniste depuis 1947 qu'avec Nidal, cosignataire de l'article, nous n'avons pas hésité à dénoncer cette parodie consistant à soliloquer paisiblement de l'oppression israélienne avec des sionistes considérants l'espace usurpé aux peuples palestiniens comme étant la patrie exclusivement réservée aux juifs, au peuple élu.

. C'est précisément pour cette raison que les intervenants politiques ainsi que l'ensemble des sionistophiles ont quitté la salle refusant ainsi de débattre sur le fond du problème. Confirmant ainsi que la cause palestinienne demeure un sujet non pas de débat mais de combat.

les dirigeants israéliens et ses inconditionnels soutiens européens et yankees refusent de se soumettre au droit international, de sorte que les résolutions du Conseil de Sécurité de l'Onu soient appliquées à la lettre et sans complaisance, puissions-nous voir, alors, les usurpateurs, les colonisateurs, les oppresseurs, les criminels quitter la Palestine comme les partisans du nationalisme juif de ce soir se sont extraits de la salle.

Si, Je comprends aisément que perdure la digne résistance populaire palestinienne et ce, jusqu'à l'éradication de cette haineuse doctrine sioniste comme a été anéanti l'apartheid en Afrique du Sud.

Quand on a que la haine à offrir en partage, quand on a que cette haine pour unique raison.

Voir aussi : Le débat vu par les sionistes de l'uejb

Le Mouvement Citoyen Palestine vu par le MR

le débat vue par les sioniste de France

soirée débat novembre